Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venezuela: le soutien de la Chine est un coup dur pour les plans diaboliques des Etats-Unis

par Bernard Tornare 16 Septembre 2018, 14:01

Crédit: Reuters / Sputniknews

Crédit: Reuters / Sputniknews

Titre original de l'article: Analistas: Apoyo de China a Venezuela es un duro golpe a planes diabólicos de EEUU y Colombia

 

Par nouvelles EL ZULIANO

 

Agences

 

Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, est arrivé à Pékin pour rencontrer son homologue chinois Xi Jinping et d'autres responsables importants du géant asiatique. Voici quelques détails sur les raisons pour lesquelles la Chine soutient le Venezuela, alors que certains pays comme les États-Unis et la Colombie s'efforcent de positionner une matrice d'opinion pour intervenir militairement et assassiner des millions de Vénézuéliens, uniquement en raison de la soif de pétrole. 

Pour les analystes, la récente consolidation de l'alliance Chine-Venezuela et le soutien économique du géant asiatique forment un tableau qui frappe durement les plans diaboliques des Etats-Unis et de la Colombie d'envahir le Venezuela et de voler les richesses que possède ce pays des Caraïbes.

Comme l'a dit Maduro après sa rencontre avec Xi, les relations entre les deux pays " sont très solides, robustes et augurent un développement futur ". La signature d'accords économiques et de protocoles de coopération en est la preuve. Au total, 28 accords ont été signés sur la science, la technologie, le pétrole, les mines, l'économie, la sécurité et la santé.

 

Selon Sergio Rodríguez Gelfenstein, analyste international, "avoir un allié stratégique et mondial comme la Chine est très important pour le Venezuela". Surtout face à "un effort extraordinaire de la part des Etats-Unis et des gouvernements de droite de la région" pour saper les intérêts de Caracas.

 

"On sait qu'il y a un blocus économique et financier contre le Venezuela dans le système financier international. Dans cette mesure, le potentiel des ressources financières et économiques, les possibilités d'investissement, d'accroissement du commerce et des échanges avec la Chine jouent un rôle décisif dans la capacité du Venezuela à continuer à résister à l'agression dont il est victime", a analysé l'expert.

 

Le Premier ministre chinois Li Keqiang a également rencontré Maduro. Lors de la réunion, selon l'agence Reuters, sur la base d'un reportage de la télévision d'Etat chinoise, le haut fonctionnaire de Pékin a assuré qu'il soutenait les efforts économiques du pays des Caraïbes pour renforcer son économie et a déclaré qu'il était prêt à fournir l'aide qu'il pouvait.


Coopération dans le domaine de l'énergie
 

Dans le cadre de ces accords, l'entreprise publique vénézuélienne PDVSA transférera 9,9% des actions de Sinovensa à la National Petroleum Corporation of China (CNPC), une société créée entre les deux entreprises pour stimuler la production de pétrole brut dans la région de l'Orénoque. La partie chinoise détenait déjà 40% des actions de la coentreprise, selon Reuters.

 

D'autres joint-ventures détenues par PDVSA et CNPC étaient sur la table : Petrourica, qui participera au forage de 300 puits dans la Division Ayacucho, et Petrozumano, pour lequel une " fiche de financement " a été signée dans le cadre d'un " prêt spécial de 184 millions de dollars ", selon une déclaration de la présidence vénézuélienne.

 

D'autre part, PDVSA et CNODC ont signé " un mémorandum pour renforcer la coopération conjointe " sur " l'exploration et l'exploitation du gaz en République bolivarienne du Venezuela ".

 

La Chine avait déjà annoncé son soutien à la revitalisation du secteur pétrolier du Venezuela en juillet. A l'époque, le ministre vénézuélien des Finances, Simón Zerpa, avait assuré que la Banque chinoise de développement avait autorisé l'injection de 250 millions de dollars américains pour augmenter la production de PDVSA.

 

Il a également indiqué que le pays asiatique était également disposé à offrir un prêt de 5 milliards de dollars, dont le décaissement est l'un des points à traiter à la présente réunion.

 

Bien plus qu'une question économique

 

Selon Rodriguez Gelfenstein, le lien de la Chine avec le Venezuela " est beaucoup plus qu'une question bilatérale et s'inscrit dans des relations croissantes avec l'Amérique latine dans son ensemble. Pékin " est le premier partenaire commercial de plusieurs pays " de la région, a-t-il rappelé.

