Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venezuela: le dumping politique anti-Maduro n'aura aucun effet

par Bernard Tornare 14 Juillet 2020, 19:14

 Illustration : Manifestation pro Maduro à Caracas le 4 fevrier 2019 ©CRISTIAN HERNANDEZ /EPA/ MAXPPP

Illustration : Manifestation pro Maduro à Caracas le 4 fevrier 2019 ©CRISTIAN HERNANDEZ /EPA/ MAXPPP

Titre original : El basurero político anti-Maduro no tendrá ningún efecto

 

Par Pino Arlacchi

 

La nouvelle de l'accusation portée contre le président Maduro et les membres de son gouvernement pour trafic de drogue m'a laissé sans voix. En regardant la persécution contre le Venezuela, j'ai vu tant de choses, mais je ne pensais pas honnêtement que l'association criminelle au pouvoir aux États-Unis irait aussi loin.

 

Après avoir volé 5 milliards de dollars de ressources financières du Venezuela déposés dans des banques de 15 pays. Après avoir établi un blocus de toute l'économie du pays par des sanctions atroces, avec pour objectif de frapper la population civile pour la pousser à se rebeller (sans succès) contre son gouvernement. Et après quelques tentatives de coup d'État ratées, voici le dernier coup, la plus infâme des calomnies.

 

Le coup d'État est tellement disproportionné que je ne pense pas qu'il ait des conséquences pertinentes. Ni les Nations unies, ni l'Union européenne, ni la majorité des États de la planète qui ont voté en faveur de l'actuel exécutif du Venezuela et de son président lors de l'Assemblée générale des Nations unies en septembre dernier ne donneront le moindre poids à cet épisode de guerre asymétrique.   

 

Rien ne se passera parce qu'il n'y a pas la moindre preuve pour soutenir la calomnie selon laquelle le Venezuela a inondé les États-Unis de cocaïne ces dernières années.

 

Je suis également perplexe car je m'occupe de la lutte contre la drogue depuis quarante ans, et je n'ai jamais rencontré le Venezuela sur mon chemin. Avant, pendant et après mon poste de directeur exécutif de l'ONUDC (1997-2002), le programme antidrogue des Nations unies, je n'ai jamais eu l'occasion de visiter ce pays car le Venezuela a toujours été en dehors des principaux circuits de trafic de cocaïne : entre la Colombie, principal pays producteur, et les États-Unis, principal consommateur.

 

Il y a, dans le fantasme malsain de Trump et de ses associés, un certain commerce illégal de stupéfiants entre le Venezuela et les États-Unis. Il suffirait de consulter les deux sources les plus importantes sur le sujet, le dernier rapport de l'ONUDC sur les drogues (1) et le dernier document de la DEA, la police américaine des drogues, daté de décembre 2019 (2).

 

Selon ce dernier, 90 % de la cocaïne introduite aux États-Unis provient de Colombie, 6 % du Pérou et le reste d'origines inconnues. Vous pouvez être sûr que si une odeur de Venezuela existait dans ces 4 % restants, elle ne serait pas passée inaperçue.

 

Mais c'est le rapport de l'ONU qui donne le tableau le plus détaillé, mentionnant le Mexique, le Guatemala et l'Équateur comme lieux de transit de la drogue vers les États-Unis. Et l'évaluation de la DEA cite les célèbres narcos mexicains comme étant les principaux fournisseurs du marché américain.

 

Il n'y a aucune trace du Venezuela sur aucune des deux pages des documents. Et dans aucun autre document des agences américaines de lutte contre la criminalité de ces 15 dernières années (je connais très bien le sujet), il n'est fait mention de faits qui pourraient indirectement conduire aux accusations portées contre le président légitime du Venezuela et contre son gouvernement.

 

Il s'agit donc exclusivement de déchets politiques, qui, je l'espère, seront traités comme tels en dehors du système des médias politiques américains.

 

1) Informe Mundial sobre Drogas 2019, https://wdr.unodc.org/wdr2019/prelaunch/WDR19_Booklet_4_STIMULANTS.pdf


2) Evaluación Nacional de Amenazas de Drogas 2019, https://www.dea.gov/sites/default/files/2020-02/DIR-007-20%202019%20National%20Drug%20Threat%20Assessment%20-%20low%20res210 .pdf

 

https://www.lantidiplomatico.it/dettnews-pino_arlacchi_la_spazzatura_antimaduro_non_avr_alcun_effetto/5694_33866/

 

https://www.lantidiplomatico.it/dettnews-pino_arlacchi_la_spazzatura_antimaduro_non_avr_alcun_effetto/5694_33866/

 

https://wdr.unodc.org/wdr2019/prelaunch/WDR19_Booklet_4_STIMULANTS.pdf

 

Traduction Bernard Tornare

 

Source

 

Pino Arlacchi est un ancien Secrétaire général adjoint des Nations Unies

 

Cette traduction peut être librement reproduite. Merci de respecter son intégrité et d'en mentionner  l'auteur, le traducteur et le blog Hugo Chavez.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page