Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venezuela: Nicolas Maduro ou la Troisième Guerre mondiale

par Bernard Tornare 21 Avril 2018, 19:12

Venezuela: Nicolas Maduro ou la Troisième Guerre mondiale
Par Arévalo Méndez Romero, Ambassadeur de la République bolivarienne du Venezuela au Chili

 

L'Occident cherche à arrêter et à détruire les énormes projets qui commencent à être élaborés par l'alliance d'Etats influents et puissants.

 

Le titre semble osciller entre vantardise et scandale ; mais regardons la réalité mondiale actuelle qui se trouve dans un état pathologique complexe, dangereux et difficile.


Commençons : Le pouvoir hégémonique impérial appliqué à l'humanité par la confrérie des Etats et des corporations mercantilistes, à laquelle les corporations médiatiques sont attachées, s'est fixé comme objectif permanent suprême, et à perpétuité, l'imposition du modèle capitaliste néolibéral. Les États-Unis sont le leader dominant auquel un certain nombre de puissances de deuxième niveau sont subordonnées.

 

La proposition impériale est résumée en quelques objectifs peu nombreux mais potentiellement très rémunérateurs et tout aussi indéniables : la domination du commerce mondial, de l'énergie et de la finance par les puissances occidentales. Pour ce faire, ils exigent inévitablement l'inexistence de la multipolarité. Il s'agit de détruire ou d'empêcher l'émergence de facteurs opposés à la vision prédatrice capitaliste dominante.

 

Pour ce faire, l'Occident a l'obligation d'arrêter et de détruire les énormes projets qui commencent à être élaborés par l'alliance d'Etats influents et puissants, en particulier deux d'entre eux : la Fédération de Russie et la République populaire de Chine. Deux facteurs/objectifs très importants des pays hégémoniques sont d'arrêter le déploiement de ces deux nouvelles puissances inattendues sur les terres considérées comme des sanctuaires de domaine exclusif par les Etats-Unis et ses alliés inconditionnels.

 

La route de la soie ; le Petroyuan ; l'alliance Russie-Chine pour fournir d'énormes quantités de gaz à l'énergie asiatique. La présence active des deux pays sur le continent africain et en Amérique latine. La résurgence de la Russie en tant que puissance militaire ; l'émergence de la Chine en tant que puissance économique majeure. La puissante réponse commerciale de la Chine aux Etats-Unis et une série d'initiatives de toutes sortes en dehors de ses frontières et de la domination occidentale ont commencé à équilibrer l'état de la situation géopolitique mondiale, ce qui reflète, dans un sens, le déclin du concept de monopole.

 

Pour détruire les fondements de la multipolarité, l'Occident a entrepris d'arrêter la Russie, la Chine, y compris la République islamique d'Iran et la République populaire de Corée. À la lumière des réalités et du climat mondial turbulent d'avant-guerre, la seule option disponible est de déclencher un troisième conflit mondial majeur. Pour cela, ils ont besoin d'énormes quantités de pétrole qui, contrairement à la Seconde Guerre mondiale, ne sont pas disponibles aujourd'hui.

 

Les États-Unis doivent sécuriser leur approvisionnement intérieur et dans ce but, les gisements du Golfe du Mexique ne suffisent pas. 50 milliards de barils de pétrole en gisements sur les côtes américaines et mexicaines est un montant négligeable face à un besoin de guerre de plus de 300 milliards. De l'autre côté de l'Atlantique, pour une confrontation mondiale, l'Europe aurait besoin d'une réserve de plus de 200 milliards de gisements et nous savons que ces réserves en mer du Nord ont atteint un zénith de production dans les années 1990 et sont en déclin constant depuis lors.

 

La maladresse géopolitique de l'Occident a également ramené son influence sur les riches gisements du Moyen-Orient et du Maghreb..... La destruction des États en Irak et en Libye, respectivement, est devenue un boomerang qui porte atteinte aux intérêts des puissances. Les missiles russes, chinois et coréens balayeraient en un clin d'œil les raffineries d'Europe et du Moyen-Orient.

 

De ce point de vue, le seul grand site sur la planète en dehors de la zone troublée de l'est de la mésoaméricaine dont Washington et ses alliés peuvent s'inspirer se trouve au Venezuela. Mais nous savons qu'il y a un projet d'indépendance et de souveraineté dans le pays bolivarien, qui n'est pas disponible pour dynamiser les boucheries historiquement promues par l'alliance USA/Europe.

 

Pour prendre le contrôle total des sites vénézuéliens, les puissances occidentales doivent destituer le président Maduro et détruire le projet politique d'Hugo Chavez, rendant impossible le retour au pouvoir de l'option socialiste et, par conséquent, l'impossibilité d'exercer la souveraineté sur les sites.

 

Il est vrai que l'accord pour livrer le pétrole vénézuélien aux Etats-Unis et à l'Europe a été conclu avec les gens qui composent l'extrême droite nationale. Seule la maladresse des dirigeants néoconservateurs et la réaction obstinée et digne de Nicolas Maduro et des classes populaires ont empêché un tel scandale. Et tant qu'une conscience nationale claire persistera et dominera, que le pétrole est à nous, il sera très difficile pour les États-Unis et les puissances du deuxième monde de faire exploser le troisième conflit majeur.

 

Traduction Bernard Tornare

 

Source en espagnol
 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page