Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Crise au Venezuela : journal de bord d'une fausse nouvelle

par Bernard Tornare 23 Février 2019, 11:59

Crise au Venezuela : journal de bord d'une fausse nouvelle
Par Ricardo Gonzalez
 

 

Les opérations de guerre psychologique sont à l'avant-garde de cette nouvelle façon de fracturer les gouvernements : les rumeurs, les fausses nouvelles ancrées dans les médias tiers, la politisation des artistes pour tenter de sensibiliser la population et le recyclage des images militaires, entre autres, sont le pain quotidien des médias pour toute nation qui est la cible des intérêts de l'impérialisme américain.
Depuis le 10 janvier dernier, le gouvernement américain et l'opposition vénézuélienne ont entamé une nouvelle escarmouche pour briser le soutien populaire et militaire au gouvernement légitime du Venezuela, aux mains de Nicolas Maduro. En ce moment, le Venezuela traverse une phase de pré-conditionnement pour une future intervention militaire déguisée en " aide humanitaire ".
Pour un président menteur, il faut un pays menteur. L'utilisation des médias pour violer et massacrer la vérité sous les yeux de tous n'a pas tardé à venir. Parmi les mensonges les plus importants que nous ayons :

 

 

1 - Le régime enlève Juan Guaido (13 janvier 2019)


L'escalade vers les gros titres de tous les médias a été dénoncée par le ministre du Pouvoir populaire pour la communication et l'information, Jorge Rodriguez, comme un faux positif orchestré au projet du député Juan Guaido, jusque-là inconnu du public. Rodriguez a également comparé le fait de la fausse attaque menée au cours de sa campagne au président du Brésil, Jair Bolsonaro.

 

 

2 - Maduro est coupable de l'attaque contre la police de Bogota (17 janvier 2019)


Julio Borges a demandé au gouvernement colombien d'enquêter pour savoir si le président Nicolas Maduro avait des implications sur la planification de l'attentat suicide contre la police nationale à Bogota. Pendant des années, le Gouvernement colombien s'est efforcé de promouvoir l'idée que le Venezuela est un pays qui accueille des groupes irréguliers et qui devrait être ajouté à la liste des pays qui soutiennent le narco-terrorisme, justifiant ainsi une agression militaire qui permet un changement d'administration au Palais Miraflores.

 

3 - Assassinat d'une femme vénézuélienne en Équateur (21 janvier 2019)


Un jeune homme, prétendument vénézuélien, a commis un féminicide sous le regard du public, laissant le fait enregistré sur les réseaux sociaux. Cet acte atroce a déclenché une vague de xénophobie et de lynchages qui a blessé, déplacé et terrifié des dizaines de migrants. Quelques jours plus tard, il a été corroboré que le citoyen était d'origine colombienne et qu'il n'avait aucune affiliation avec le gouvernement de Caracas. Cependant, la manchette qui a fait la une des médias a placé le "danger" que représentent les migrants vénézuéliens pour la région, dont la solution serait la destitution de Nicolas Maduro du pouvoir.

 

4 - Le Venezuela accueille des guérilleros de l'ELN (22 janvier 2019)


Le gouvernement colombien, sans aucune preuve, a demandé à Nicolas Maduro de préciser s'il offrait l'asile aux dirigeants de l'ELN. Pour sa part, le Venezuela a affirmé que tous les mouvements et liens avec les groupes irréguliers colombiens avaient été effectués sous l'autorisation de la Casa de Nariño et dans le cadre des dialogues du processus de paix.

 

5 - Instagram ne connaît pas Nicolas Maduro comme Président (23 janvier 2019)


Après l'autoproclamation de Juan Guaido comme Président par intérim du Venezuela, la nouvelle s'est répandue qu'Instagram ne connaissait pas le Président Nicolas Maduro comme responsable du pouvoir exécutif du pays. Au lieu de cela, les nouvelles ont rapporté que le réseau social a reconnu le Guaido autoproclamé comme leader national. Cependant, le président Nicolas Maduro n'a jamais fait vérifier un compte dans Instagram, même selon le ministre de la Communication et de l'Information, Jorge Rodriguez, le compte officiel du président avait été bloqué pour annoncer le contenu.

