Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Amérique latine : la combinaison mortelle du coronavirus et du néolibéralisme

par Bernard Tornare 28 Mai 2020, 12:04

Illustration : Coronavirus Covid-19 (orange) au microscope électronique. Image: EPA

Illustration : Coronavirus Covid-19 (orange) au microscope électronique. Image: EPA

Titre original : The deadly combination of coronavirus and neoliberalism in Latin America

 

Par Fiona Edwards 

 

L'Amérique latine est devenue un nouvel épicentre de la pandémie mondiale de coronavirus (Covid-19), car le nombre de décès augmente rapidement dans les pays dont les gouvernements néolibéraux sont soutenus par les États-Unis. En particulier, le Brésil, l'Équateur et le Pérou semblent mal gérer la crise de santé publique.

 

D'autres gouvernements de la région, en revanche, montrent qu'il est possible de contenir la maladie grâce à une intervention précoce et à la mise en œuvre des mesures responsables recommandées par l'Organisation mondiale de la santé. Cuba et le Venezuela en sont deux exemples.

 

Les priorités

 

Les différences de réponse en Amérique latine reflètent un fossé mondial croissant entre les pays qui poursuivent des politiques économiques néolibérales et ceux qui, dans une certaine mesure, donnent la priorité à la sauvegarde des vies et à la santé publique.

 

De nombreux pays occidentaux riches - du Royaume-Uni aux États-Unis - luttent toujours pour contenir la maladie, malgré des systèmes de santé avancés et d'énormes ressources pour faire face à la crise. Mais la situation des pays d'Amérique latine - dont les infrastructures sont beaucoup moins avancées et les niveaux de pauvreté beaucoup plus élevés - est bien plus périlleuse.

 

Les pays de la région Asie-Pacifique, de la Corée du Sud et de la Nouvelle-Zélande à la Chine et au Vietnam  , ont montré qu'il est possible de vaincre le coronavirus et de sauver des vies si la stratégie consiste à travailler à l'éradication totale de la maladie. Plutôt que d'accepter que l'humanité tente de vivre aux côtés de ce virus mortel ou de laisser des millions de personnes mourir en faisant le pari fallacieux d'acquérir une "immunité collective" (voir Royaume-Uni et États-Unis), les pays de l'Est ont cherché à écraser le coronavirus. Ils ont largement réussi à le faire. Et c'est précisément ce que le monde entier doit faire pour sauver des vies.


Les décès en Amérique latine néolibérale

 

Cette semaine, le Brésil est devenu le deuxième pays le plus infecté au monde en termes absolus avec plus de 390 000 cas confirmés de coronavirus et plus de 24 000 décès à ce jour. La propagation rapide au Brésil s'inscrit dans une tendance horrible en Amérique latine, où des régimes de droite étroitement alignés sur les États-Unis supervisent une augmentation sinistre des décès dus aux coronavirus.

 

Au total, au 27 mai, l'Équateur était en tête de liste en Amérique latine avec environ 181 décès par million de personnes. Selon les données officielles, l'Équateur a enregistré un peu plus de 3 000 décès jusqu'à présent. Mais les experts estiment que le nombre réel de décès est beaucoup plus élevé.

 

Le nombre total de décès par million a atteint 115,2 au Brésil, et s'élève à 114,8 au Pérou. Bien que ces chiffres ne soient pas encore proches des niveaux de mortalité catastrophiques d'autres pays à "immunité collective" comme le Royaume-Uni (545,7 décès par million) et les États-Unis (298,8 décès par million), la situation s'aggrave rapidement.

 

Jusqu'à présent, de nombreux pays d'Amérique latine dont les gouvernements sont à gauche semblent avoir mieux maîtrisé la propagation du coronavirus. Par exemple, Cuba compte 7,2 décès par million, le Nicaragua 5,2 et le Venezuela 0,39.

 

Le Mexique, avec la deuxième population la plus importante après le Brésil et un gouvernement de centre-gauche, se situe au milieu avec 63 habitants.

 

Le taux de mortalité quotidien a, quant à lui, augmenté de manière significative au Brésil, en Équateur et au Pérou entre fin avril et fin mai. À Cuba, au Venezuela et au Nicaragua, cela ne s'est pas produit. Et une fois de plus, le Mexique se retrouve au milieu de ces deux blocs.

