Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les États-Unis détiennent le brevet de la liberté et de la démocratie

par Bernard Tornare 27 Décembre 2019, 22:04

Les États-Unis détiennent le brevet de la liberté et de la démocratie

 

Par Andrés Herrero

 

Leurs forces armées sont les missionnaires du capitalisme qui l'ont répandu dans le monde entier en enseignant la vertu du marché. Et le monde a préféré le consumérisme au communisme 


 
 
Il est bien connu que la liberté a été inventée par les Américains et que, grâce à leur générosité, nous pouvons tous en profiter.

 

Leurs forces armées sont les missionnaires du capitalisme qui l'ont répandu aux quatre coins du globe, enseignant à ses habitants la bonté infinie du marché... comment ces pauvres créatures pourraient-elles vivre en paix sans connaître le Coca ou le Disney ? Cela aurait été un crime impardonnable de ne pas leur apporter la civilisation.

 

Le processus de libération d'un pays commence par le vol et le truquage des élections, mais si, malgré l'argent investi et le bombardement médiatique, l'objectif n'est pas atteint, une révolution citoyenne est immédiatement montée avec un candidat qui se proclame président légitime, et si cela aussi échoue, il y a toujours l'option du coup d'État militaire classique. Ce n'est que dans ce dernier cas que l'on a recours à l'invasion humanitaire. A ce moment-là, les anges du Pentagone, les intrépides, les garçons de bonne nature aux cheveux en brosse, se précipitent pour débarrasser leurs habitants des dangers du communisme, du terrorisme, des armes de destruction massive. Et de tout dictateur malfaisant qui refuse de leur donner leur pétrole.

 

Une fois que le mal a été exorcisé et que le pays a repris le chemin normal de l'exploitation, les tentacules de l'empire étendent les certificats appropriés de nettoyage démocratique au régime ami, qu'il s'agisse d'une démocratie bananière ou islamique. Ils doivent compter sur des gouvernements complices qui répriment leur peuple par la force afin que Wall Street puisse piller ses richesses naturelles en toute impunité, par la dette, les traités commerciaux et ses multinationales à volonté.

 

L'invasion militaire et l'invasion économique sont les deux faces d'une même médaille. Même si les élites et les oligarchies locales travaillent sur commande pour leurs maîtres, elles doivent se contenter des miettes du pillage. La corruption fait partie du chèque de paie, mais il faut faire confiance aux dirigeants. Parce que, bien que les entreprises soient publiques, elles appartiennent à leurs citoyens, et il faut donc les privatiser pour que des étrangers puissent prendre le relais. Le capitalisme stipule que le poids de l'État doit être minimal et celui des millionnaires maximal. Et c'est là que les plus puissants ont tout à gagner.

 

Les dirigeants qui ne sont pas sensibles à cette approche, ou dont l'humeur nationaliste ou progressiste est trop élevée, risquent des blocages économiques, l'asphyxie financière, des grèves des investisseurs, des boycotts d'entreprises, la déstabilisation et l'agitation dans les rues, le chantage, le sabotage, la corruption, les scandales et les attentats... et ils ont une bonne chance de finir leurs jours, en déplaçant leurs beaux costumes Armani pour les prisonniers, et le homard pour ration de prison.


La vérité est que nous ne pourrons jamais les rembourser suffisamment pour la dette que nous avons contractée auprès d'eux. Le problème est que leur lutte avec d'autres blocs rivaux, ainsi que la légion de victimes laissées derrière par leur travail désintéressé pour la démocratie, a provoqué une multiplication des conflits sur toute la planète.

 

Quelque chose qui les a bien servis, sous prétexte de nous protéger, pour faire de nous tous des suspects susceptibles d'espionnage et de surveillance permanente, de voler notre vie privée. Que la défense de la liberté exige qu'on nous la retire pour ne pas la gaspiller.

 

Le monde a préféré le consumérisme au communisme et il a su en tirer parfaitement parti pour transformer nos démocraties en dictatures économiques déguisées en États de droit. Un beau mirage pour nous de vivre heureux dans les meilleurs limbes possibles.

 

Traduction Bernard Tornare

 

Source en espagnol

 

Cette traduction peut être librement reproduite. Merci de respecter son intégrité et d'en mentionner l'auteur, le traducteur et le blog Hugo Chavez.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page