Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Opinion : La fragilité de l'empire

par Bernard Tornare 21 Octobre 2018, 13:31

La Maison-Blanche, Hollywood et la canaille des médias gringos étouffent les rapports scientifiques qui mettent en garde contre les calamités d'une grande nation plongée dans une grande tragédie. Photo Internet

La Maison-Blanche, Hollywood et la canaille des médias gringos étouffent les rapports scientifiques qui mettent en garde contre les calamités d'une grande nation plongée dans une grande tragédie. Photo Internet

Par Alejandro Carillo

 

Chaque dollar que le gouvernement américain investit dans des armes et des bombes pour tuer est un dollar qui vole le bien-être de son peuple. Martin Luther King


 

Le triangle de la désintégration américaine a trois sommets fondamentaux: 

 

- La Maison Blanche experte pour se faire des ennemis là où il n'y en a pas (pentagone + CIA + Congrès)

 

- Hollywood et CNN pour fabriquer des mensonges sur des ennemis présumés et vénérer la violence

 

- 4 200 bases militaires disséminées dans le monde, prêtes à les menacer, envahir et à les massacrer.

 

L'appareil militaro-industriel, le lobby sioniste, le lobby pétrolier, les médias et les transnationales pharmaceutiques sont déterminés à résoudre les problèmes du Venezuela par la force, mais le pouvoir et les ressources nécessaires pour résoudre les problèmes internes qui les mettent à genoux leur échappent des mains.

 

Jusqu'à présent, en 2018, plus de 250 millions de personnes ont consommé de la drogue et 72 000 patients ont été hospitalisés en urgence à la suite d'une surdose. Une personne sur sept aux États-Unis, âgée de plus de 12 ans, se rend à des consultations médicales pour obtenir une ordonnance d'opiacés, sinon elle se rend sur le marché illégal.  Seulement 10% de la population dépendante reçoit un traitement et/ou une réadaptation, la plupart préfèrent garder le silence et hésitent à demander de l'aide pour éviter le mépris du public et la stigmatisation sociale.

 

Les compagnies pharmaceutiques ont mis au point une version synthétique de l'héroïne : le fentanyl. Les médecins qui obéissent au mandat des laboratoires transnationaux les prescrivent en vrac. Les mesures prises par le gouvernement pour calmer la montée en puissance de ces opiacés puissants font que les consommateurs réguliers se tournent vers une version d'héroïne colombienne mélangée au fentanyl, quinze fois plus puissante que la pilule et cinq fois moins chère.

 

Entre 1999 et 2018, plus de 650 000 personnes aux Etats-Unis sont mortes d'une overdose involontaire, soit environ dix fois plus que le nombre de soldats tués au Vietnam.  Ce n'est pas un hasard si la culture du pavot à opium, les laboratoires de coca et des milliers d'hectares de cannabis sativa ont quadruplé en Colombie voisine.  En conséquence, l'économie voisine et ses activités commerciales nagent au-dessus de ce bassin de matières fécales qu'est la production et la contrebande d'héroïne et de cocaïne, toutes protégées par la loi de l'offre et de la demande libres, sous le manteau protecteur des sept bases militaires, la DEA et la Maison Blanche.

 

Alerter pour dénoncer une société malade qui se détruit par ses excès, une société détournée pathologiquement vers le culte de la violence, aveugle à l'abîme dans lequel elle se jette et sourde à la tragédie qui se déroule dans sa propre cour, n'est pas de la réjouissance. Chaque enfant de 12 ans qui entre dans une salle d'urgence sans signes vitaux, chaque jeune qui détourne sa vie dans la toxicomanie, chaque adulte qui définit sa vie en ces termes nous invite à la réflexion.  Ils ont un besoin urgent d'aide humanitaire.

 

Dans cette grande puissance militaire, avec un pouvoir extravagant et inutile, il y a plus de 24 millions de consommateurs de drogue et 68 millions d'alcooliques.  En 2017, les décès dus à ces causes dépassent 43 000 décès par arme à feu, 41 000 par accident de la circulation et 16 000 par le VIH.

 

Au niveau de l'organisation sociale, dans cette merveille du Nord qui veut aujourd'hui nous envahir, soit directement par ses marines, soit par l'armée colombienne, il y a plus de 280 dénominations d'églises chrétiennes protestantes, et la tragédie ne consiste pas dans leur prolifération excessive, ni dans la variété de leurs orientations religieuses et l'authenticité de leur foi, mais chacune se revendique comme porteuse de la vérité absolue et se tient contre les autres. Cette fragmentation du corps social d'un pays fondé par des fanatiques religieux, persécutés et échappés de l'Inquisition anglo-saxonne, explique le caractère absolutiste, l'exercice d'une hégémonie impériale et sa vocation suicidaire. Ils se tournent tous le dos les uns aux autres et tournent tous le dos au monde.  C'est une société malade.

 

Quant à la pauvreté, sa population estimée selon le dernier recensement de 2017 est de 325 719 178 habitants, dont plus de 40 millions vivent dans la pauvreté, 18,5 millions dans l'extrême pauvreté et 5,3 millions dans des conditions de pauvreté infrahumaine typiques du tiers monde ; elle détient également le record du plus haut taux de mortalité infantile des pays développés (21%).

 

La Maison-Blanche, Hollywood et les médias gringo mettent en sourdine les rapports scientifiques qui mettent en garde contre les calamités d'une grande nation plongée dans une grande tragédie, et probablement la crise humanitaire qu'ils balaient sous le tapis est le grand effort qu'ils font pour creuser leur propre tombe.

 

Traduction Bernard Tornare

 

Source en espagnol

 

Sources diverses de l'article:

- Martin Luther King, Carta de San Pablo a los Cristianos de América, 3 juin 1958 Pittsburgh-Pensilvania.

- Philip G. Alston, Rapporteur des Nations Unies sur l'extrême pauvreté et les droits de l'homme, Rapport 2017.

- Infobae, publié le 16 août 2018.
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page