Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venezuela: avril vers la victoire

par Bernard Tornare 2 Avril 2018, 12:45

Venezuela: avril vers la victoire
Par: Adán Chávez Frías *

 

Alors que la révolution bolivarienne progresse imperturbablement malgré le blocus financier féroce des Etats-Unis et de ses alliés, les menaces et les actions contre la révolution bolivarienne augmentent dans la même proportion.

 

Nous avons démontré que l'administration révolutionnaire a la capacité suffisante pour empêcher l'asphyxie économique du pays et pour continuer à remplir son objectif principal : protéger le peuple vénézuélien.

 

Un exemple en est le lancement réussi du Petro, qui a acquis une reconnaissance internationale en tant qu'outil innovant pour promouvoir la construction d'un système financier mondial loin de la "dictature du dollar". Récemment, l'Association russe de Kryptonemoney et Blockchain a décerné une distinction au président Nicolas Maduro pour avoir été le pionnier de la mise en place d'une monnaie soutenue par les richesses pétrolières de la nation.

 

D'autre part, la semaine dernière, deux pays, alliés de l'administration Trump, la Suisse et le Panama, ont suivi le scénario de la Maison Blanche et ont "sanctionné" les fonctionnaires et les dirigeants du gouvernement bolivarien.

 

Par ces mesures, ils ont l'intention de criminaliser et d'intimider l'État vénézuélien. Parce que nous devons être des compatriotes clairs, quelle que soit la position idéologique de chacun d'entre nous, que ces actions ne sont pas personnalisées contre l'un ou l'autre leader ou fonctionnaire, mais contre un peuple tout entier. Placer le chef d'État d'une nation sur une liste de "suspects de blanchiment d'argent", sans présenter aucune preuve, est certainement un pas de plus dans une longue liste d'actions inacceptables et répugnantes, qui s'inscrivent dans le cadre de la tentative de justifier une agression militaire contre notre pays. La même stratégie a déjà été utilisée en Libye et en Irak, puis, après le massacre et la destruction laissés par l'intervention militaire américaine, ils n'ont pas été en mesure de prouver la véracité de ces accusations. Et rappelez-vous, dans une supposée invasion militaire, ils ne choisiront pas entre chavistes et non-chavistes, pour ensuite massacrer les défenseurs de la Révolution; non, la destruction sera généralisée.

 

La révolution bolivarienne n'a rien à craindre. C'est précisément le gouvernement de Nicolas Maduro qui a entrepris une véritable croisade anti-corruption dans la principale industrie nationale, PDVSA, et dans différentes organisations et institutions pour mettre fin à ce fléau.

 

À cet égard, le Venezuela donne également l'exemple au monde et est le miroir dans lequel des pays comme le Pérou, la Colombie, le Brésil et l'Espagne, pour n'en citer que quelques-uns, où il y a des crises politiques dues à la corruption écrasante et avérée de leurs dirigeants.

 

C'est également à ce stade que le gouvernement pro-impérialiste du Guyana décide de porter la revendication d'Esequibo devant la Cour pénale internationale. Le Venezuela maintient sa position historique de défense des droits légitimes et inaliénables du peuple vénézuélien sur le territoire de la Guyane Esequiba, en ratifiant la validité des négociations politiques fondées sur l'Accord de Genève de 1966, seul moyen de parvenir à une solution pacifique, pratique et satisfaisante pour les deux parties et en faveur de nos peuples. Nous ne doutons pas que cette décision du gouvernement du Guyana, à l'heure des attaques constantes contre le Venezuela, n'est rien d'autre qu'une provocation, afin de tirer parti des plans déstabilisateurs promus par Washington.

 

La conspiration de la droite transnationale et de l'impérialisme contre le peuple vénézuélien et la révolution bolivarienne sera vaincue. Nous avons entrepris une offensive politique et communicationnelle internationale pour faire passer la vérité du Venezuela dans le monde et nous sommes sûrs que nous gagnerons.

 

Ce nouveau mois d'avril commence le dimanche de Pâques, le grand dimanche de Pâques, qui est le point culminant de la Semaine Sainte. En ces temps où nous vivons, je voudrais me souvenir de Saint Romero d'Amérique quand, le 26 mars 1978, le dimanche de Pâques, il a aussi dit : "Etre comme le Christ, libre du péché, c'est être vraiment libre avec la vraie libération". Nous affirmons, coïncidant avec Chavez, que cette Révolution bolivarienne et chaviste, cette Révolution du peuple, cette Révolution libératrice est sans doute plus proche de Dieu, du vrai Christ Rédempteur que ceux qui aujourd'hui sèment la haine parmi leurs semblables pour promouvoir la déstabilisation, la violence et l'intervention étrangère dans le sol sacré de la patrie.

 

Avançons donc dans ce mois d'avril avec de nouvelles victoires, au galop, en contre-attaque révolutionnaire. Dans les prochains jours, nous commémorerons les 16 ans qui se sont écoulés depuis cet ouragan bolivarien, provoqué par un peuple digne et courageux, qui a renversé en moins de 48 heures la dictature la plus courte du continent, soutenue par l'oligarchie et les gens d'affaires apatrides et qui a fait revenir au pouvoir le commandant Chavez dans un acte héroïque dans lequel l'unité civilo-militaire et le caractère anti-impérialiste et anti-néolibéral de ce processus de libération nationale que nous avons entrepris il y a deux décennies et qui a été consolidé à jamais.

 

Ce nouveau mois d'avril doit être un mois de grande unité, de mobilisation permanente pour la défense de la souveraineté et de l'intégrité du pays.

 

Faisons un pas ferme vers le renforcement de notre démocratie avec un jour d'élection qui nous conduira vers la consolidation de la paix et la défaite définitive du coup d'Etat, de l'interventionnisme et des prétentions contre-révolutionnaires pour nous faire revenir à un passé que nous connaissons déjà de la misère et de l'exclusion pour la majorité.

 

Nous sommes prêts, prêts à affronter l'ennemi sur n'importe quel terrain. De ce mois d'avril rebelle, de ce mois d'avril de Victoire, nous sommes en route vers un mois de mai de gloire ! Nous rendrons imprenable l'organisation des forces patriotiques et du grand mouvement civique et militaire, pilier fondamental de la Révolution bolivarienne pour la défense de la Nation.  La marche de notre peuple vers le socialisme est irréversible.

 

Avec Chavez Toujours !

 

Vive la Patrie !
 

* Adán  Chávez Frías (né à Sabaneta le 11 avril 1953) est un professeur et homme politique vénézuélien, actuel gouverneur du Barinas. Il est le frère aîné de l'ancien président Hugo Chávez.

 

Traduction Bernard Tornare

 

Source en espagnol
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page