Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les veines ouvertes de l'Afrique saignent abondamment

par Bernard Tornare 7 Décembre 2022, 20:53

Photo d'illustration: Reflet dans une rivière polluée par les hydrocarbures, Nigeria (Credit. Luka Tomac / FoEI)

Photo d'illustration: Reflet dans une rivière polluée par les hydrocarbures, Nigeria (Credit. Luka Tomac / FoEI)


Par Ndongo Samba Sylla et Jomo Kwame Sundaram


Le pillage continu des ressources naturelles de l'Afrique, drainé par la fuite des capitaux, la freine une fois de plus. De plus en plus de nations africaines sont confrontées à des récessions prolongées dans un contexte de surendettement croissant, remuant le couteau dans la plaie du passé.

 

Avec beaucoup moins de devises étrangères, de recettes fiscales et de marge de manœuvre pour faire face aux chocs extérieurs, de nombreux gouvernements africains estiment qu'ils n'ont guère d'autre choix que de dépenser moins ou d'emprunter davantage en devises étrangères.

 

La plupart des Africains s'efforcent de faire face aux crises alimentaire et énergétique, à l'inflation, à la hausse des taux d'intérêt, aux phénomènes climatiques défavorables et à la diminution des prestations sanitaires et sociales. Les troubles s'intensifient en raison de la détérioration des conditions, malgré certaines augmentations des prix des produits de base.

 

Hémorragie économique

 

Après des "décennies perdues" à partir de la fin des années 1970, l'Afrique est devenue l'une des régions à la croissance la plus rapide du monde au début du XXIe siècle. L'allègement de la dette, le boom des produits de base et d'autres facteurs semblaient soutenir le récit trompeur de "l'Afrique qui monte".

 

Mais au lieu d'une transformation économique attendue depuis longtemps, l'Afrique a connu une croissance sans emploi, des inégalités économiques croissantes et davantage de transferts de ressources vers l'étranger. La fuite des capitaux - impliquant des ressources pillées et blanchies par des banques étrangères - a saigné le continent.

 

Selon le Groupe de haut niveau sur les flux financiers illicites en provenance d'Afrique, le continent perdait plus de 50 milliards de dollars par an. Cette perte est principalement due à la "surfacturation" - sous-facturation des exportations et surfacturation des importations - et à des accords commerciaux frauduleux.

 

Les sociétés transnationales (STN) et les réseaux criminels sont responsables d'une grande partie de cette fuite des excédents économiques africains. Les programmes d'ajustement structurel (PAS) imposés de l'extérieur, après les crises de la dette souveraine du début des années 1980, ont forcé les économies africaines à être encore plus ouvertes, à un coût économique élevé. Les PAS les ont rendus plus dépendants des importations (alimentaires) tout en augmentant leur vulnérabilité aux chocs des prix des produits de base et aux flux de liquidités mondiaux.

 

Leonce Ndikumana et ses collègues estiment que plus de 55 % des fuites de capitaux - définis comme des actifs acquis ou transférés illégalement - de l'Afrique proviennent des nations riches en pétrole, le Nigeria ayant perdu à lui seul 467 milliards de dollars entre 1970 et 2018.

 

Sur la même période, l'Angola a perdu 103 milliards de dollars. Son taux de pauvreté est passé de 34 % à 52 % au cours de la dernière décennie, le nombre de pauvres ayant plus que doublé, passant de 7,5 à 16 millions.

 

Les recettes pétrolières ont été détournées par les sociétés transnationales et l'élite angolaise. Abusant de son influence, la fille de l'ancien président, Isabel dos Santos, a acquis une fortune colossale. Un rapport a trouvé plus de 400 sociétés dans son empire commercial, dont beaucoup dans des paradis fiscaux.

 

De 1970 à 2018, la Côte d'Ivoire a perdu 55 milliards de dollars dans la fuite des capitaux. Cultivant 40 % du cacao mondial, elle ne reçoit que 5 à 7 % des bénéfices mondiaux du cacao, les agriculteurs ne recevant que peu. La plupart des revenus du cacao vont aux sociétés transnationales, aux politiciens et à leurs collaborateurs.

 

Le géant minier sud-africain a perdu 329 milliards de dollars dans la fuite des capitaux au cours des cinq dernières décennies. La facturation erronée, d'autres modes de détournement des ressources publiques et l'évasion fiscale augmentent la richesse privée cachée dans des centres financiers offshore et des paradis fiscaux.

 

L'austérité budgétaire a ralenti la croissance de l'emploi et la réduction de la pauvreté dans "le pays le plus inégalitaire du monde". En Afrique du Sud, les 10 % les plus riches possèdent plus de la moitié des richesses du pays, tandis que les 10 % les plus pauvres en possèdent moins de 1 % !

 

Vol de ressources et dette

 

Avec ce modèle de pillage, les pays africains riches en ressources - qui auraient pu accélérer leur développement pendant le boom des matières premières - sont maintenant confrontés au surendettement, à la dépréciation de leur monnaie et à une inflation importée, car les taux d'intérêt sont poussés à la hausse.

 

Le défaut de paiement de la Zambie sur les obligations de sa dette extérieure à la fin de 2020 a fait les gros titres. Mais l'accaparement par l'étranger de la plupart des recettes d'exportation du cuivre zambien n'est pas reconnu.

 

Au cours de la période 2000-2020, le revenu total des investissements directs étrangers en Zambie a été deux fois supérieur au service de la dette extérieure du gouvernement et des prêts garantis par le gouvernement. En 2021, le déficit du compte des "revenus primaires" (principalement les rendements du capital) de la balance des paiements de la Zambie était de 12,5 % du PIB.

