Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venezuela: les Vénézuéliens prêts à défendre leur Révolution bolivarienne

par Bernard Tornare 14 Août 2019, 13:21

Membres des Forces armées vénézuéliennes portant des drapeaux avec le regard d'Hugo Chávez et le message «Chávez vive, la lucha sigue» (« Chávez vit toujours, la lutte continue ») en 2014. Photo Wikipédia

Membres des Forces armées vénézuéliennes portant des drapeaux avec le regard d'Hugo Chávez et le message «Chávez vive, la lucha sigue» (« Chávez vit toujours, la lutte continue ») en 2014. Photo Wikipédia

Titre original: Venezuelans Prepared to Defend their Bolivarian Revolution

 

Par Farooque Chowdhury 

 

Le peuple vénézuélien doit défendre la Révolution bolivarienne. Pour défendre la terre, le peuple est prêt au combat. C'est la promesse faite par les habitants du pays que la révolution va de l'avant avec son processus de transformation.

 

Nicolas Maduro, le président du Venezuela, a déclaré: Le Venezuela est "prêt pour la bataille" si les Etats-Unis imposent une quarantaine. "Nous sommes tous prêts à nous battre si quelqu'un tente d'imposer une quarantaine ou un blocus au Venezuela."

 

Pas le Venezuela! est mon message à l'impérialisme criminel," a déclaré Maduro.

 

"Donald Trump dit qu'il envisage d'imposer une quarantaine contre le Venezuela, ce qui signifie qu'aucun navire n'entre ou ne sort. C'est un blocus."

 

Maduro a chargé Samuel Moncada, représentant permanent du Venezuela auprès de l'ONU, d'informer le Conseil de sécurité de l'ONU, comme l'a dit Maduro, " de la menace illégale et criminelle de Donald Trump d'instaurer un blocus maritime et une quarantaine contre le Venezuela ".

 

M. Maduro a déclaré que M. Trump avait exprimé ses menaces à cause du désespoir de Washington face à la dignité du Venezuela.

 

Maduro s'exprimait lors d'un événement dans l'Etat de La Guaira le 2 août, en réponse à une remarque faite le 1er août selon laquelle Trump envisageait un blocus du Venezuela en raison d'un "engagement étranger".

 

"Je dis à Donald Trump que l'impérialisme criminel ne fera pas face au Venezuela. Les eaux du Venezuela seront libres, souveraines et indépendantes. Nous y naviguerons de la manière que nous aurons choisie. Préparez-vous à vous battre si vous voulez introduire une quarantaine contre le Venezuela", a déclaré le président vénézuélien.

 

Après avoir imposé des sanctions à l'encontre du Venezuela, M. Trump a déclaré que la prochaine étape pour les Etats-Unis pourrait être d'accroître la pression sur le Venezuela en imposant un blocus ou une quarantaine. C'était la première fois que Trump exprimait l'idée d'imposer le blocus du Venezuela.

 

M. Trump a fait cette remarque désinvolte après qu'un journaliste lui ait demandé à la Maison-Blanche si le président américain était décidé à envisager un blocus ou une quarantaine du Venezuela " étant donné le nombre d'engagements étrangers en provenance de Russie, de Chine et d'Iran ".

 

"Oui, je le suis ", répondit le président américain, sans plus de détails. La réponse a incité le journaliste à demander à nouveau, mais Trump a alors répété: "Oui, je le suis. Oui. Oui, je le suis."

 

La question de la "puissance étrangère" au Venezuela n'est pas nouvelle pour les Etats-Unis, qui sont eux-mêmes une puissance étrangère en Amérique latine.

 

Mike Pompeo, le secrétaire d'Etat américain, a appelé fin juillet "toutes les puissances étrangères" à quitter le Venezuela.

 

Avec les mots " puissance étrangère ", il voulait dire la Russie, la Chine, l'Iran et Cuba. Mais il a nié avoir vu l'ingérence des Etats-Unis dans les affaires intérieures du Venezuela, ainsi que dans d'autres pays.

 

Dans une interview sur le site web Argentina’s Infobae du 19 juillet 2019, Pompeo a déclaré que les pays qui continuent à soutenir Maduro devraient "partir". A cette époque, Pompeo était en tournée de quatre jours en Amérique latine.

 

"Nous espérons que toutes les puissances étrangères partiront. Nous voulons que le peuple vénézuélien contrôle son propre destin ", a déclaré M. Pompeo lorsqu'on lui a demandé quel rôle la Russie, la Chine et l'Iran jouent dans la région.

 

Une étrange logique s'est formée! Les Etats-Unis s'immiscent ouvertement dans les affaires du Venezuela. Le pays le plus puissant du monde exige ouvertement et à plusieurs reprises que des mesures politiques et constitutionnelles soient prises au Venezuela, choisit des dirigeants politiques pour représenter le Venezuela et, par ces prises de position, il se situe au-dessus du peuple du Venezuela et de la constitution qu'il a élaborée. Aujourd'hui, elle exige que les "puissances étrangères" - les pays qui apportent leur aide, y compris l'équipement médical et les médicaments - quittent le Venezuela. Les loups tissent cette logique. Cette logique s'applique également à d'autres pays. Mais, avec un sens de la dignité, il est impossible d'accepter cette logique.