 

6 - L'armée russe arrive pour défendre Maduro (25 janv. 2019)


Au milieu des violentes manifestations qui ont eu lieu entre le 22 et le 25 janvier, les réseaux sociaux se sont réchauffés avec #FakeNews sur les mouvements de troupes militaires à l'intérieur et vers les frontières vénézuéliennes. Aucune de ces nouvelles n'a été confirmée.

 

7 - Maduro emprisonne des enfants (28 janvier 2019)


Alfredo Romero, directeur de Foro Penal, ainsi que d'autres ONG financées par le National Endowment for Democracy (NED) et l'Agence des Etats-Unis pour le développement international, ont dénoncé l'emprisonnement de 77 mineurs, qui sera par la suite refusé par le gouvernement national. Ensuite, le ministre de l'Intérieur et de la Justice, Nestor Reverol, a montré des preuves de l'arrestation des jeunes lors des manifestations, dont beaucoup portaient des armes à feu et étaient liés à des gangs criminels opérant dans la ville de Caracas.

 

8 - Maduro recrute des enfants comme boucliers humains (30 janvier 2019)


Dans le cadre des informations visant à incriminer le Venezuela en tant qu'État violateur des droits de l'homme, le député Américo de Gracia et la journaliste Luz Mely Reyes ont dénoncé le recrutement d'enfants par les Forces d'opérations spéciales de la Police nationale bolivarienne (FAES) et le Service bolivarien du renseignement (SEBIN). Patricia Poleo, journaliste de l'opposition résidant aux Etats-Unis, a déclaré qu'il s'agissait d'un #FakeNews puisqu'aucun cas d'enlèvement d'enfant n'avait été signalé à cette fin.

 

9 - La FAES harcèle la famille de Juan Guaido (31 janvier 2019)


Sur une estrade, souriant et très détendu, Juan Guaido a dénoncé que FAES harcelait sa maison, où sa fille n'avait qu'un an, en se proclamant lui-même. Immédiatement, des journalistes des médias opposés au gouvernement de Nicolas Maduro se sont rendus sur place et ont confirmé qu'il s'agissait d'un nouveau #FakeNews, puisqu'il n'y avait pas de fonctionnaires de la police d'Etat sur place.

 

10 - Maduro vole de l'or et l'envoie en Russie (31 janvier 2019)


Le 31 janvier, dans divers médias, ils ont enregistré l'"atterrissage présumé" d'un avion d'un acronyme russe qui se trouvait toujours à l'aéroport international de Maiquetia. Ils ont immédiatement rapporté que le président Nicolas Maduro avait envoyé 20 tonnes d'or en Russie pour annuler des dettes avec ce pays. D'autres médias ont affirmé que Maduro envoyait de l'or volé en Russie et en Turquie. À la fin de la journée, il est devenu évident que l'avion était un vol civil de routine.

 

11 - Ils sont cernés : les Etats-Unis mobilisent des troupes au Venezuela (du 1er au 4 février 2019)


Pendant les premiers jours de février, les réseaux sociaux ont été bombardés de vidéos de mouvements de troupes américaines aux frontières vénézuéliennes. Les partisans de l'opposition ont placé l'étiquette "De 24 à 72 heures", faisant allusion au renversement possible de Nicolas Maduro par une force multinationale. Par la suite, certains médias ont rapporté que des images d'exercices militaires menés par les troupes américaines au Pérou et au Brésil ont été utilisées pour cette fausse nouvelle. Quelques jours plus tard, le ministre de l'Intérieur et de la Justice, Nestor Reverol, a démontré que cette pluie d'informations correspondait à une tentative de coup d'État qui a abouti à l'arrestation et à la saisie d'armes lourdes entre les mains du Colonel Oswaldo García Palomo.

