Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La balance cassée

par Bernard Tornare 11 Mai 2018, 12:38

Photo: PSUV Miranda

Photo: PSUV Miranda

Par Richard Canan

 

Les États-Unis sont le plus grand transgresseur des droits de l'homme de l'histoire de l'humanité. Il n'y a aucun doute là-dessus. Dans sa courte existence en tant que nation (fondée en 1776), elle a été caractérisée par ses méthodes sanglantes de domination impériale, avec la violence comme principal moyen de dissuasion. Le fameux bâton. Dès leurs origines, ils ont été caractérisés par l'extermination et le pillage des terres ancestrales des Amérindiens, les confinant dans de misérables "réserves", pour ensuite renforcer leur base économique et commerciale basée sur le travail des esclaves d'origine africaine.

 

Les États-Unis ont déclenché des guerres dans tous les coins du globe, même s'ils n'ont jamais été menacés ou attaqués sur leur propre territoire. Parmi ses "interventions humanitaires" perverses, outre le pillage éhonté des richesses naturelles, des matières premières ou des routes commerciales, de vastes territoires tels que le Texas (1845), Porto Rico (1898) et Guantánamo (1903) ont été annexés comme butin de guerre, en appliquant des méthodes de néocolonialisme.

 

Ils ont pris grand soin d'exterminer des peuples entiers, avec leur spécialité, la machine de guerre. Oui, les plus grandes entreprises américaines ont toujours été liées à l'art de la mort, à la fabrication et au perfectionnement des meilleurs moyens de tuer, de leurs bombes nucléaires à leurs drones meurtriers.

 

Cependant, en tant que puissance colonisatrice, c'est un empire parasitaire et exploiteur, ne laissant jamais rien de bon dans les endroits qu'il touche. Mais l'art de la manipulation, de la collusion, de l'aliénation et de la domination idéologique est dominant. Ainsi, avec une arrogance totale, il ose appeler ses opérations d'extermination et de purification "Just Cause". Un paradoxe étrange, car là où ils appliquent leur modèle de justice et de démocratie, ils ne font que causer la mort et la destruction. Pas de sauvetage ou de libération des gens. Leurs objectifs clairs, leurs seules priorités sont le pillage des ressources naturelles, la domination du commerce mondial et tout ce qu'ils peuvent utiliser à leur avantage.

 

Ce sont des experts pour pointer du doigt les autres, pour accuser les autres. Avec une immoralité totale, ils sont capables de mentir, comme la très mémorable question des "armes de destruction massive" qui n'a jamais existé en Irak, pour justifier leurs invasions sanglantes. Mais ils peuvent tuer en toute impunité. La permission de l'ONU, de l'OEA, de la Communauté européenne, n'est qu'une simple formalité administrative, pour apparaître comme une sorte de légalité douteuse. La vérité est que l'Empire n'a pas besoin d'autorisation pour exterminer sans vergogne les peuples du monde.

 

Ce doigt accusateur, de juge et de bourreau, est rarement vu dans le nombril, dans ses propres perversions, déviations et atrocités. Ils cachent ça sous le tapis. Ils ont l'impunité et le permis de tuer. C'est pourquoi il est vraiment intéressant d'analyser le document publié par le Conseil d'État de la République populaire de Chine, intitulé "Human Rights Register in the United States 2017" (un rapport caché et minimisé par les grands médias mondiaux), qui donne un compte rendu détaillé de la "détérioration" des conditions de vie des citoyens américains et montre qu'ils souffrent de plus en plus d'injustice et d'exclusion. Comme l'indique le rapport, les États-Unis ont une histoire de violations " ternie ", bien qu'ils se qualifient eux-mêmes de " juge des droits de l'homme ".

 

Le rapport du Conseil d'État chinois détaille les attaques haineuses, les fusillades et les massacres qui se multiplient, comme celui de Las Vegas (où 60 personnes ont été tuées et plus de 800 blessés). Cette question met en évidence le "contrôle inefficace des armes" par le gouvernement américain, qui est toujours subordonné aux puissants lobbies de l'industrie de l'armement, qui a même ses propres représentants au Congrès.

 

Il a également noté l'augmentation de la discrimination raciale et sociale, décrivant toute la logique de la ségrégation et de l'opprobre contre les personnes d'ascendance africaine, les minorités ethniques et les populations les plus pauvres. Avec des milliers de personnes vivant dans des conditions misérables, sans abri, sans emploi ou dans des emplois précaires avec de faibles salaires et de graves limitations dans l'accès aux services de santé et d'éducation.

 

Le fossé entre riches et pauvres s'élargit, et rien ne semble arrêter la chute, au contraire, "Le rêve américain devient rapidement l'illusion américaine. Ils citent le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la pauvreté, Philip Alston, qui a déclaré : " Les États-Unis sont l'un des pays les plus riches, les plus puissants et technologiquement innovants du monde, mais ni sa richesse, ni son pouvoir, ni sa technologie ne sont utilisés pour faire face à la situation dans laquelle 40 millions de personnes continuent de vivre dans la pauvreté.

 

Le rapport met en lumière les " violations graves, répétées et persistantes des droits civils " par les forces de police contre la population d'ascendance africaine, avec des actions d'" abus de pouvoir par la police " et l'utilisation aveugle et injustifiée de la force meurtrière. Ils citent avec pertinence la star de la NBA, LeBron James, qui a averti : "Le racisme fera toujours partie de l'Amérique, et la haine en Amérique, en particulier pour les Afro-Américains, vit chaque jour.

 

Il est souligné avec un accent particulier que "les groupes riches contrôlent le développement politique" en faisant que les lois, les normes fiscales et tout le mécanisme du modèle capitaliste se développent efficacement et sans obstacles, toujours en leur faveur.

 

Il s'intéresse particulièrement à la question de l'équipement d'espionnage installé par des agences américaines telles que le FBI, la NSA et la CIA, qui ont été créées en tant que mécanisme d'espionnage international contre le terrorisme. Mais ces agences ont utilisé toute leur machinerie technologique pour accéder, collecter et analyser absolument toute l'information des gens (y compris la "surveillance des comptes de réseaux sociaux"), ce qui représente une "surveillance gouvernementale qui viole la vie privée des citoyens".

 

Le gouvernement américain est un État criminel, un tueur immoral et impitoyable. Mais quand le juge sinistre est jugé, la vérité sordide apparaît soudainement. La balance est cassée. Il n'y a rien de la démocratie, de la liberté ou de la justice dans aucune de ses " causes justes ". Pire encore, non seulement ils oppriment les peuples du monde, mais ils s'efforcent aussi d'opprimer leurs propres citoyens.

 

Traduction de Bernard Tornare

 

Source en espagnol

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page