Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La vérité, ce bien inaltérable

par Bernard Tornare 2 Décembre 2019, 14:23

La vérité, ce bien inaltérable
Par  Carolina Vásquez Araya

 

Une presse soumise à la pression des groupes d'intérêt, ébranle la démocratie

 

La récente célébration de la Journée des journalistes au Guatemala rend nécessaire une réflexion sur le rôle des médias dans un scénario extrêmement conflictuel et menaçant comme celui observé dans ce pays d'Amérique centrale, mais aussi dans de nombreux autres dans le monde.  Ceux d'entre nous qui avons travaillé dans cette profession connaissent, par expérience, l'ampleur des pièges de la recherche de la vérité et la mesure dans laquelle des informations de qualité peuvent être obtenues. Mais cela n'affecte pas seulement les journalistes ; pour la société aussi, le chemin est semé d'obstacles : des fragments d'information peuvent être rassemblés pour constituer le puzzle, mais les pièces indispensables manquent toujours, celles qui pourraient donner une idée des causes et des conséquences des phénomènes qui nous entourent.

 

Les médias, garants de l'un des piliers fondamentaux de tout système démocratique, se sont transformés en grands monopoles dont les intérêts corporatifs ont une fois pour toutes marginalisé leur responsabilité sociale et leur mission de garantir non seulement la liberté de la presse, mais aussi le droit des citoyens à l'information. Cette voie, apparemment inévitable en raison de la nécessité de recettes publicitaires commerciales et conditionnée par des intérêts particuliers, a eu un impact négatif sur son travail d'information, mais aussi sur l'intégrité des structures démocratiques et sur la manière dont les sociétés sont amenées à prendre position sur les faits politiques, économiques et sociaux qui les concernent.

 

Face à cette réalité, les médias alternatifs - dont la présence abonde dans le monde numérique - sont devenus une solution partielle et sans doute précieuse pour ceux qui cherchent à savoir sur quoi les grands médias ont tendance à garder le silence sous la pression des gouvernements ou pour défendre les positions et les intérêts des groupes. Ceci est particulièrement remarquable dans la couverture d'événements d'une énorme transcendance telles que les manifestations massives contre les gouvernements dictatoriaux et corrompus à travers le monde, ainsi que les phénomènes historiques : racisme, vision des migrations, discrimination sexuelle, accommodation de la pauvreté, féminicides et criminalisation des organisations populaires et des dirigeants.

 

Cependant, ces médias alternatifs ne sont qu'un palliatif dont la présence atteint une élite éduquée ayant accès à la technologie. Dans la marginalisation et l'obscurité demeurent les grandes masses de population soumises à l'invasion constante de messages d'intérêt par la télévision et la radio, les instruments les plus efficaces de connexion avec le monde et aussi les plus dangereux quand ils ne sont pas engagés dans leur mission pour la recherche et la diffusion de la vérité. L'influence de ces médias complices des centres de pouvoir est donc une véritable hache sur le centre même de la démocratie et de la vie institutionnelle des nations, même dans celles qui se vantent du développement, comme c'est le cas des grandes chaînes d'information du premier monde.

 

La parole, ce miracle authentique capable de traduire des idées pour les partager avec d'autres, est un instrument dont la puissance n'est pas valorisée dans toute sa dimension. Par conséquent, l'utiliser de manière responsable, assumer avec elle l'engagement de respecter la vérité et de la transmettre à la société malgré les pressions qui s'exercent contre elle, est un acte de foi dans des sociétés profondément blessées par la trahison de leurs dirigeants et par l'institutionnalisation innommable du mensonge.

 

LE MIRACLE DE LA PAROLE N'A PAS ÉTÉ VALORISÉ DANS TOUTES SES DIMENSIONS

 

Traduction Bernard Tornare

 

Source en espagnol

 

Carolina Vásquez Araya est journaliste et éditrice avec plus de 30 ans d'expérience, avec des réalisations professionnelles dans le développement de projets couronnés de succès qui confirment ses qualités de leadership, de créativité et de relations publiques. Elle a apporté ses connaissances dans des projets d'organisations dont les intérêts sont orientés vers le développement social, culturel et économique du pays, en particulier dans les secteurs de la culture et de l'éducation, de l'entreprenariat, des droits de l’homme, de la justice, de l'environnement, des femmes et des enfants. Chilienne, elle vit au Guatemala.

 

Cette traduction peut être librement reproduite. Merci de respecter son intégrité et d'en mentionner l'auteur, le traducteur et le blog Hugo Chavez.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page