Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un atout dans la manche

par Bernard Tornare 19 Août 2019, 13:45

Carolina Vásquez Araya est une journaliste chilienne basée au Guatemala, chroniqueuse pour le journal Prensa Libre

Carolina Vásquez Araya est une journaliste chilienne basée au Guatemala, chroniqueuse pour le journal Prensa Libre

Titre original: Ases bajo la manga

 

Par Carolina Vásquez Araya

 

Jouer avec un avantage, c'est de la tricherie; propre à ceux qui n'aiment pas suivre les règles.

 

La perspective du monde est décourageante. Les mouvements populaires qui sont apparus dans différentes parties du monde pour protester contre les abus du système économique dominant se sont heurtés à un mur de répression, dont la violence montre que les propriétaires du capital sont prêts à tout pour empêcher un retour à des systèmes plus démocratiques et à une répartition équitable de la richesse. Même si le système néolibéral a été mis en évidence brutalement devant les peuples qui en subissent les abus, ils n'ont toujours pas les moyens et l'espace nécessaires pour retrouver le protagonisme politique devant des gouvernements totalement kidnappés par des groupes économiques et financiers locaux et internationaux.

 

Le jeu, habilement structuré à partir des bureaux des puissantes multinationales et des premiers états politiques mondiaux, a la complicité d’autres centres de pouvoir parmi lesquels se distinguent les grands consortiums journalistiques. Cependant, les conséquences de cette voracité commencent à frapper durement ceux qui ont opté pour le déséquilibre, la pauvreté accrue et la surexploitation des ressources. Cela est dû à des politiques qui ont déclenché une vague inéluctable de mouvements migratoires et de pertes humaines et économiques considérables dues aux effets dévastateurs du changement climatique, dont ils nient avec force l'existence.

 

En Amérique latine, continent transformé en laboratoire d'un système néolibéral extrême, le schéma des pouvoirs s'est consolidé autour de personnages dont le rôle se limite à plier la tête et à accepter les conditions imposées par la Maison blanche. Pour ce faire, ils ont l'appui nécessaire pour profiter de l'époque et s'enrichir avec les ressources publiques, nouer des liens avec les élites du monde des affaires et chercher la protection d'armées entraînées à maintenir le statu quo, le tout tant qu'ils répriment toute possibilité de rébellion populaire. Ainsi, la population des pays administrés dans le cadre d'un système néolibéral - dont l'objectif est d'exploiter au maximum les privilèges accordés par des gouvernements corrompus - est incapable d'exercer une citoyenneté active et, encore moins, de participer politiquement sur un pied d'égalité.

 

Quand, dans certains de nos pays, la "tortilla" [Ndt: omelette traditionnelle en Espagne] est retournée - comme c'est le cas en République argentine - les pouvoirs cachés du système sont mis en "mode d'urgence" et commencent à utiliser tous les mécanismes possibles pour convaincre les citoyens des avantages de leur style d'administration, en utilisant des tactiques populistes - tardives et évidemment fausses - et en faisant usage du soutien toujours apprécié des groupements de journalistes et des syndicats qui les soutiennent. Face à cet assaut des puissances, le risque de reculer est toujours présent.

 

Un autre exemple est le résultat du processus électoral au Guatemala, qui s'est déroulé le même jour que dans le pays d'Amérique du Sud, à l'exception du fait que, dans ce cas, les cartes avaient déjà été commodément indiquées pour éviter tout écart avec le trajet établi par le Département d'Etat. Par conséquent, grâce à ces as sous la houlette du gouvernement actuel, le Guatemala maintient non seulement un statut de "risque zéro" pour le système d'exploitation de ses ressources et de cooptation de ses institutions, mais a aussi l'avantage d'un environnement citoyen craintif et psychologiquement préparé pour ce qui est à venir: quatre années supplémentaires du même et, peut-être, dans des conditions plus mauvaises pour le libre exercice de leurs droits démocratiques.

 

UNE CITOYENNETÉ OBSERVATRICE ET PASSIVE NE POURRA JAMAIS REPRENDRE LE POUVOIR.

 

Traduction Bernard Tornare

 

Source en espagnol

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page