Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venezuela: tous les éléments possibles pour déclencher un coup d'Etat sont en cours

par Bernard Tornare 19 Janvier 2019, 12:30

Est de Caracas - photo Wikimedia Commons

Est de Caracas - photo Wikimedia Commons

Titre original: All possible angles to spark a coup d'état are being promoted in Venezuela
 

Par Arturo Rosales - Axis of Logic

En fait, ce doit être plus qu'une coïncidence si l'ambassade du Venezuela à Lima a récemment été attaquée et est maintenant fermée jusqu'à ce que le gouvernement péruvien puisse garantir sa sécurité. Tous les services consulaires sont suspendus, comme ils l'étaient à Miami après que des fous ont harcelé et menacé le consul du Venezuela il y a quelques années.

 

Que le Groupe de Lima, les Etats-Unis, le Canada et l'Europe soutiennent Juan Guaido en tant que " président par intérim ", car cela signifie qu'il ne reconnaît aucune des autres institutions étatiques du Venezuela. Qu'est-ce qu'ils vont faire? L'installer comme une marionnette après avoir envahi le pays? Quand 148 pays reconnaissent que le Président et la Russie mettent en garde les Etats-Unis contre une ingérence dans les affaires du Venezuela, tant sur le plan politique qu'économique? Si Guaidó devait être installé de manière irrégulière, les auteurs de ces actes auraient un soulèvement civil sur les bras, sinon une guerre civile.

 

Des groupes d'opposition vénézuéliens ont envoyé des communications via WhatsApp annonçant des manifestations contre Maduro dans le monde entier dans différentes villes - de Miami à Madrid et Melbourne. Ils l'ont déjà fait auparavant, lorsque Chavez était "diabolisé" et normalement quelques personnes se présentent en criant des slogans.

 

Nous aurons une idée si l'opposition ralliera des soutiens le 23 janvier alors que le "président intérimaire", Guaido, a appelé à des marches contre Maduro au Venezuela. En outre, l'Assemblée nationale, qui est en outrage aux décisions de la Cour suprême - ce qui signifie que toutes ses décisions sont nulles et non avenues - a adopté un document appelant effectivement la police et l'armée à faire un coup d'Etat contre Maduro.

 

Je pense qu'il y aura bientôt des arrestations pour écraser ces traîtres, comme l'a déclaré hier le président de la Commission des affaires étrangères de l'Assemblée nationale constituante, Saul Ortega, dans une interview à Union Radio.

 

En ce qui concerne le taux de participation impressionnant dans la rue pour soutenir l'opposition le 23 janvier, cela est douteux, car tous les secteurs de la société doivent lutter pour subsister au Venezuela à l'heure actuelle. C’est grâce à la guerre économique, à l’hyperinflation et au blocus contre la population, qui ont tous été organisés et exécutés par les Etats-Unis et ses laquais de l’opposition politique au Venezuela dans le but infructueux de conquérir le pouvoir.

 

Les lecteurs d'Axis of Logic doivent savoir que cette attitude et ce comportement de l'opposition vénézuélienne avec le soutien des puissances étrangères est loin d'être démocratique. L'opposition a refusé de participer aux récentes élections locales ; aux élections présidentielles du 20 mai 2018 qui ont été avancées à la demande de l'opposition ; aux élections municipales de décembre 2017 ; et a refusé de signer un accord politique pour travailler pour le pays en République dominicaine début février 2018.

 

Aujourd'hui, ils ont repris leur comportement normal de putschistes en disant qu'avec l'actuel Conseil national électoral, des élections démocratiques ne sont pas possibles au Venezuela. Ce Conseil électoral national est le même que celui qui a organisé et présidé les élections à l'Assemblée nationale de décembre 2015 que l'opposition a remportées par un affrontement de masse. Il n'y a eu aucune plainte au sujet de la composition du Conseil électoral lorsqu'il a gagné.

 

L'opposition ne peut pas gagner démocratiquement et l'histoire de toutes les élections et référendums au Venezuela depuis décembre 1998 le prouve : Jusqu'à présent, il y a eu 25 élections nationales et le score final est Chavisme 23 - Opposition 2.

 

En dernière analyse, ce sont les Etats-Unis qui veulent un gouvernement conforme au Venezuela, principalement en raison des approvisionnements stratégiques en pétrole. Et c'est l'Assemblée nationale, au mépris de la Cour suprême et de son président, Juan Guaido, "l'idiot utile", qui font l'offre d'une puissance étrangère contre leur propre nation et leurs compatriotes.

 

Si la justice intervenait au Venezuela, les 73 députés de l'opposition qui ont voté pour qualifier Maduro d'"usurpateur" et appeler à un coup d'Etat - tous seraient déjà derrière les barreaux en attendant d'être jugés et condamnés pour haute trahison - qui est passible d'une peine de prison de 16 ans en vertu du code pénal du Venezuela.

 

Traduction Bernard Tornare

 

Source en anglais

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page