 

Comme les paiements d'intérêts sur la dette extérieure publique ne représentaient "que" 3,5 % du PIB, la majeure partie de ce déficit (9 % du PIB) était due aux transferts de bénéfices et de dividendes, ainsi qu'aux paiements d'intérêts sur la dette extérieure privée.

 

Pour le FMI, la Banque mondiale et les "nations créancières", la "restructuration" de la dette est conditionnée par la poursuite de ce pillage ! L'aggravation de l'endettement extérieur des pays africains est en partie due au manque de contrôle sur les recettes d'exportation contrôlées par les STN, avec le soutien des élites africaines.

 

Le pillage des ressources, impliquant la fuite des capitaux, conduit inévitablement au surendettement extérieur. Invariablement, le FMI exige l'austérité des gouvernements et l'ouverture des économies africaines aux intérêts des STN. Ainsi, la boucle est bouclée et, en effet, elle est vicieuse !

 

Le pillage des richesses de l'Afrique remonte à l'époque coloniale, et même avant, avec le commerce atlantique des Africains réduits en esclavage. Aujourd'hui, cette situation est rendue possible par les intérêts transnationaux qui élaborent les règles internationales, les failles et tout le reste.

 

Parmi ces facilitateurs figurent divers banquiers, comptables, avocats, gestionnaires d'investissements, auditeurs et autres routiers. Ainsi, l'origine de la richesse des "individus très fortunés", des entreprises et des hommes politiques est dissimulée et son transfert à l'étranger est "blanchi".

 

Que peut-on faire ?

 

La fuite des capitaux n'est pas principalement due aux choix de portefeuille "normaux" des investisseurs africains. Par conséquent, il est peu probable que le fait d'augmenter le rendement des investissements, par exemple en augmentant les taux d'intérêt, puisse l'endiguer. Pire encore, de telles mesures découragent les investissements nationaux nécessaires.

 

Outre l'application de contrôles efficaces des capitaux, il est important de renforcer les capacités des agences nationales spécialisées - telles que les douanes, la supervision financière et les organismes de lutte contre la corruption.

 

Les gouvernements africains ont besoin de règles, de cadres juridiques et d'institutions plus solides pour enrayer la corruption et garantir une gestion plus efficace des ressources naturelles, par exemple en révisant les traités d'investissement bilatéraux et les codes d'investissement, en plus de renégocier les contrats relatifs au pétrole, au gaz, aux mines et aux infrastructures.

 

Les registres de tous les investissements dans les industries extractives, les paiements d'impôts par toutes les parties concernées et les poursuites publiques devraient être ouverts, transparents et responsables. La répression des crimes économiques doit être strictement appliquée et assortie de sanctions dissuasives.

 

Le grand public - en particulier les organisations de la société civile, les autorités locales et les communautés touchées - doit également savoir qui et quoi sont impliqués dans les industries extractives.

 

Seul un public informé, qui connaît les quantités extraites et exportées, qui sait par qui, quels sont les revenus des gouvernements et quels sont leurs effets sociaux et environnementaux, peut garder les entreprises et les gouvernements sous contrôle.

 

Il est essentiel d'améliorer la transparence du commerce et des finances internationales. Pour cela, il faut mettre fin au secret bancaire et mieux réglementer les sociétés transnationales afin de limiter les erreurs de facturation et les prix de transfert, qui permettent encore le vol et le pillage des ressources.

 

La rhétorique de l'OCDE a longtemps imputé la fuite des capitaux aux paradis fiscaux offshore situés sur des îles tropicales éloignées. Mais ceux des pays riches - comme le Royaume-Uni, les États-Unis, la Suisse, les Pays-Bas, Singapour et d'autres - sont les plus grands coupables.

 

Arrêter l'hémorragie du pillage des ressources africaines en refusant de donner refuge aux transferts illicites devrait être une obligation pour les pays riches. L'échange automatique d'informations fiscales devrait devenir véritablement universel afin de mettre un terme à la surfacturation, aux abus en matière de prix de transfert et à la dissimulation de richesses volées à l'étranger.

 

L'imposition unitaire des sociétés transnationales peut contribuer à mettre fin aux abus fiscaux, notamment la fraude et l'évasion. Mais les propositions du Cadre inclusif de l'OCDE favorisent leurs propres gouvernements et les intérêts des entreprises.

 

L'Afrique n'est pas intrinsèquement "pauvre". Elle a plutôt été appauvrie par la fraude et le pillage qui ont conduit à des transferts de ressources à l'étranger. Un effort sérieux pour mettre fin à cette situation exige de reconnaître toutes les responsabilités et les culpabilités, nationales et internationales.

 

Les veines de l'Afrique ont été ouvertes. L'hémorragie qui dure depuis des siècles doit cesser.

 

Traduction Bernard Tornare

 

Source en anglais
 

Les veines ouvertes de l'Afrique saignent abondamment

Le Dr Ndongo Samba Sylla est un économiste du développement sénégalais travaillant à la Fondation Rosa Luxemburg à Dakar. Il est l'auteur de The Fair Trade Scandal. Marketing Poverty to Benefit the Rich et co-auteur de Africa's Last Colonial Currency: The CFA Franc Story . Il a également édité Economic and Monetary Sovereignty for 21st century Africa, Revolutionary Movements in Africa and Imperialism and the Political Economy of Global South's Debt.

Les veines ouvertes de l'Afrique saignent abondamment

Jomo Kwame Sundaram est un économiste et personnalité publique malaisienne, membre du Comité de conseil scientifique (CCS) du programme MOST, le programme intergouvernemental de l’UNESCO dédié aux transformations sociales.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page