Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venezuela : la démocratie à distance

par Bernard Tornare 20 Août 2020, 14:12

Venezuela : la démocratie à distance

Titre original : Chavistamente: Democracia a control remoto

 

Par Carola Chávez 

 

Almagro ne viendra pas aux élections de décembre. "Je ne le voulais même pas", a déclaré celui qui n'avait jamais été invité. La dernière fois que quelqu'un a invité Almagro à mettre son nez dans un processus électoral, tout s'est terminé par un coup d'État. Ne t'habille pas, tu n'y vas pas.

 

De toute façon, les élections, la souveraineté et ces choses-là sont passées de mode. Ce qu'il faut, c'est le soutien des États-Unis et de l'Europe. Peu importe que personne ne vous connaisse, que personne n'ait voté pour vous, s'ils vous nomment président, vous serez président. Peu importe qu'il y ait un vrai président élu avec une majorité du vote populaire, cela ne sert à rien car, depuis un certain temps maintenant, la souveraineté du peuple réside au Département d'État et au Parlement européen.

 

Il leur suffit d'ignorer les gouvernements élus, et d'inventer des présidents (AEIOU) à partir de rien. Maintenant ils ignorent les résultats des élections des mois avant que celles-ci n'aient lieu, tout cela au nom de la démocratie.

 

Les gouvernements satellites, de gentils petits chiens, jouent avec la bougie de l'ignorance de la souveraineté des autres, comme s'ils étaient à l'épreuve du feu, comme si un jour ils ne seraient pas brûlés. C'est arrivé au cousin d'un ami en Espagne.

 

Et tout cela est un énorme bâillement : la dignité avec laquelle ils déclarent, le cynisme, l'aveuglement quand les gouvernements qu'ils ont mis en place avec leurs pièges finissent par être nazis, ISIS ou parachutistes ; le mot démocratie dépouillé de son sens donne tant à se frotter contre lui... Ukraine, Bolivie, Heil Hitler ! Comme tout est beau !... Le Venezuela, Hong Kong, la Biélorussie... Les méchants Chinois, les pires Russes... Nous vivons à une époque où la tenue d'élections est une attaque contre la démocratie, car la démocratie qui est prise maintenant, ce sont des gouvernements imposés par les gringos et leurs chiens par télécommande ou par des bombardements.

 

Ainsi, dans un monde où les règles du jeu ont été rasées, nous allons aux élections en décembre, comme nous l'avons fait tant de fois au cours de ces vingt années. Et comme nous l'avons fait tant de fois, nous allons gagner et encore, comme toujours, nous allons être ignorés, accusés de tricherie, de fraude, nous allons être niés, rendus invisibles, menacés... et comme toujours, nous allons continuer à nous tenir ici, à résister, à défendre notre droit incontestable à régler nos affaires entre nous.

 

En bref, si les gringos ne veulent pas d'élections, s'ils ne veulent pas que nous votions, comme ils le devraient, alors doublez les rations. C'est pour cela qu'ils sont en colère ; parce qu'il y a longtemps que nous avons décidé qu'ici, au Venezuela, ce n'est pas eux qui sont responsables, mais nous, les Vénézuéliens.

 

Nous allons gagner !

 

Traduction Bernard Tornare

 

Source en espagnol

 

Cette traduction peut être librement reproduite. Merci de respecter son intégrité et d'en mentionner l'auteur, le traducteur et le blog Hugo Chavez.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page