 

Pompeo a dit : "Ils doivent quitter le Venezuela, et nous pourrons alors commencer à reconstruire ce pays démocratiquement, avec des élections libres et équitables, d'une manière qui restaurera vraiment la grandeur que le Venezuela avait autrefois.

 

L'histoire de l'imposition de la démocratie impériale et de la reconstruction des pays est pleine d'histoires tristes et sadiques, désormais connues non seulement du public des médias alternatifs, mais aussi du grand public.

 

Et, avec le mot "nous", il voulait dire les Etats-Unis, le seul pays au monde avec "toutes les autorités légitimes" pour dicter tout dans le monde, pour définir la démocratie dans tous les pays.

 

"En fin de compte, je pense que les Cubains auront une décision très difficile à prendre", a déclaré Pompeo dans l'interview. "Ils ont soutenu ce régime pendant très longtemps. Ils doivent partir. Ils ont besoin d'y retourner."

 

Cuba est toujours un facteur "troublant" pour l'impérialisme. Parce que le pays insulaire n'a jamais renoncé à sa dignité et à son honneur. De nombreux Etats appartenant à des élites dirigeantes riches en ressources ont fait leur travail - abandonnant tout ce qu'on appelle la dignité.

 

S'exprimant sur les pourparlers en cours entre le gouvernement Maduro et l'opposition vénézuélienne à la Barbade, Pompeo a déclaré que toute conversation "ne peut porter que sur une seule chose, que Maduro doit partir".

 

Juan Guaido, marionnette de l'impérialisme et "président intérimaire" autoproclamé sans légitimité constitutionnelle, après avoir accepté les pourparlers, a dit la même chose - Guaido voulait seulement "négocier le départ de la dictature".

 

Telles sont les positions que l'impérialisme et ses marionnettes ont prises. Ceux-ci sont illogiques, inflexibles et contraires à la logique de la négociation. Comment peut-on décider de l'issue d'une négociation avant qu'elle n'ait lieu? N'est-ce pas imposer une condition préalable? Et, la condition préalable est conçue de telle sorte que la négociation ne bouge même pas jusqu'à la table. La condition préalable incite à rejeter l'étape de la négociation. C'était la conception originale.

 

Maduro a rejeté les tentatives américaines d'ingérence dans le dialogue politique au Venezuela. Il a dit que les accords qui pourraient être signés à la Barbade, lieu des négociations entre le gouvernement et l'opposition, ne pourraient être "absolument souverains". Maduro a dit : "Le Venezuela ne cèdera pas au chantage des Etats-Unis et de l'UE."

 

L'intolérance et l'intransigeance de l'impérialisme américain à l'égard du Venezuela est désormais un fait bien connu.

 

L'impérialisme appelle ouvertement à un changement de régime au Venezuela et prend des mesures en ce sens, ce qui fait régulièrement des victimes parmi la population vénézuélienne. L'imposition de nombreuses sanctions paralyse l'économie du pays latino-américain et les souffrances de la population augmentent alors que l'impérialisme soutient ouvertement sa marionnette.

 

La marionnette a essayé de mettre en œuvre une conspiration planifiée par l'impérialisme, conspiration après conspiration, ce qui s'est avéré être une caricature. Le résultat de ces actions a fait du maître - l'impérialisme - et de ses marionnettes une bouffonnerie. Malgré les échecs, l'impérialisme nourrit sa marionnette.

 

Citant des fonctionnaires et une note de service interne diffusée par l'Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID), le Los Angeles Times rapporte que les Etats-Unis augmentent leurs fonds pour renforcer Guaido avec 41,9 millions $ détournés de l'aide humanitaire en Amérique centrale.

 

La note de service, datée du 11 juillet et obtenue par le Times, est une notification au Congrès de l'Agence américaine pour le développement international (USAID) que l'argent va au Venezuela en réponse à une crise " urgente " impliquant des " intérêts nationaux " américains ".

 

Selon l'USAID, l'argent est "nécessaire en raison d'événements imprévus et de circonstances exceptionnelles".

 

Le mémo, cité par le LA Times, indique qu'une partie de la somme serait utilisée pour payer les salaires de Guaido et de son entourage, les billets d'avion, et pour fournir à l'opposition une formation à la "bonne gouvernance", de la propagande et un soutien technique pour des projets de "construction démocratique".

 

"L'Institut républicain international, l'Institut national démocratique et Freedom House, selon la note de service, sont quelques-uns des organismes qui serviront à surveiller les dépenses." Les organisations citées sont connues comme de longues mains de l'impérialisme. Les intérêts de ces organisations sur le marché ont été documentés des dizaines de fois par des études sérieuses. Les intérêts ne sont que des intérêts impérialistes.

