Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venezuela : révolution, élections et socialisme du XXIe siècle

par Bernard Tornare 5 Juin 2021, 12:56

Photo d'illustration : Manifestation de soutien à Maduro (2019) - AFP

Photo d'illustration : Manifestation de soutien à Maduro (2019) - AFP

 Par Angel Rafael Tortolero Leal

 

Au Venezuela, 22 ans après l'arrivée au pouvoir de la révolution bolivarienne par le biais d'élections, il est nécessaire d'évaluer avec précision les éléments constitutifs de sa praxis démocratique participative et protagoniste et le parcours politique de ce processus, sur la voie du socialisme comme produit social en construction et non comme une imposition préconçue.

 

Dans cet ordre d'idées, la révolution bolivarienne s'est caractérisée par le fait qu'elle n'est la copie d'aucune expérience politique antérieure et, bien qu'elle se nourrisse du meilleur de l'idéologie émancipatrice et progressiste des XVIIIe, XIXe et XXe siècles, il n'en est pas moins vrai qu'elle fait irruption dans le XXIe siècle comme un processus de construction et de déconstruction continues de l'idéologie politique, avec laquelle elle construit un nouveau bloc historique, qui, à partir de la dialectique du concret (Praxis et Théorie ) rend possible le nouvel État et la démocratie participative et protagoniste.

 

De plus, dans un cadre référentiel, on peut assurer qu'une nouvelle pensée émancipatrice est en train d'émerger, qui conjugue le pouvoir populaire organisé avec le référent et les théories inhérentes qui y sont amalgamées et qui s'exprime dans les forces que le peuple a pour résister et avancer.

 

Ce sont les fondements politiques et théoriques de la démocratie participative et protagoniste. Pour lui, le Dialogue est permanent ; la diversité des idées est une constante et l'accord des majorités, un acte de concrétisation.  

 

Sur la base du paragraphe précédent, il est important de souligner que la Révolution bolivarienne est une proposition en construction qui, sans porter atteinte à ses objectifs (clairement exprimés dans le Plan de la Patrie), maintient sa pertinence dans la vocation anti-hégémonique et anti-dogmatique de ceux qui l'assument. En elle, le débat est mené à partir de la complexité sociale pour réaliser les transformations proposées et soutient l'élection, plus que comme un acte civique de consultation, comme une action de conscience collective, qui met entre les mains de tous, l'évaluation des dirigeants et l'efficacité révolutionnaire du pouvoir populaire organisé.

 

Il n'est donc pas étrange qu'en vingt-deux ans de révolution bolivarienne, chaque crise provoquée par les ennemis de la patrie ait été suivie d'une consultation électorale ; ainsi, à chaque appel au vote, elle ratifie sa permanence et lorsqu'il y a eu un revers, la reconnaissance de l'adversaire n'a pas été faite attendre. Y aura-t-il un autre pays plus démocratique que celui-ci ?

 

Au Venezuela, les élections sont la preuve irréfutable de l'existence d'un État de droit et de justice, d'un État démocratique, extrêmement démocratique, au point que même ceux qui l'attaquent avec une fureur enragée et une intention malveillante, et dans de nombreux cas, ont agi en complicité avec les ennemis de la patrie, sont appelés à participer.

 

Cependant, la narration médiatique de la droite et de ses mécènes impérialistes, continue de répéter comme un psaume responsorial, les délires du vieux discours hégémonique usé pour cacher les défaites et les frustrations politiques dans lesquelles ils vivent.

 

Il est maintenant important de souligner que la Révolution Bolivarienne apportée par le Commandant Chavez et poursuivie par le Président Nicolas Maduro, est un changement substantiel et profond et recourt en permanence à la Rectification et à la Réimpulsion, comme une arme pour Résister et Avancer devant ses ennemis acharnés à l'intérieur et à l'extérieur du pays.

 

En outre, cette révolution a marqué une distance par rapport aux capitalistes dogmatiques et a démontré efficacement les délires et les incohérences de cette classe d'opposition politique qui crie comme une vérité absolue, les mensonges qu'elle proclame.

 

Sur le plan économique, ce n'est un secret pour personne que le peuple vénézuélien a été victime de la plus grande agression jamais connue sur ses terres. Aujourd'hui, personne ne doute que l'effondrement de notre appareil productif est une conséquence du blocus financier criminel imposé au pays par ceux qui, n'ayant ni organisation politique, ni propositions programmatiques, ni peuple organisé pour les accompagner, recourent au bellicisme économico-financier comme stratégie pour créer le chaos et, avec lui, renverser le gouvernement, faire s'effondrer l'État et prendre le pouvoir.

 

Aujourd'hui, alors que le processus vénézuélien progresse sur le plan politique en conservant le pouvoir entre les mains du peuple, le gouvernement du président Nicolas Maduro tend la main aux adversaires et insiste pour parvenir à la paix, tout en appelant les chefs d'entreprise et les investisseurs étrangers du pays à venir développer des zones économiques exclusives afin de produire les richesses demandées par l'ensemble de la société.


Le socialisme, c'est la distribution de la richesse, mais cette richesse doit être produite et nous sommes tous impliqués dans cette tâche.

 

Traduction Bernard Tornare

 

Source en espagnol

 
Ndt : Le Dr Ángel Rafael Tortolero Leal est né à Valence (Venezuela) le 29 mars 1963.

Il est titulaire d'un baccalauréat en sciences de l'éducation, mention Sciences sociales (UC). Master en gestion des systèmes (UBA). Spécialiste des politiques publiques (ULAC). Spécialiste en gestion publique (UNED). Master en Politiques Publiques (FIIAPP). Master en gestion publique (UNED). Docteur en sciences de l'éducation (UBA).

Dans le développement de sa vie professionnelle, le Dr Tortolero a été professeur de sciences sociales à la Faculté d'ingénierie. UC ; Directeur de l'Extension Guayana de l'IUT Antonio José de Sucre. Professeur de Politiques Publiques Postgraduate Area (UBA). Coordinateur du Doctorat en Sciences de l'Education UNERG. Analyste International

Il est actuellement professeur agrégé à la Chaire d'art et de culture dans le domaine de l'agronomie. UNERG. En plus de professeur-chercheur en politiques publiques et développement, dans la zone de troisième cycle de cette maison d'études.

Il a également été adjoint parlementaire à l'Assemblée nationale et secrétaire du bloc parlementaire du Centre. En plus d'être secrétaire du Bloc d'amitié parlementaire Venezuela-Koweït et directeur régional de l'INE Aragua.

Il a été diplomate en commission. Premier secrétaire chargé des affaires à l'ambassade de la République bolivarienne du Venezuela auprès de l'État d'Israël. MPPRE, Ministre Conseiller Chargé d'Affaires pour la fondation de notre Mission en République de Chypre. MPPRE et Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République bolivarienne du Venezuela en République de Chypre. MPPRE
est membre du Centre Jorge Rodríguez d'études socialistes ; De l'Afrique centrale et du Moyen-Orient CUBA et ALADA Chapter Venezuela. Il est également rédacteur d'opinion dans des journaux et des pages Web régionaux, nationaux et internationaux. Animateur d'émissions de radio et de télévision. Directeur fondateur de  l'Internacional Bolivarianal.

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page