Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venezuela: à part le pétrole, il y a quoi?

par Bernard Tornare 13 Septembre 2019, 15:41

Complexe Industriel "Fábrica de fábricas” inauguré pour briser la dépendance.

Complexe Industriel "Fábrica de fábricas” inauguré pour briser la dépendance.

Par CAJA DE RESPUESTAS 

 

Une question typique qui se pose lorsque l'on parle du Venezuela est de savoir ce qui est produit dans le pays en dehors du pétrole et pourquoi il n'a pas été possible de développer une industrie nationale qui parvient à briser la dépendance vis-à-vis des produits qui doivent être importés ultérieurement.

 

La question n'est pas triviale, comme en témoignent les difficultés quotidiennes auxquelles le peuple et le gouvernement vénézuéliens doivent faire face pour obtenir et rendre accessibles les médicaments, la nourriture et autres produits du panier de base.

 

Le blocus financier et la guerre économique ont connu des étapes différentes. Sur le plan international : la guerre contre la monnaie par le dollar " parallèle " et la création d'un marché artificiel pour le taux de change de la monnaie, l'extraction de billets de banque, la contrebande de marchandises du panier de base, l'augmentation du risque pays, les sanctions contre le gouvernement et ses principaux responsables, la persécution des transactions financières internationales, le blocus et l'enlèvement des comptes, le vol pur et simple des biens, les sanctions contre les navires marchands, etc.

 

Au niveau national, il y a eu des spéculations sur la fixation des prix, la thésaurisation, la vente sur le marché noir, la modification de l'emballage et des noms des produits pour contourner les réglementations, la fixation des prix selon des marqueurs internationaux pour les produits sans composants importés, le détournement des ventes vers des secteurs non réglementés, des prix fortement différenciés selon les moyens de paiement, ainsi que de nombreux autres mécanismes pour escorter le Gouvernement et punir la population.

 

Cela fait des années qu'ils luttent pour tous les Vénézuéliens, mais cela a été des années dramatiques pour les secteurs les plus vulnérables de la société.

 

Contrairement aux gouvernements néolibéraux très "démocratiques" de notre continent et au-delà, la "dictature" vénézuélienne fait d'énormes efforts pour construire et distribuer des maisons (plus de deux millions sept cent mille maisons réelles, pas des "boîtes d'allumettes" qui correspondent à l'euphémisme des "solutions de logement"). Mais aussi pour acheter et distribuer à prix fortement subsidiés les produits de base de la ménagère, garantir le Programa de Alimentación Escolar [Programme d'alimentation scolaire] pour tous les enfants fréquentant les écoles publiques, augmenter le nombre de places à tous les niveaux de l'enseignement et dans tout le pays, assurer la retraite de 100% des personnes qui atteignent l'âge de la retraite.  Pour ne citer que quelques-unes des actions entreprises par l'Etat pour tenter de contrer cette véritable guerre de pillage contre la population.

 

Ce n'est pas facile, pas facile du tout, surtout parce que l'ennemi agit de façon permanente en coupant ou en attaquant les solutions qui sont trouvées et en "forant" les systèmes qui sont développés pour essayer de surmonter le blocus.

 

Celui qui lit peut se demander: mais pourquoi ne produisent-ils pas à l'échelle nationale?

 

L'une des déformations de l'économie vénézuélienne depuis le début de l'exploitation pétrolière dans les premières années du XXe siècle est précisément le passage d'une économie agricole et d'élevage à une économie dépendante de l'extraction pétrolière.

 

Les travailleurs ruraux se sont déplacés vers les villes, principalement pour travailler dans le secteur informel du commerce et des services, la terre était concentrée entre de moins en moins de mains qui l'utilisaient simplement comme garantie pour le secteur financier. Et le Venezuela se retrouvait sans production alimentaire suffisante, parmi d'autres produits qui étaient importés.

 

Sans compter que les industries ont commencé à dépendre des matières premières, des intrants, des pièces de rechange, qui sont produites à l'extérieur du pays.

