Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Réflexion : regarder ailleurs

par Bernard Tornare 27 Octobre 2019, 14:50

CSA-Printstock | Getty Images

CSA-Printstock | Getty Images

Titre original : Mirando hacia otro lado

 

Par Lara Dias Santos

 

Après la Seconde Guerre mondiale et la révolution scientifique et technologique, le monde tel que nous le connaissions s'est transformé. Une nouvelle morale est née, une nouvelle politique, une nouvelle éthique et une nouvelle vision. Le colonialisme de l'époque, associé au système économique expansionniste, a conduit au monde globalisé et eurocentrique dans lequel nous vivons aujourd'hui. Nous vivons interconnectés et soumis à certaines institutions internationales, mais qu'est-ce que cela signifie vraiment ? Vivons-nous vraiment en temps de paix, comme on dit ?

 

Il y a quelques années, l'ONU a publié un rapport déclarant que nous sommes dans la plus longue période de paix de l'histoire et que nous nous dirigeons vers une période de paix mondiale. S'il est vrai qu'il y a moins de personnes qui meurent de faim que jamais auparavant ou qu'il y a moins de guerres, ces données sont généralement relatives à des comparaisons très fines et des critères très flous.

 

Actuellement, nous devons faire face à des guerres économiques, des guerres de l'information, un terrorisme aveugle, des conflits territoriaux, des États en déliquescence, des inégalités brutales, des féminicides, la violence sexiste, le manque de démocratie, la montée du nationalisme et l'urgence climatique qui menace toute l'humanité, parmi d'autres dangers. 

 

L'une des menaces qui pèsent sur cette paix apparente est la vague de migration, le racisme, le sexisme et toutes ces valeurs de répression qui couvrent l'Europe et les gouvernements internationaux. Parce que, tel qu'il nous est présenté, le monde semble divisé entre le Nord et le Sud, l'Ouest et l'Est, le premier et le tiers monde, la civilisation et l'incivilisation. 

 

Depuis 1492, le monde a été enseigné à partir d'une vision européenne avec la suprématie de l'homme blanc. Les valeurs européennes et la politique occidentale ont été imposées à d'autres régions : leur identité a été volée. Cela a continué pendant des siècles alors que l'homme européen commençait à dominer le monde. Après la révolution industrielle, les colonies ont été utilisées pour laisser des excédents et bénéficier des produits d'autres pays. Le système économique est imposé, les frontières sont imposées, les génocides sont produits... Le monde est colonisé et les colonies sont utilisées comme de simples instruments pour obtenir plus de pouvoir et de richesse.

 

Ces mêmes valeurs colorent encore notre système aujourd'hui. Ces gouvernements internationaux veillent à leurs propres intérêts, oubliant ceux des autres pays. Leur soif de pouvoir les empêche de voir l'inégalité entre les nations. Nous pensons sans cesse à la croissance économique des pays occidentaux, oubliant les besoins extérieurs à l'Occident. Nous oublions que de leur triste histoire naît leur présent terrible et que de la pauvreté de ces nations naissent nos richesses.

 

Après avoir condamné ces personnes à la pauvreté, nous criminalisons le fait qu'elles viennent dans nos pays en quête d'une vie meilleure, en quête d'égalité et de dignité. La crise des réfugiés de 2008 a submergé la politique européenne et il y a maintenant plus de 70 millions de réfugiés dans le monde. L'Occident a réagi avec un nationalisme et une xénophobie extrêmes sans oublier le système bureaucratique difficile qui rend le processus difficile pour les migrants et les instrumentalise.

 

Ils veulent qu'on parte ? Ils veulent qu'on soit pauvres ? C'est incroyable de penser qu'avec tous ces conflits, nous vivons en temps de paix. Ce monde interconnecté est profondément inégal, dont les principaux bénéficiaires sont les Occidentaux. Nous devons réfléchir soigneusement à ce que signifie la paix, parce que nous sommes encore remplis d'une culture injuste et inégale. Nous devons également penser là où il y a la paix, car il est temps de regarder au-delà de l'Europe. Le monde n'est pas réduit à l'Occident.

 

Nous sommes de mieux en mieux informés. Nous pouvons recevoir des nouvelles du monde entier en temps réel et nous sommes conscients des énormes difficultés auxquelles nous sommes confrontés, mais nous ne faisons toujours rien. Nous vénérons les statues de Colomb, nous rions des blagues racistes, nous animalisons les corps des femmes noires... nous regardons tous mais ne faisons rien. Toutes les nations regardent et ne font rien. Pendant ce temps, il y a plus de gens qui descendent dans la rue pour protester contre des nationalismes que contre la libération des noirs ou des femmes.

 

Traduction Bernard Tornare

 

Source en espagnol
 

undefined
Lara Dias Santos est étudiante en philosophie, politique et économie à Barcelone. Elle est écrivain et activiste.

 

Cette traduction peut être librement reproduite. Merci de respecter son intégrité et d'en mentionner l'auteur, le traducteur et le blog Hugo Chavez.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page