 

Et bien que les questions commerciales et économiques aient un poids important, il est nécessaire d'examiner le contexte d'un point de vue géopolitique, a déclaré l'expert.

 

"Depuis le XIXe Congrès du Parti communiste chinois, qui s'est tenu en octobre 2017, il y a eu une série de décisions politiques, en plus des décisions commerciales et économiques. À l'époque, l'objectif était de permettre à la Chine de jouer un rôle beaucoup plus transcendant et de premier plan sur la scène internationale ", a déclaré l'analyste.

 

Cela impliquera "une présence beaucoup plus importante de la Chine dans toutes les décisions concernant l'humanité dans son ensemble". Si, à un moment donné, le géant asiatique est resté "quelque peu étranger", il doit désormais jouer le rôle de "puissance mondiale".

 

Ainsi, outre l'Amérique latine, le lien avec des régions comme l'Afrique est également de plus en plus fort, comme l'a montré le Forum de coopération Chine-Afrique (Focac), cité par Rodríguez Gelfenstein.

 

Dans le discours d'ouverture de cet événement, Xi Jinping a déclaré que " la Chine et l'Afrique devraient unir leurs efforts pour forger ensemble une communauté fondée sur des principes de responsabilités partagées, de coopération et de profit, de prospérité commune des cultures, de sécurité commune et de coexistence harmonieuse ", selon un communiqué de presse du Ministère des affaires étrangères de Pékin.

 

Le dirigeant chinois a également évoqué "huit actions prioritaires" : "développement industriel, connectivité des infrastructures, facilitation du commerce, développement vert, renforcement des capacités, santé, échanges culturels, paix et sécurité.
Dans le cas de l'Amérique latine, ces priorités sont partagées, mais Pékin se trouve dans un contexte différent. Dans la région, traditionnellement perçue par les États-Unis comme leur " arrière-cour ", la présence chinoise " joue un rôle différent ".

 

Washington, a dit Rodriguez Gelfenstein, applique à nouveau la doctrine dite Monroe. Ce principe de la politique étrangère est généralement résumé dans la maxime "l'Amerique pour les Americains" et s'est consolidé au XIXe siècle lorsque l'influence de la Grande-Bretagne et des autres puissances européennes s'est accrue dans une région contiguë aux États-Unis.

 

Or, cette doctrine ne s'adresse plus à la Grande-Bretagne mais à d'autres acteurs mondiaux comme la Chine ou la Russie. Mais Pékin est conscient de son importance et " l'aide et la coopération économique déjà importantes entre la Chine et le Venezuela jouent un rôle très décisif non seulement en termes économiques et commerciaux, mais aussi en termes politiques ".

 

Cependant, au cours des 200 dernières années, les économies latino-américaines " se sont établies comme fortement dépendantes " des Etats-Unis, ce qui limite la " réactivité " et accroît la " fragilité " dans la prise de décisions contraires aux intérêts de Washington.

 

Le rôle que la Chine peut jouer pour soutenir, soutenir et faire respecter les principes du droit international et de la Charte des Nations Unies est fondamental, a-t-il dit.

 

La Chine et l'Amérique latine progressent dans la compréhension culturelle

 

Dans les relations entre la Chine et l'Amérique " il y a un conflit de civilisations ". L'Amérique latine "en sait très peu" sur l'Asie, sa culture et ses traditions. Il en va de même du côté chinois, a déclaré l'expert.

 

Dans le cas de son pays, Rodríguez Gelfenstein a déclaré que la Chine a du mal à comprendre les difficultés du Venezuela à "jouir de l'efficacité administrative et gouvernementale". Cela est dû à la configuration que l'Etat a adoptée pratiquement depuis sa fondation. La dépendance à l'égard de ses richesses, comme le pétrole, a favorisé une telle situation.

 

"C'est très difficile à comprendre pour les Chinois, qui ont essayé de faire fonctionner leurs investissements avec leur logique, qui ont un pays avec une civilisation millénaire, avec une culture du travail et une discipline très différentes de celle du Venezuela, a-t-il dit.

 

Cependant, la Chine se rapproche de cette réalité et d'autres dans chacun des pays d'Amérique latine avec lesquels elle entretient des relations profondes. La compréhension du "développement politique, de la société, de l'État, de son fonctionnement" se traduira par un progrès dans les relations.

 

Traduction Bernard Tornare

 

Source en espagnol

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page