Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venezuela : la "pause diplomatique" avec le Venezuela n'est que du vent

par Bernard Tornare 13 Février 2020, 14:58

Venezuela : la "pause diplomatique" avec le Venezuela n'est que du vent

Titre original : "Diplomatischer Bruch" mit Venezuela in den meisten Fällen nur Lärm

 

Par Marta Andujo

 

Une enquête sur les relations diplomatiques du Venezuela a montré que la reconnaissance de l'homme politique d'opposition et président intérimaire autoproclamé Juan Guaidó par plus de 50 États ne dépasse généralement pas un niveau symbolique. Dans la plupart des cas, les relations au niveau des ambassades et des consulats continuent à être maintenues avec le gouvernement socialiste en place sous le président Nicolás Maduro.

 

Le rapport du quotidien vénézuélien Últimas Noticias compare la situation avant janvier 2019, lorsque la tentative de changement de régime par les États-Unis et les pays alliés s'est accompagnée de la reconnaissance de Guaidó, à celle d'aujourd'hui.

 

En 2019, le Venezuela disposait d'une représentation diplomatique et/ou consulaire dans 90 des 193 pays qui, avec le pays sud-américain, forment la communauté internationale au sein des Nations unies (ONU). Un an après que certains pays aient reconnu l'autoproclamation du chef de l'opposition, le gouvernement vénézuélien maintient les mêmes relations diplomatiques et/ou consulaires avec 94,4 % de ces pays.

 

Les relations ne peuvent être considérées comme rompues qu'avec cinq de ces 90 pays : Les États-Unis, la Colombie, le Costa Rica, le Paraguay et, plus récemment, la Bolivie à la suite du coup d'État des forces d'extrême droite. Les ambassades et les consulats de ces pays sur le territoire vénézuélien sont fermés, et le Venezuela n'a plus de représentations en activité dans ces pays.

 

Sinon, tous les départements consulaires, consulats et consulats généraux du Venezuela, qui existaient en 2019, devraient continuer à fonctionner. Au niveau des ambassades, cependant, il y a eu des déclassements dans certains endroits. Les postes d'ambassadeur ne sont pas pourvus et les contacts diplomatiques se situent à un niveau inférieur.

 

L'auteur de l'étude cite une anecdote qui illustre le fait que la "reconnaissance" internationale de Guaidó en tant que représentant légitime du Venezuela contient une grande part de "diplomatie du mégaphone" qui déforme la réalité. "Il y avait un ambassadeur à qui j'ai demandé : qui est le président, selon vous ? Et il a répondu : "Celui qui répond au téléphone dans le [palais présidentiel] Miraflores", cite Eduardo Fernández, un homme politique de l'opposition qui a parlé de la présidence de Nicolás Maduro dans une interview avec la journaliste de Telesur Madelein García.

 

En Allemagne, Orlando Maniglia Ferreira, nommé par le gouvernement Maduro, reste l'ambassadeur, tandis que la chancellerie d'Angela Merkel a également accepté un "représentant personnel" de Guaidó. Une situation similaire existe dans d'autres pays où, malgré la présence des "Guaidós", les missions diplomatiques désignées par le ministère vénézuélien des affaires étrangères sont les seules à avoir une efficacité politique et territoriale.

 

La grande majorité des pays membres de l'ONU continuent de reconnaître le gouvernement Maduro. Cela inclut les membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, la Chine et la Fédération de Russie.

 

Traduction Bernard Tornare

 

Source en allemand

 

Cette traduction peut être librement reproduite. Merci de respecter son intégrité et d'en mentionner  le traducteur, l'auteur et le blog Hugo Chavez.
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page