 
Les régimes néolibéraux mettent les profits avant de sauver des vies

 

Depuis qu'il est devenu président de l'Équateur en 2017, Lenín Moreno a poussé le pays vers la droite avec un réalignement étroit sur les États-Unis et des attaques néolibérales qui ont notamment entraîné des coupes sombres dans les soins de santé, ce qui a gravement compromis la capacité du pays à répondre à la pandémie qui fait rage. Au lieu de mobiliser l'ensemble de la société pour riposter, la priorité de Moreno a apparemment été de lancer une nouvelle offensive d'austérité massive. Il a récemment annoncé, par exemple, que plusieurs entreprises publiques allaient être démantelées et que le salaire de nombreux fonctionnaires allait être réduit de 25 %.

 

Pendant ce temps, le président brésilien d'extrême droite Jair Bolsonaro poursuit sa campagne acharnée pour "rouvrir l'économie" et mettre fin aux mesures de confinement et de verrouillage partiel qui sont mises en œuvre au niveau régional par les gouverneurs et les maires de tout le pays. Mais les résistances se multiplient. Le 21 mai, sept partis politiques, dont le plus grand parti de gauche du Brésil, le Parti des travailleurs (PT), se sont joints à 400 organisations de la société civile pour soumettre au Congrès une demande de mise en accusation de Bolsonaro. L'opinion publique évolue également, un récent sondage ayant révélé que 43 % des Brésiliens considèrent le gouvernement de Bolsonaro comme "mauvais" ou "horrible", tandis que sa désapprobation personnelle est passée de 47 % en janvier à 55 % en mai.

 

Une voie différente


Malgré l'agression et la guerre économique croissantes des États-Unis, le Venezuela et Cuba ont mobilisé les populations pour lutter contre le coronavirus, en mettant en œuvre de solides mesures préventives pour sauver des vies.

 

Début mars, alors que le Venezuela ne comptait que 33 cas confirmés, le gouvernement a suspendu la plupart des voyages aériens internationaux et a annoncé une "quarantaine collective" nationale qui a été soutenue par de nombreuses mesures visant à garantir le niveau de vie des Vénézuéliens.

 

Cuba a également pris la voie des mesures préventives précoces. Lorsque les premiers cas sont apparus à la mi-mars, Cuba avait déjà élaboré un plan complet en janvier. Des dispositions ont été prises pour retracer et isoler chaque cas ; et il y a eu une grande campagne d'information publique et des enquêtes de porte-à-porte pour identifier les personnes vulnérables. Il est désormais obligatoire de porter un masque en public à Cuba, et les mesures préventives telles que la suspension des transports publics et la fermeture des frontières, des écoles et des centres commerciaux se poursuivront jusqu'en juin.

 

La solidarité internationale est essentielle

 

Le défi de la suppression, du confinement et de l'éradication des grandes épidémies de coronavirus sera beaucoup plus difficile à relever pour les pays du Sud.

 

Les pays riches doivent fournir une aide internationale, une assistance réelle et une solidarité aux pays plus pauvres qui luttent pour vaincre le virus. En Amérique latine, cela devra commencer par l'abandon par les États-Unis des sanctions et des mesures coercitives contre le Venezuela, Cuba et le Nicaragua. Cela signifie également l'abandon de la dette des pays pauvres ; ces pays ne devraient pas consacrer de précieuses ressources au remboursement de leurs emprunts alors que ces fonds sont vitaux pour la lutte contre le coronavirus.

 

Cuba est un exemple du type d'internationalisme dont nous avons besoin pour vaincre le coronavirus dans le monde entier. Elle a déployé plus de 2 000 médecins dans 23 pays du monde entier pour lutter contre la pandémie. Et alors que M. Trump a annoncé que les États-Unis allaient retirer leur financement à l'Organisation mondiale de la santé, la Chine s'est engagée à fournir 2 milliards de dollars sur deux ans pour aider les pays à faire face à la pandémie de coronavirus.

 

Alors que le coronavirus se propage dans un certain nombre de pays d'Amérique latine, les pays du Sud ont besoin de solidarité et d'aide matérielle, et non de sanctions et de dettes.

 

Traduction Bernard Tornare

 

Source en anglais

 

Cette traduction peut être librement reproduite. Merci de respecter son intégrité et d'en mentionner l'auteur, le traducteur et le blog Hugo Chavez.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page