 

Même les industries qui transforment les matières premières nationales (principalement les minéraux et les dérivés de l'industrie pétrolière) dépendent également des technologies, pièces de rechange, intrants et additifs produits à l'étranger.

 

Mais n'est-il pas possible de commencer à produire localement?

 

Oui, c'est possible. Le Venezuela dispose de professionnels, de travailleurs et de techniciens capables de développer un appareil industriel qui réponde aux besoins du pays et qui garantisse à la population vénézuélienne, d'abord la sécurité et la souveraineté alimentaires, puis d'autres secteurs de la production industrielle qui permettent la réactivation de l'économie nationale.

 

La semaine dernière, le président Nicolas Maduro a relancé l'usine Hugo Rafael Chavez Frías dans la partie orientale du pays. 

 

Ce parc technologique moderne, construit grâce à des accords de coopération avec la Chine, est un puissant stimulant pour le processus de développement industriel du Venezuela, a publié le journal Correo del Orinoco. 

 

Le complexe, dont on parlait depuis longtemps, a été présenté et promu comme une icône du pays "post-trentiste", du "made in Venezuela", et une nouvelle étape vers "l'indépendance technologique" et la production.

 

Initié il y a près d'une décennie par le président Hugo Chavez, ce parc technologique qui porte aujourd'hui son nom est situé près du centre d'Anaco, une ville qui est à son tour un grand pôle gaz et énergie. Le complexe comprend 23 installations industrielles sur 26 hectares de terrain. 

 

Chavez, avec sa vision stratégique, a également conçu en parallèle la construction d'un train qui relierait toute la région centrale, les plaines et l'ouest vénézuélien avec le complexe industriel d'Anaco, qui couvrirait les besoins en transport des matières premières et des produits finis.

 

Le parc industriel a les possibilités technologiques pour produire les composants et les pièces nécessaires à tout complexe industriel du pays afin de remplacer les importations et d'améliorer le développement industriel du Venezuela. 

 

Le complexe assure la performance et le renforcement des circuits agro-productifs et industriels, notamment dans les secteurs de l'agriculture, des hydrocarbures, de la pétrochimie, de l'acier, de la métallurgie et du tourisme.

 

Cinq entrepôts ont été conçus et équipés pour produire une large gamme de machines et de pièces de rechange pour le secteur agricole: disques de herse de charrue, pignons de courroie de transport, engrenages, arbres cannelés, pivots d'irrigation, pompes électro-submersibles, foreuses de puits de l'eau, des réservoirs en acier inoxydable galvanisé, des silos, des lignes d'abattoir pour porcins et bovins, ainsi que des déshydrateurs  de fruits, entre autres.

 

Les travailleurs des principales branches de l'industrie et des services du gouvernement vénézuélien ont été prêts à faire de la rétro-ingénierie pour fournir les pièces et les pièces requises par les différents secteurs, depuis les systèmes de transport massif et le secteur électrique, jusqu'au pétrole et autres industries de base comme le fer et l'aluminium.

 

Les installations permettront également de réparer et de créer des systèmes d'irrigation et de pompage d'eau, y compris des moteurs électro-submersibles pour les puits profonds d'eau potable.

 


Car ce qui aspire à être une nouvelle étape de la production industrielle vénézuélienne, ce ne sont pas seulement les machines et les installations industrielles nécessaires pour garantir le développement national, mais fondamentalement le travail conscient des hommes et des femmes qui substituent la culture rentière prédominante au Venezuela à celle de la production et du travail, qui nous permet d'obtenir les biens et services nécessaires pour vivre, mais qui fait fondamentalement de nous les producteurs d'une nouvelle société plus juste pour tous, qui sera finalement celle qui émancipera la société entière.

 

Traduction Bernard Tornare

 

Source en espagnol

 

Cette traduction peut être librement reproduite. Merci de respecter son intégrité et d'en mentionner l'auteur, le traducteur et le blog Hugo Chavez.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page