Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'effondrement moral des empires

par Bernard Tornare 28 Août 2022, 16:47

Image d'illustration : Les Vikings, un effacement progressif. — © Thos Robinson

Image d'illustration : Les Vikings, un effacement progressif. — © Thos Robinson

Par Carolina Vásquez Araya

 

La concentration du pouvoir entraîne toujours des abus et des manipulations.

 

Il existe une tendance remarquable à considérer la concentration des richesses comme un fait admirable. De ce point de vue, on a souvent tort de négliger les étapes qui ont conduit à une telle accumulation de pouvoir et de fermer les yeux sur les actes illégitimes - bien que souvent légaux - qui ont conduit à de telles extrémités. Cela se produit avec des individus mais aussi avec des pays dirigés par des leaders capables de commettre de grandes injustices envers leur peuple, ainsi que de balayer les droits et l'indépendance d'autres nations. Le pouvoir illimité, celui qui semble être une conséquence du développement, est souvent le produit de la voracité et, sans doute, d'une absence totale de scrupules.

 

Ces derniers jours, les médias internationaux se sont délectés de la marche de Donald Trump dans les couloirs de l'illégalité. L'abus de pouvoir flagrant de l'ancien président américain, qui a amassé des documents officiels dans son club privé, a été un gâteau savoureux pour le cirque médiatique. Cependant, cet acte d'abus bureaucratique représente la preuve d'une gestion bâclée des contrôles supposés stricts sur le traitement des documents classifiés et des archives officielles de la plus grande puissance du monde. La corruption des processus n'est donc qu'un signe des faiblesses morales d'un pays à l'influence mondiale.

 

Il ne s'agit toutefois pas d'un incident isolé et c'est à l'appareil judiciaire du pays qu'il revient de gérer l'interminable séquence des étapes protocolaires pour poursuivre un ancien président. Par le passé, d'autres présidents - sur la base de fausses preuves et de mensonges purs et simples - ont commis des abus aux conséquences catastrophiques pour des peuples vivant sous des latitudes lointaines, dans le seul but de faciliter et de garantir l'exploitation de leurs ressources et la capture de leurs gouvernements. L'effondrement moral résultant de telles politiques a été, tout au long de l'histoire, la marque indélébile de la puissance économique et géopolitique, et a conduit les nations impliquées en parallèle vers la misère et l'abondance.

 

Lorsque le leadership d'une puissance mondiale revient à des êtres aussi méprisables que ceux dont les actions violent la paix de la planète et utilisent leur pouvoir pour abuser d'autres peuples, il convient de se demander pourquoi les autres nations restent silencieuses et acquiescent. Il est légitime de soupçonner que derrière des opérations visant à exterminer des peuples entiers, comme les attaques d'Israël contre la Palestine ou les conflits au Yémen, en Afghanistan, en Irak et dans d'autres pays - où les victimes civiles se comptent par dizaines de milliers - se cache une sorte de pacte auquel appartiennent les nations les plus puissantes, mais aussi des organismes créés pour sauvegarder la paix, et qui restent silencieux.

 

La prospérité des empires a toujours reposé sur l'abus et l'exploitation. Le prix de cette prospérité pour quelques-uns a été payé par des peuples de cultures millénaires, dont la faiblesse a souvent signifié l'extermination. Le pouvoir accumulé a été le résultat du vol des richesses d'autrui et de la prise de contrôle de gouvernements faibles et corrompus, installés par la manipulation et l'interventionnisme. Les droits de l'homme et la démocratie - valeurs utopiques - sont un discours propice et une arme de séduction politique qui a perdu tout son sens, surtout lorsqu'ils émanent de ceux qui en violent les préceptes. 

 

Le développement économique ne doit jamais reposer sur la misère des autres peuples.

 

Traduction Bernard Tornare

 

Source en espagnol


Carolina Vásquez Araya est une journaliste chilienne basée au Guatemala, chroniqueuse pour le journal Prensa Libre.
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page