 

 

12 - Un avion transportant de l'aide humanitaire atterrit au Venezuela (fév-07-2019)


Selon le secrétaire d'Etat portoricain Luis Rivera Marin, un avion des Etats-Unis a violé la clôture de sécurité de l'espace aérien vénézuélien et s'est posé au Venezuela avec une partie de l'aide humanitaire. Le journaliste de CNN, Fernando del Rincon, nie l'existence de ces informations.

 

13 - Des météorites s'écrasent sur le Venezuela (fév-09-2019)


Parmi toutes les choses "inhabituelles" et incertaines qui se sont produites au Venezuela depuis le 10 janvier, il y a la collision d'une météorite dans l'état de Carabobo, dans le centre du pays. Contrairement à la météorite qui a frappé Cuba, l'emplacement de l'impact n'a jamais été connu, et aucun vestige de l'objet qui proviendrait de l'espace n'a été retrouvé.

 

14 - Les "collectifs" de la famille Maduro harcèlent la famille Guaido (fév-10-2019)


L'opposition a reçu un coup dur le 4 février pour l'échec de sa mobilisation et le succès de la démonstration de force de Nicolas Maduro sur l'avenue Bolivar. Les rues semblaient se rafraîchir pour les autoproclamés et devant l'impérieuse nécessité de "faire les nouvelles" pour être au sommet, Juan Guaido dénonça que les "collectifs" sympathisants à Maduro avaient harcelé la grand-mère de sa femme dans l'Etat de Mérida, à l'ouest du pays. Cette nouvelle n'a jamais été confirmée.

 

15 - L'aide humanitaire était déjà à Caracas (fév-11-2019)


Selon le député Miguel Pizarro et l'autoproclamé Juan Guaido, l'aide humanitaire s'est moqué de l'Etat vénézuélien et, avec la collaboration de certains responsables de la sécurité, est entré dans le pays en décembre dernier. Les filets ont explosé et le commentaire qui a conduit les critiques était " la crise est si forte qu'elle aurait pu attendre 3 mois ".

 

16 - La Chine abandonne le Venezuela (12 février 2019)


Selon le Wall Street Journal, le gouvernement chinois a demandé à rencontrer l'équipe autoproclamée et a tourné le dos au gouvernement de Nicolas Maduro, un de ses principaux alliés dans la région. Cependant, Pékin a dénoncé cette information comme un #FakeNews diffusé par les médias américains.

 

17 - Pour la troisième fois : l'aide humanitaire se moque de Maduro. (14 février 2019)


L'ancien gouverneur de l'Amazonas, Liborio Guarulla, a annoncé que l'aide humanitaire serait entrée par la frontière, grâce à la collaboration du gouvernement colombien, des ONG et des organisations indigènes. La nouvelle n'a pas eu de conséquences majeures sur les réseaux.

 

18 - Les défections des hommes d'armes augmentent (16 févr. 2019)


Selon le journaliste José Rafael Ramírez et le portail JR News, le deuxième homme de la FAES a déserté et a fui au Panama avec sa famille. Bien qu'ayant été une tendance dans twitter, cette information n'a jamais été confirmée.

 

19 - Les banques russes abandonnent Maduro (18 février 2019)


Selon le World Street Journal, Gazprombank, la troisième plus grande banque russe, aurait bloqué les comptes de la compagnie pétrolière publique PDVSA, tournant le dos au gouvernement vénézuélien et rejoignant le blocus financier. Cette information a été niée à la fois par la société et par la banque elle-même.

 

La provocation et les conflits pour tirer le meilleur parti des affaires ont toujours fait partie de la philosophie du président américain Donald Trump. Au fil des jours, les fausses nouvelles ou #FakeNews se positionnent sur les médias vénézuéliens et multiplient les opérations de guerre psychologique contre un peuple qui a résisté aux coups d'État, aux assassinats frustrés et aux guerres irrégulières. Pour la malchance de l'ennemi envahisseur, le mensonge a des jambes très courtes et le peuple vénézuélien a été tanné dans les pires scénarios. Sans aucun doute, nous vaincrons.

 

Traduction Bernard Tornare

 

Source en espagnol

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page