 

La note de service qui informe la Chambre des représentants de l'intention de réaffecter quelque 41 millions de dollars sur les quelque 370 millions de dollars d'aide qu'elle a détournés définitivement des pays du Triangle Nord - El Salvador, Guatemala et Honduras - est la première étape du processus visant à les acheminer à Guaido et sa bande.

 

Cependant, la corruption du gang Guaido avec l'argent a déjà été révélée.

 

Et le rapport du LA Times cite Cynthia Arnson, directrice du programme Amérique latine au Wilson Center, un groupe de réflexion non partisan à Washington : "Le danger est que l'opposition vénézuélienne soit perçue comme fabriquée aux USA."

 

Fabriqué aux USA - le fait est également connu de tous. Pourtant, ni les marionnettes ni leurs maîtres ne sont timides ! Les marionnettes sont éhontées et informes, et les marionnettistes se moquent de la honte et du déshonneur.

 

Le détournement "d'aide" a été confirmé par Trump. En mars, M. Trump lui-même a déclaré aux journalistes qu'il avait " mis fin aux paiements au Guatemala, au Honduras et au Salvador ". Il n'y a plus d'argent là-dedans."

 

"Les choses" ne s'arrêtent pas ici. Il y a Cuba, l'allié le plus proche du Venezuela, et l'impérialisme national ne peut pas tolérer du tout. L'impérialisme fait continuellement pression sur Cuba pour qu'elle rompe ses liens avec le Venezuela dirigé par Maduro.

 

L'impérialisme a blâmé Cuba pour l'échec des paris politiques des marionnettes impérialistes et a imposé un certain nombre de nouvelles sanctions à lui. L'impérialisme nie voir l'inefficacité de ses marionnettes et la condition objective dans laquelle ses marionnettes fonctionnent avec un mirage d'espoir.

 

Cuba n'a pas peur.

 

Miguel Diaz-Canel Bermudez, le président cubain, a déclaré: "L'impérialisme nous propose de trahir le Venezuela, en faisant preuve d'un cynisme éhonté qu'ils recourent au chantage".

 

"Ignorant l'histoire et les principes de la politique étrangère de la Révolution cubaine, ils proposent de négocier avec nous une éventuelle réconciliation, en échange de l'abandon de la voie choisie et défendue par notre peuple. Ils suggèrent de trahir des amis, de jeter 60 ans de dignité à la poubelle".

 

"Non, messieurs les impérialistes, nous ne nous comprenons pas."

 

En blâmant tout le monde, sauf lui-même et ses alliés, et en punissant les peuples des pays où l'impérialisme impose des sanctions, les impérialistes revendiquent leur droit "authentique" à restaurer la "démocratie" dans des pays comme le Venezuela - un rêve impérial, sans aucun doute.

 

Mais les "initiatives" de l'impérialisme avec la "démocratie" sont surexposées avec les histoires intérieures de ces "projets" - pillage de ces terres, macération de sang dans ces terres et échec de la gouvernance. Le caractère de la "démocratie" qu'elle impose est également surexposé. Tous sont pour, de et par l'impérialisme - s'assurer les intérêts impérialistes, exploiter toutes les ressources des pays victimes, paupériser les sociétés intervenues. L'histoire est faite de preuves après preuves.

 

Le monde d'aujourd'hui est témoin de beaucoup de "drames" impérialistes dans un certain nombre de théâtres. Il n'y a pas qu'un seul facteur qui pousse ces "drames". Plusieurs facteurs sont à l'origine de ces "drames".

 

L'un des facteurs est la politique intérieure de l'impérialisme - élection, lutte entre factions des élites au pouvoir, problèmes sociaux graves et troublants, etc. Un autre facteur est son économie - l'économie de guerre. La tension et la guerre alimentent l'économie de guerre en produisant de la "logique" pour injecter de l'argent dans les machines produisant des armes. L'économie de guerre engloutit toujours de l'argent pour créer une guerre ou un environnement semblable à la guerre. C'est rentable pour les propriétaires de la machine de guerre. Les facteurs d'hégémonie pour piller, exploiter les ressources, contrôler les emplacements stratégiques, la concurrence, etc. sont là comme d'habitude.

 

Le Venezuela est l'une des nombreuses victimes de ce système qui vise à voler tous les gains que la population vénézuélienne a réalisés jusqu'à présent. En raison de la marche du Venezuela avec la Révolution bolivarienne, il est devenu l'une des premières cibles de l'impérialisme. Parce que l'impérialisme n'aime pas les exemples favorables aux gens.

 

Cuba a déjà connu un blocus. C'était il y a des décennies. D'autres mesures à l'encontre de Cuba se poursuivent, ce qui constitue essentiellement un blocus économique. Mais Cuba est en train de les contrecarrer et de maintenir le drapeau que le pays a déployé il y a des décennies. Le Venezuela marchera sur la même voie et contrecarrera toutes ces mesures tant que le drapeau de la Révolution bolivarienne y maintiendra la mobilisation politique de la population.

 

Traduction Bernard Tornare

 

Source en anglais

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page