Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venezuela: 7 faits sur les députés vénézuéliens accusés de trahison

par Bernard Tornare 13 Août 2019, 19:19

Juan Guaido, lors d'un événement public à Caracas, au Venezuela. (Crédit: Marco Bello / Getty Images)

Juan Guaido, lors d'un événement public à Caracas, au Venezuela. (Crédit: Marco Bello / Getty Images)

Titre original: 7 datos sobre los diputados venezolanos acusados de traición a la patria

 

Par RB / VTactual
 

Le Venezuela traverse une grave crise économique, aggravée par un blocus financier mené par les Etats-Unis, certains pays de l'Union européenne et d'autres en Amérique latine. A cela s'ajoute l'impossibilité de négocier avec sa principale ressource, le pétrole, et maintenant un embargo sur tous les actifs vénézuéliens sur le territoire américain. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, toutes ces difficultés qui ont frappé le pays sud-américain ont été demandées par les opposants vénézuéliens au gouvernement.

 

C'est pourquoi l'Assemblée nationale constituante, organe plénipotentiaire élu par le peuple, a agi contre certains des architectes de ce préjudice incalculable contre les intérêts du pays. VT Actual passe en revue les 7 données sur les députés vénézuéliens accusés de trahison.


 
Le blocus
 
L'homme politique vénézuélien Julio Borges a dirigé la mission vénézuélienne qui a demandé le blocus de son propre pays.

L'homme politique vénézuélien Julio Borges a dirigé la mission vénézuélienne qui a demandé le blocus de son propre pays.

Les secteurs de l'opposition au Venezuela rejettent souvent les accusations du gouvernement qui maintiennent Washington et son blocus contre le pays, de la débâcle économique à laquelle ce pays est confronté. Mais la vérité est que depuis 2013, lorsque le sabotage a été lancé contre la devise vénézuélienne en provenance de Colombie et que des portails Internet ont déformé le dollar, l'économie du pays n'a pas relevé la tête. En 2015, à la demande du député Julio Borges et de ses proches collaborateurs, Barack Obama a sanctionné le Venezuela comme une "menace inhabituelle et extraordinaire". Puis l'administration Trump a emboîté le pas et durcit les sanctions pour accaparer le gouvernement de Nicolas Maduro.

 

Les candidats
 
Venezuela: 7 faits sur les députés vénézuéliens accusés de trahison

Aux côtés de Julio Borges, les architectes vénézuéliens de cette tragédie vécue par le peuple vénézuélien sont les autres parlementaires Juan Guaido, José Guerra, Tomas Guanipa, Juan Pablo Garcia et Rafael Guzman. Bien qu'ils aient été le visage visible de la demande d'embargo à l'égard du pays, qu'ils ont célébrée dans différents scénarios, il existe de nombreux collaborateurs qui opèrent dans l'anonymat pour intensifier le siège du Venezuela.

 

Les dommages collatéraux
 
Malgré les efforts déployés par le gouvernement pour garantir les besoins fondamentaux de la population, le blocus s'est répandu dans toutes les couches sociales et il est difficile d'y répondre en temps voulu.

Malgré les efforts déployés par le gouvernement pour garantir les besoins fondamentaux de la population, le blocus s'est répandu dans toutes les couches sociales et il est difficile d'y répondre en temps voulu.


Un rapport récent du Centre de recherches économiques et politiques des Etats-Unis, signé par les économistes Mark Weisbrot et Jeffrey Sachs, affirme que les sanctions américaines contre le Venezuela ont aggravé la crise du pays. "Les sanctions privent les Vénézuéliens de médicaments vitaux, d'équipements médicaux, d'aliments et d'autres importations essentielles ", affirme M. Weisbrot, dont le rapport assure que les sanctions américaines sont responsables d'au moins 40 000 décès entre 2017 et 2018, de la chute de la production de pétrole, de nourriture et de médicaments, et du risque mortel de 200 000 autres personnes qui n'ont pas accès aux traitements médicaux.

 

Un coup d'Etat frustré
 
Juan Guaido et Leopoldo Lopez aux premières heures du 30 avril, alors qu'ils tentaient de commettre un coup d'Etat.

Juan Guaido et Leopoldo Lopez aux premières heures du 30 avril, alors qu'ils tentaient de commettre un coup d'Etat.

Après des appels continus et infructueux à la rébellion lancés à différents commandants des forces armées vénézuéliennes, l'opposition et un groupe restreint d'officiers et de soldats trompés ont décidé d'avancer dans une aventure du coup d'Etat le 30 avril. Le groupe dirigé par le député Juan Guaido, qui fait l'objet de l'enquête, et le fugitif Leopoldo Lopez, qui fuit la justice, ont tenté de prendre la base aérienne de La Carlota à Caracas, après quoi ils ont cherché le soutien des forces étrangères pour consommer cette trahison. Le soutien ne venait que des microphones et le coup d'état a été conjuré.

 

La Cour suprême ordonne la punition
 
Venezuela: 7 faits sur les députés vénézuéliens accusés de trahison

Après l'échec du coup d'Etat, la Cour suprême de justice (TSJ) a ordonné que l'immunité parlementaire de 17 députés soit mise à l'épreuve pour leur participation à l'événement. L'appui continu des Etats-Unis à ces actions, qui ont couronné l'embargo sur les avoirs du pays, a amené la Cour suprême à proposer la semaine dernière de " punir sévèrement toute tentative visant à soutenir des secteurs dont l'objectif est de limiter les besoins fondamentaux de notre peuple ".

 

Les crimes reprochés
 
Les députés José Guerra (à gauche) et Tomas Guanipa (à droite). Deux des acteurs les plus actifs en faveur de l'application de sanctions étrangères dans leur pays. Leur immunité parlementaire a été levée dans les deux cas.

Les députés José Guerra (à gauche) et Tomas Guanipa (à droite). Deux des acteurs les plus actifs en faveur de l'application de sanctions étrangères dans leur pays. Leur immunité parlementaire a été levée dans les deux cas.

L'Assemblée nationale constituante (ANC), agissant conformément au jugement du pouvoir judiciaire, a levé l'immunité parlementaire des députés José Guerra, Tomás Guanipa, Juan Pablo García et Rafael Guzmán, afin qu'ils puissent être jugés pour les crimes suivants: trahison, conspiration, insurrection civile, conspiration pour commettre un crime, usurpation de fonction et incitation publique et violation des lois prévues dans la loi contre la "Ley Contra el Odio". Tous ont été commis en flagrant délit, selon l'organe judiciaire.

 

Les prochaines actions
 
Venezuela: 7 faits sur les députés vénézuéliens accusés de trahison

De l'ANC, un document a été envoyé à l'ONU pour intercéder en faveur du peuple vénézuélien afin que l'agression américaine contre le pays soit suspendue. Dans un communiqué, le plénipotentiaire a déclaré ce qui suit : "Nous demandons que l'ONU exige la fin de cette agression brutale contre le Venezuela et que le droit à une vie entière soit garanti. L'ANC prévoit d'organiser des élections législatives d'ici 2020, tandis que l'opposition menace d'exacerber les tensions qui pourraient compliquer davantage la situation sociale délicate du Venezuela.

 

Traduction Bernard Tornare

 

Source en espagnol

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page