Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cuba : le vaccin anti-impérialiste

par Bernard Tornare 17 Août 2021, 20:09

Cuba : le vaccin anti-impérialiste

Par Angel Rafael Tortolero Leal

 

Défendre Cuba, c'est s'immuniser contre l'empire, se charger de sa dignité ; c'est revendiquer la victoire perpétuelle au combat et surtout, servir l'humanité, en démontrant par des actes qu'un monde nouveau et meilleur est possible.

 

En 60 ans de combat et à 90 miles de l'empire le plus meurtrier et prédateur, les Cubains n'ont pas cédé un pouce dans leur détermination à faire de la plus grande des Antilles la maison de la justice, de la paix, de la solidarité, de la joie, de la science et de la connaissance en faveur de l'humanité.

 

Contrairement aux attentes de ses agresseurs, malgré les attaques qu'elle a reçues, Cuba continue à avoir les plus hauts indicateurs de développement humain, scientifique, technique et sportif. En ce sens, son peuple a pu briller de mille feux aux Jeux olympiques, remporter des succès médicaux que ses détracteurs aimeraient avoir, et malgré une économie malmenée, des médecins cubains sont actuellement déployés dans le monde entier, donnant le meilleur d'eux-mêmes pour le bien de l'humanité.

 

C'est pourquoi Cuba n'est pas seule et, en ce XXIe siècle, bien que les lâches ne veuillent pas l'accepter, elle continue à inspirer par son exemple un monde qui comprend que la voie de la révolution est la voie appropriée pour conquérir une planète sans hégémonies et dans un équilibre franc entre la diversité socio-historique et culturelle des nations qui l'habitent.

 

Alors que le capitalisme impérialiste occidental, mille fois vaincu par la dignité des peuples libres, concentre ses efforts pour occulter le développement humain qu'inspire Cuba, la diversité du monde reconnaît à l'ONU le droit des Cubains à exercer leur autodétermination.

 

En ce sens, chaque fois que la presse mondiale fait allusion à la guerre dichotomique entre le bien et le mal, les contributions indéniables à et pour la bonne vie que Cuba exprime se distinguent par la force des faits, démontrant les faussetés du discours émietté hérité du maccarthysme meurtrier, imposé avec haine aux consciences de ses adeptes ébahis.

 

Or, il ne fait aucun doute que l'expression la plus élaborée de la pauvreté idéo-politique du néo-fascisme qui inspire la droite mondiale est directement proportionnelle à sa passion malsaine de se présenter comme le promoteur d'un stade élevé et suffisant de normalité pour toutes les cultures.

 

C'est pourquoi la guerre menée par les centres de pouvoir impériaux est basée sur la gestion des messages imposés à chacun des "réseaux antisociaux" et sur l'exécution perverse d'un scénario répété le plus souvent possible.

 

En ce sens, ancrés dans leurs positions dogmatiques, les apatrides pro-impérialistes, tels des cipayes drogués, dévoués et soumis à l'empire, survalorisent le modèle économique et politique qui promet la "liberté de Superman" en échange de leur dignité, avec l'efficacité fournie par les médias de masse et les réseaux qui fonctionnent comme une plateforme virtuelle qui masque le processus de domination impériale.

 

Par conséquent, ces êtres obscurs qui renient leur nationalité, en l'absence d'un plan alternatif pour assister au débat nécessaire, souscrivent au dogme oppressif comme à un projet, en occultant le monde qui les entoure et en assumant la vie et la mort, comme s'ils étaient dans un jeu vidéo où tuer et mourir ajoute et soustrait des points pour plaire à leurs maîtres impériaux.

 

Pour paraphraser le père chanteur Ali Primera, "le Yankee a peur que tu te lèves", c'est pourquoi Cuba résiste, se bat et avance. Vive Cuba libre, c'est-à-dire vive l'anti-impérialisme, les militants et les progressistes !

 

Traduction Bernard Tornare

 

Source en espagnol

 

Ndt : Le Dr Ángel Rafael Tortolero Leal est né à Valence (Venezuela) le 29 mars 1963.

 

Il est titulaire d'un baccalauréat en sciences de l'éducation, mention Sciences sociales (UC). Master en gestion des systèmes (UBA). Spécialiste des politiques publiques (ULAC). Spécialiste en gestion publique (UNED). Master en Politiques Publiques (FIIAPP). Master en gestion publique (UNED). Docteur en sciences de l'éducation (UBA).

 

Dans le développement de sa vie professionnelle, le Dr Tortolero a été professeur de sciences sociales à la Faculté d'ingénierie. UC ; Directeur de l'Extension Guayana de l'IUT Antonio José de Sucre. Professeur de Politiques Publiques Postgraduate Area (UBA). Coordinateur du Doctorat en Sciences de l'Education UNERG. Analyste International

 

Il est actuellement professeur agrégé à la Chaire d'art et de culture dans le domaine de l'agronomie. UNERG. En plus de professeur-chercheur en politiques publiques et développement, dans la zone de troisième cycle de cette maison d'études.

 

Il a également été adjoint parlementaire à l'Assemblée nationale et secrétaire du bloc parlementaire du Centre. En plus d'être secrétaire du Bloc d'amitié parlementaire Venezuela-Koweït et directeur régional de l'INE Aragua.

 

Il a été diplomate en commission. Premier secrétaire chargé des affaires à l'ambassade de la République bolivarienne du Venezuela auprès de l'État d'Israël. MPPRE, Ministre Conseiller Chargé d'Affaires pour la fondation de notre Mission en République de Chypre. MPPRE et Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République bolivarienne du Venezuela en République de Chypre. MPPRE
est membre du Centre Jorge Rodríguez d'études socialistes ; De l'Afrique centrale et du Moyen-Orient CUBA et ALADA Chapter Venezuela. Il est également rédacteur d'opinion dans des journaux et des pages Web régionaux, nationaux et internationaux. Animateur d'émissions de radio et de télévision. Directeur fondateur de  l'Internacional Bolivarianal.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page