Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France: la protestation révolutionnaire (un point de vue d'Amérique latine)

par Bernard Tornare 11 Décembre 2018, 20:41

France: la protestation révolutionnaire (un point de vue d'Amérique latine)
Par Carolina Vásquez Araya

 

Titre original de l'article: La protesta revolucionaria

 

La France se lève pour donner au monde une leçon sur le pouvoir des peuples 

 

L'unité est la formule et le peuple français la démontre avec fierté et courage.
L'indignation a jeté des milliers de Français dans les rues, teintée d'une ferveur révolutionnaire aux racines historiques profondes qui ont marqué l'avenir de l'Europe et du monde à cette époque.

 

Conscient que le pouvoir du peuple reste là, latent et capable de transformer la scène sociale et politique, le collectif dit " les gilets jaunes " est descendu dans la rue et a progressivement capitalisé sur la frustration d'une société fatiguée des revers causés par les politiques néolibérales du gouvernement d'Emmanuel Macron, jusqu'à réunir des citoyens de toutes tendances et couches sociales. Le message envoyé au monde par ce mouvement est on ne peut plus clair : la Révolution n'est pas morte.

 

Les manifestations de rue en France commencent également à susciter une réaction parmi les personnes désignées pour les contrer. Les images de policiers et de pompiers tournant le dos à leurs commandants en solidarité avec les manifestants sont la preuve indéniable des fissures dans le mur de plus en plus faible des structures politiques et institutionnelles entourant Macron, qui commence sans doute à percevoir clairement les dimensions incalculables de la crise causée par ses décisions.

 

Alors que l'attention se porte dans les rues de Paris, d'autres sociétés dans d'autres pays gouvernés par la corruption et les abus doivent se demander comment les Français font pour montrer autant d'audace et de détermination. Parce qu'il n'est pas facile de mettre un gouvernement allié à un grand capital sous contrôle ; et faire face aux forces de choc est extrêmement dangereux. Dans certaines nations de notre continent latino-américain, il y a eu des mouvements de protestation à grande échelle ces dernières années, mais cet esprit révolutionnaire capable de vaincre la peur et la frustration ne semble pas avoir la capacité de rester en vie assez longtemps pour produire des résultats et les maintenir.

 

Le message émanant des protestations en Gaule parle de l'urgence de l'unité. Les gens divisés entre riches et pauvres, entre autochtones et migrants, entre tendances politiques opposées ou croyances religieuses habilement conçues pour créer de l'animosité et des rivalités entre citoyens ont créé des sociétés faibles et vulnérables, incapables d'identifier et de proposer des buts et objectifs d'intérêt commun parce qu'elles sont conditionnées à poursuivre des buts et objectifs personnels et collectifs.

 

Le grand défi proposé par le peuple français est de s'unir contre un système néolibéral qui a entraîné la faiblesse endémique des Etats. Les gouvernements - en particulier les plus faibles sur les plans politique et institutionnel - sont confrontés aux pressions d'une superstructure d'un immense pouvoir économique, qui s'est emparé du pouvoir politique en sapant les fondements de la démocratie et a rendu les États complices de ses plans.

 

De cette façon, et sans trop d'opposition, ils saisissent tous les biens et ressources les plus précieux des nations pour les revendre à leurs propriétaires légitimes à des prix d'usure : industrie, agriculture, eau, pétrole, énergie et même cultures indigènes transformées, grâce aux brevets légalisés par des pots de vin, en propriété industrielle.

 

L'unité est la formule et le peuple français la démontre avec fierté et courage. L'unité avec la volonté de ne pas laisser les intérêts étrangers l'emporter sur ceux du peuple, qui doit décider du cours de son histoire. C'est une leçon d'une grande valeur dans les moments que vit l'Amérique latine et elle mérite d'être prise en compte.

 

C'EST LE PEUPLE QUI DOIT DÉCIDER DU COURS DE SON HISTOIRE.

 

Traduction Bernard Tornare

 

Source en espagnol

 

Carolina Vásquez Araya est journaliste et éditrice avec plus de 30 ans d'expérience, avec des réalisations professionnelles dans le développement de projets couronnés de succès qui confirment ses qualités de leadership, de créativité et de relations publiques. Elle a apporté ses connaissances dans des projets d'organisations dont les intérêts sont orientés vers le développement social, culturel et économique du pays, en particulier dans les secteurs de la culture et de l'éducation, de l'entreprenariat, des droits humains, de la justice, de l'environnement, des femmes et des enfants. Chilienne, elle vit au Guatemala.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page