Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Amérique latine : la divine ultra-droite

par Bernard Tornare 6 Janvier 2020, 17:25

Photo d'illustration. Un pasteur dirigeant une prière pour la guérison de Jair Bolsonaro à Palmeira Dos Reis, au Brésil, le 14 octobre dernier. NACHO DOCE/REUTERS

Photo d'illustration. Un pasteur dirigeant une prière pour la guérison de Jair Bolsonaro à Palmeira Dos Reis, au Brésil, le 14 octobre dernier. NACHO DOCE/REUTERS

Titre original : La divina ultraderecha

 

 

Par Carolina Vásquez Araya

 

Sous le slogan de la maîtrise par la foi, les doctrines de conception se sont consolidées.


A partir de la deuxième moitié du siècle dernier, on a assisté à une croissance soudaine des sectes protestantes et pentecôtistes dans tous les pays d'Amérique latine ; ce phénomène a eu son origine dans les stratégies de domination géopolitique établies par les États-Unis comme moyen d'influencer les mouvements sociaux de notre continent et de neutraliser - dans le cadre de la guerre froide - toute manifestation de subversion dans les secteurs les plus pauvres. Avec une stratégie de marketing inédite, ces sectes ont réussi à atteindre la population par le biais de programmes télévisés, de marches, de grandes concentrations dans les lieux publics et d'un démarchage de maison en maison pour conquérir de nouveaux adeptes.

 

Le terrain est fertile ; l'Église catholique - avec sa prééminence incontestée dans les sociétés et les gouvernements latino-américains - ne se donne jamais beaucoup de mal pour défendre et accroître son influence, celle-ci étant considérée comme garantie. Par conséquent, son attitude monarchique lui a joué un sale tour, et peu à peu ses paroissiens ont commencé à migrer vers un culte plus proche de leurs intérêts et de leurs besoins. Les structures élitistes du catholicisme conservateur ne purent éviter la montée de cette nouvelle idéologie de prospérité dont l'influence grandit à mesure que de petits temples apparaissent partout avec une offre plus attractive et plus proche des milieux populaires.

 

Cette idéologie représente l'un des instruments les plus audacieux du système néolibéral pour convaincre les gens de l'existence d'une relation entre leur communion avec Dieu et les avantages matériels, généralement destinés à enrichir leur pasteur et, par conséquent, à élargir leur église. C'est de là que vient l'idée que la prospérité doit venir de l'effort personnel et non d'une redistribution adéquate des richesses du pays de la part de l'administration de l'État. Un autre des fondements de ces croyances est l'accent mis sur le déni de toute forme d'équité : de genre, de diversité sexuelle, de droits sexuels et reproductifs, de féminisme et de tout ce qui signifie un défi à leurs doctrines ultra-conservatrices.

 

Cette stratégie - réussie et éminemment territoriale - constitue aujourd'hui une menace pour les droits civils dans la plupart des pays d'Amérique latine, où l'on observe l'infiltration de ces sectes dans la politique, au point de déterminer l'orientation des décisions qui touchent l'ensemble des citoyens ; en compte les droits à la liberté de culte et à la laïcité des États, établis dans les textes constitutionnels. La manipulation de la foi - phénomène facilité par la restriction de l'accès des peuples à une éducation de qualité - est l'un des moyens les plus néfastes de neutraliser leur participation consciente et analytique aux événements politiques les plus décisifs de leur pays et d'exercer ainsi une citoyenneté consciente et responsable. 

 

Les secteurs de l'extrême droite, dont la pensée a toujours été axée sur l'obtention des plus grands bénéfices possibles d'un système prédateur, injuste et individualiste, sont montés sur cette plate-forme en faisant preuve d'une fausse religiosité, par laquelle ils influencent les processus électoraux et le travail législatif dont le but est d'éliminer progressivement les espaces de participation de la grande majorité. Ceci, afin de consolider le système politico-économique établi depuis des décennies par les États-Unis pour les pays de son arrière-cour. Ces spectacles de prière dans les bureaux d'hommes d'affaires et de dirigeants corrompus, avides et traîtres, si fréquents en ces temps, constituent la pire des offenses.

 

Traduction Bernard Tornare

 

Source en espagnol

 

Cette traduction peut être librement reproduite. Merci de respecter son intégrité et d'en mentionner l'auteur, le traducteur et le blog Hugo Chavez.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page