Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'Europe, Borrell et l'obsession de l'ingérence au Venezuela

par Bernard Tornare 10 Novembre 2021, 17:04

Le ministre vénézuélien des Affaires étrangères Felix Plasencia et Josep Borrell, haut représentant de l'Union européenne

Le ministre vénézuélien des Affaires étrangères Felix Plasencia et Josep Borrell, haut représentant de l'Union européenne


Par Yadira Cruz Valera

 

Le ministre des Affaires étrangères du Venezuela, Félix Plasencia, a qualifié d'obsessionnelles les dernières déclarations du haut représentant de l'Union européenne (UE), Josep Borrell, lors d'une tournée des pays d'Amérique latine.

 

L'insistance du principal représentant des affaires étrangères de l'UE à délégitimer et à ignorer le processus électoral du 21 novembre et à inventer des mensonges sur cette nation sud-américaine mérite cette qualification.

 

Ces dernières années, l'organisme régional et son représentant se sont déchaînés contre le gouvernement vénézuélien et le président Nicolás Maduro, se sont rendus complices des mesures coercitives contre cette nation, ainsi que du vol de ses actifs à l'étranger.

 

Avec les États-Unis, ils ont été parmi les premiers à reconnaître et à soutenir le prétendu président en exercice Juan Guaidó.

 

Après plus de trois ans de relations tendues et d'affrontements diplomatiques, la détente entre les parties a été atteinte au milieu de cette année, lorsque l'UE a décidé de soutenir le dialogue au Mexique entre le gouvernement bolivarien et l'opposition et a accepté l'invitation à participer en tant qu'observateurs aux élections régionales et municipales.

 

Le 29 septembre, la Mission d'observation électorale a signé un mémorandum avec le Conseil national électoral (CNE) dans lequel elle s'engage à être impartiale et à respecter les règles établies au niveau international pour de telles activités. Alors que tout semblait avancer à un bon rythme, ou du moins qu'une certaine entente se dessinait, Borrell a déclaré le 9 octobre que le groupe déployé par le bloc aurait pour objectif d'accompagner l'opposition vénézuélienne et que son rapport final apporterait ou nuirait à la légitimité du processus.

 

Suite à ces annonces, qui remettent en cause l'impartialité de l'UE, la tension est retombée et Caracas a exigé des explications et des excuses de la part du diplomate européen. Suite aux demandes du CNE et du gouvernement bolivarien, un porte-parole de l'organisation régionale a publié une déclaration dans laquelle il prend ses distances avec la position du haut représentant.

 

Certains analystes ont décrit les déclarations de Borrell comme une ignorance totale de l'époque ou le résultat de la maladresse politique de quelqu'un qui regarde le reste du monde depuis son fauteuil de gendarme colonialiste, avec le droit de dicter le destin de l'Amérique latine.

 

D'autres, comme le groupe de recherche et d'analyse Misión Verdad, y ont vu la main de Washington et une conspiration de coup d'État qui pourrait faire de l'UE un pion pour ouvrir la brèche à un coup d'État, tout comme l'OEA l'a été en Bolivie.

 

Dans le but de contrecarrer ces interrogations et de relâcher les tensions, la chef de la mission d'observation de l'Union européenne, Isabel Santos, a récemment confirmé que l'impasse avec le Venezuela avait été surmontée.

 

L'expert, qui est arrivé à Caracas pour participer aux élections, a déclaré dans une interview accordée au journal vénézuélien Últimas Noticias, que les contradictions qui avaient découlé des déclarations du haut fonctionnaire appartenaient au passé.

 

Il a souligné : "les porte-parole ont dit ce qu'il fallait dire, M. Borrell lui-même a considéré que l'affaire était close".

 

Mais deux jours seulement après la déclaration de M. Santos, lors de sa tournée des pays de la région, le ministre des affaires étrangères de l'UE a réitéré ses déclarations contre le Venezuela, qui ont été rejetées par M. Plasencia, qui a également critiqué sa prétention à "donner des leçons de démocratie, de liberté et de prospérité".

 

Les vues erronées de l'UE sur le Venezuela

 

Pour l'analyste vénézuélien Sergio Rodríguez, les différends actuels de l'UE avec le Venezuela sont le résultat de ses vues erronées et de sa subordination aux politiques de Washington, qui vont au-delà des déclarations ou des tentatives supposées d'apaiser les relations.

