Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'effet Zapatero? Des changements dans l'attitude de l'Espagne envers le Venezuela sont perçus

par Bernard Tornare 8 Juillet 2018, 16:53

L'effet Zapatero? Des changements dans l'attitude de l'Espagne envers le Venezuela sont perçus
Par Julia Cardozo / Supuesto Negado

 

Dès le moment où Mariano Rajoy a été démis de ses fonctions de chef du gouvernement espagnol, les rumeurs d'un éventuel changement de politique à l'égard du Venezuela ont commencé.

 

A cette occasion, le Président Maduro a félicité le nouveau président, Pedro Sanchez, et a appelé à la compréhension et au respect de la souveraineté du pays sud-américain.

 

Cependant, un changement de position du gouvernement espagnol à l'égard du Venezuela semblait difficile, surtout compte tenu du poids que la position des autres pays européens et des États-Unis a dans cette politique.

 

La situation de Sánchez n'était pas non plus confortable, politiquement parlant, étant donné le jeu du pouvoir au sein du Congrès ibérique.

 

Cependant, tout semble indiquer que le vent du changement souffle dans la politique internationale du gouvernement espagnol à l'égard du Venezuela et de l'Amérique latine.

 

Cette perturbation dans la conduite des relations internationales de l'Espagne est le résultat des efforts de l'ancien Premier ministre espagnol, ancien secrétaire général du Parti socialiste espagnol (PSOE), et la principale figure européenne dans l'engagement en faveur du dialogue au Venezuela, José Luis Rodríguez Zapatero.
 

L'effet Zapatero? Des changements dans l'attitude de l'Espagne envers le Venezuela sont perçus

Une première indication du changement est dans les récentes déclarations de Zapatero, qui, le dimanche 24 juin, a déclaré :

 

"Je peux vous assurer que le gouvernement de Pedro Sánchez approfondira et intensifiera sa coopération, son soutien et ses relations avec les pays d'Amérique latine ".

 

Cette déclaration fait suite à une rencontre avec le président bolivien Evo Morales à La Paz. En outre, M. Zapatero a salué les efforts déployés par M. Morales dans le domaine des droits sociaux des citoyens, et a conclu en disant que la Bolivie et l'Espagne " veulent maintenir une relation très positive ".

 

Une autre indication, encore plus importante, est la nomination de Carmen Calvo au poste de chef adjoint du gouvernement. Calvo a été un ardent défenseur des efforts de Zapatero pour promouvoir le dialogue au Venezuela.
 

L'effet Zapatero? Des changements dans l'attitude de l'Espagne envers le Venezuela sont perçus

Il convient de noter en particulier le fait que Calvo a signé le manifeste en faveur de la médiation de Zapatero au Venezuela, qui a également été signé par 17 anciens ministres et autres autorités et personnalités espagnoles qui ont signé plus de 200 signatures à l'appui de l'initiative.

 

Entre autres choses, le manifeste déclarait :

 

"Il y a de nombreuses occasions où il semble que les batailles pour le Venezuela sont livrées avec des objectifs qui n'ont pas grand-chose à voir avec les difficultés subies par les Vénézuéliens. Ce plaisir inhabituel dans la disqualification de Zapatero, de mettre l'accent sur lui en ce moment, est l'un d'entre eux. Et c'est très injuste envers sa personne et sa tâche. Ce que Zapatero mérite, c'est le respect et la reconnaissance pour sa réalisation ".

 

Nous devons également souligner ce qui semble être un signe de désespoir de la part de la droite vénézuélienne et transnationale face à un éventuel changement de la politique internationale espagnole.

 

Ces derniers jours, les réseaux et les médias ont présenté plusieurs articles dans lesquels des analystes intelligents (voir par exemple le rapport Otálvora) tentent de renverser le changement possible de la politique étrangère espagnole. Ces analyses ne sont pas basées sur les faits les plus récents, mais sur des spéculations qui vont jusqu'à la disqualification et la menace.

 

Comme la politique est l'art du possible, tout reste à voir.

 

Traduction Bernard Tornare

 

Source en espagnol

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page