Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bolivie : racisme et religion dans les coulisses du coup d'État contre Evo

par Bernard Tornare 16 Novembre 2019, 14:54

Bolivie : racisme et religion dans les coulisses du coup d'État contre Evo

Titre original : Racismo y religión tras bastidores del golpe contra Evo


Par RB - VTactual


Avec le hurlement de "Sortez Satan ! " les conservateurs qui ont renversé Evo Morales en Bolivie sont entrés au palais du gouvernement. Le symbolisme religieux catholique a été imposé avec le gouvernement de facto, comme il y a 500 ans, lorsque les Espagnols sont arrivés sur ces terres et ont imposé leur religion par la force de la croix et du glaive. L'inclusion des majorités indigènes que Morales a avancées en 14 ans a été effacée d'un trait de plume et rayée comme "rites sataniques".

 

La hiérarchie de l'Église catholique s'est jointe aux célébrations du nouveau gouvernement autoproclamé et a offert des messes dans différents endroits de Santa Cruz, La Paz et d'autres quartiers de la classe moyenne et supérieure. Jeanine Añez elle-même a fièrement exposé un exemplaire de la Bible pour "faire fuir les démons" du siège du gouvernement, en référence aux pratiques religieuses indigènes et ancestrales qu'Evo Morales réclamait dans son gouvernement.

 

"Jésus gouverne la Bolivie", dit le slogan promu par l'ex-candidat d'extrême droite Luis Fernando Camacho, qui de Santa Cruz n'a pas cessé de célébrer les cultes religieux chrétiens dans lesquels ils se moquent des pratiques religieuses indigènes. Avec ses groupes d'affrontement, connus sous le nom de comités civiques, Camacho fait la promotion de l'ultracatholicisme et du racisme. Dans les actes qu'il dirige à Santa Cruz et Potosí, des secteurs des classes aisées en Bolivie, des "exorcismes" sont pratiqués dans le pays et le wiphala, un drapeau indigène pris comme symbole national sous le gouvernement de gauche, est enlevé.

 

Racisme et foi

 

Depuis le Mexique, Evo Morales a dénoncé qu'un coup d'État raciste avait été perpétré contre lui. "Mon péché est d'être indigène", a dit le président déchu. Les faits semblent confirmer l'hypothèse du leader indigène, au moment même où une blonde teinte, à la peau claire et à l'extrême droite, est choisie pour remplacer le président original. Bien qu'Añez ne puisse cacher ses traits indigènes, elle essaie de les effacer avec du maquillage qui éclaircit sa peau et une teinture capillaire qui lui donne un aspect moins indigène.

 


Dans le nouveau train exécutif que le gouvernement de facto a mis en place en Bolivie, il n'y a qu'un seul représentant des groupes ethniques autochtones et il a été chargé de diriger le ministère de la Culture. Il est frappant qu'au moment de l'assermentation, la majorité des ministres du gouvernement autoproclamé ont fait le signe de la croix en s'engageant, signe du rejet des croyances de la majorité dans le pays andin.
 

La présidente autoproclamée de Bolivie est entrée au siège du gouvernement avec une Bible en main pour "effrayer les démons" des peuples indigènes.

La présidente autoproclamée de Bolivie est entrée au siège du gouvernement avec une Bible en main pour "effrayer les démons" des peuples indigènes.

La Bible et le symbolisme catholique sont redevenus des armes de domination idéologique entre les mains de Luis Fernando Camacho.

La Bible et le symbolisme catholique sont redevenus des armes de domination idéologique entre les mains de Luis Fernando Camacho.

Les ministres du gouvernement de facto prêtent serment en embrassant le signe de la croix. L'attitude retirée de la seule femme indigène sur la photo rappelle la soumission héritée de la colonie.

Les ministres du gouvernement de facto prêtent serment en embrassant le signe de la croix. L'attitude retirée de la seule femme indigène sur la photo rappelle la soumission héritée de la colonie.


Traduction Bernard Tornare

 

Source en espagnol

 

Cette traduction peut être librement reproduite. Merci de respecter son intégrité et d'en mentionner l'auteur, le traducteur et le blog Hugo Chavez.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page