 

Dans un échange avec Prensa Latina, M. Rodríguez a déclaré qu'au fil des ans, un stéréotype a été créé pour présenter le Venezuela comme une menace, un ennemi qui doit être vaincu.

 

Ceci, a-t-il souligné, a conduit les gouvernements et les organisations internationales à prendre des décisions basées sur des opinions préétablies, plus sur les souhaits que sur les réalités.

 

"Les États-Unis et l'Europe ont conçu des plans basés sur de fausses informations annonçant le renversement imminent de Maduro, nés des aspirations et ambitions personnelles d'une bande d'escrocs qui ont fait de la politique un business", a expliqué le chercheur à cette agence.

 

Tout cela, a-t-il dit, les a conduits à un niveau d'ingérence sans limites en reconnaissant Guaidó comme président, obligeant le gouvernement vénézuélien en janvier 2019 à rompre ses relations avec Washington, qui est ainsi aveugle et sourd.

 

"Dans ce contexte, ils se sont donné pour tâche de construire des scénarios fantastiques de lutte contre la "dictature", qu'ils ont vendus à bon prix à leurs employeurs désespérés. Il en est de même pour les fonctionnaires des ambassades européennes, contactés dans le même but", a-t-il souligné.

 

Une fois que les diplomates américains ont quitté Caracas, leurs collègues européens en France, en Espagne, en Allemagne et ailleurs ont déclenché un véritable déferlement d'activités subversives, largement connues et documentées par les services de renseignement nationaux.

 

D'autres, rappelle Rodríguez, assistaient secrètement aux convocations du gouvernement, implorant qu'elles ne soient pas rendues publiques afin de maintenir la mascarade de la reconnaissance de l'imposteur. "Il était embarrassant de voir des diplomates de carrière, vétérans et honorables, se ridiculiser sur ordre de leur gouvernement", a-t-il déclaré.

 

Pendant l'administration de Donald Trump, l'Europe a tranquillement obéi aux ordres de ceux qui les ont maltraités, espionnés et humiliés comme cela ne se fait qu'avec ceux qui n'ont pas de principes ou d'éthique dans la vie, a déclaré le politologue à Prensa Latina en analysant la position de ces représentants.

 

"Ils pensaient que l'arrivée de Joe Biden à la présidence changerait tout et qu'ils auraient à nouveau une relation d'égal à égal avec le grand frère. Ce n'est pas le cas, l'affront permanent - qui, pour Washington, est la politique de l'État à l'égard de ceux qu'il considère comme inférieurs - a été maintenu et même approfondi", a-t-il déclaré.

 

Après l'action en Afghanistan et l'accord AUKUS (Australie, Royaume-Uni et États-Unis) contre la Chine - qui implique, entre autres, la rupture d'un contrat de plusieurs millions de dollars entre Canberra et la France pour la construction de sous-marins - il semble que l'Europe commence à se réveiller "de son rêve d'amour avec Washington", affirme Rodríguez.

 

La nécessité de se dissocier quelque peu de son ancien allié, a-t-il souligné, a influencé un changement de la politique de l'UE à l'égard du Venezuela, et celle-ci a commencé à bouger ses pions, en soutenant les négociations au Mexique et en reconnaissant les institutions du pays.

 

Cependant, malgré ces changements apparents, pour l'analyste vénézuélien, la vieille Europe continue de montrer sa subordination, son manque d'honneur, sa dignité, sa soumission et son asservissement à son "ami du nord".

 

"C'est l'humiliation de l'élite médiocre qui gouverne la péninsule depuis des siècles et qui entend continuer à imposer un modèle dont nous nous sommes détachés il y a plus de deux siècles", conclut le chercheur.

 

Pendant ce temps, dans l'ombre des hauts et des bas de la politique et de ses relations avec la Maison Blanche, l'UE et son haut représentant sont une fois de plus remis en question.

 

Les élections régionales au Venezuela ne sont plus qu'à quelques jours et - comme l'a souligné le ministre vénézuélien des affaires étrangères - on ne peut qu'espérer que l'UE saisira l'occasion de se positionner comme un acteur respectable et impartial et cessera d'être subordonnée à la politique étrangère des États-Unis.

 

Traduction Bernard Tornare

 

Source en espagnol

 

Yadira Cruz Valera est une journaliste cubaine, membre du groupe de l'Agence Prensa Latina.


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page