Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Economie de guerre au Venezuela

par Bernard Tornare 24 Octobre 2017, 16:36

Economie de guerre au Venezuela
Par Anderson Velásquez / Misión Verdad
Traduction: Bernard Tornare

 

Selon les derniers chiffres publiés par l'International Finance Institute (IIF), une association de l'industrie financière basée à Washington, l'endettement mondial a atteint environ 325% du PIB mondial l'année dernière. Comme nous pouvons le constater, le monde tel que nous le connaissons vit de capitaux fictifs et d'endettement systématique. La logique capitaliste est de continuer à accumuler des richesses et de garantir la survie du système à tout prix.

 

Alors que les grandes entreprises continuent d'accumuler de la richesse, le rapport annuel des Nations Unies (ONU) pour 2016 explique que 815 millions de personnes (11% de la population mondiale) souffrent de la faim et de la malnutrition.

 

D'autre part, environ 3 personnes sur 10 sur la planète n'ont pas accès à l'eau potable, environ 2,1 milliards d'habitants ont rapporté l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'UNICEF. Les niveaux d'inégalité sont si élevés que seulement huit personnes dans le monde possèdent la même richesse que la moitié la plus pauvre du monde (3,6 milliards de personnes), a rapporté Oxfam International. Les progrès néolibéraux ont démantelé les États-nations en dénationalisant leurs principales entreprises par le biais d'une privatisation massive.

 

Cette politique a fait en sorte, par exemple, que neuf sociétés (General Electric, Microsoft, Google, Cisco, Apple, Oracle, Ford, entre autres) ont plus d'argent que le gouvernement américain lui-même, selon le portail Quarzt.

 

          - L'impérialisme: le désespoir pour le contrôle

 

L'impérialisme américain se trouve à un tournant décisif, a perdu son hégémonie politique internationale et a vaincu l'unipolarité dans le monde. Cependant, le désespoir de retrouver son hégémonie l' a conduit à commettre des crimes aux yeux du monde, comme les événements en Irak, en Syrie, en Libye et en Amérique latine, renversant des gouvernements comme le Honduras, le Paraguay et le Brésil.

 

Les actions de l'adversaire démontrent que sa pensée stratégique vise à reprendre le contrôle des ressources naturelles et des marchés qui perdaient avec le début des processus progressifs.

 

          - Venezuela: La révolution bolivarienne dans l'œil de l'ouragan

 

Ce n'est un secret pour personne que l'impérialisme vise à détruire la révolution bolivarienne. Avec la vague d'attentats terroristes et d'opérations psychologiques menées en 2017, une tentative a été faite pour provoquer une guerre civile en mettant en œuvre des discours de haine dans les réseaux sociaux, des assassinats politiques et des attentats terroristes, au point de brûler les gens pour des raisons politiques.

 

L'adversaire combinait simultanément les techniques utilisées en Libye, en Syrie et en Ukraine, mais l'intelligence, la ruse et la détermination du gouvernement bolivarien et du peuple révolutionnaire ont réussi à neutraliser et à vaincre la menace. La nation sud-américaine est victime d'un siège et du harcèlement impérialiste dans de multiples scénarios, l'un des plus névralgiques est l'économie.

 

Dès le début de l'année 2017, le gouvernement américain a appliqué une série de mesures et de sanctions économiques, et l'une des plus emblématiques a été celle qui a été appliquée le lendemain des élections à l'Assemblée constituante nationale (ANC), au cours desquelles le gouvernement américain a imposé des sanctions économiques directes au président Nicolas Maduro, gelé tous ses actifs sur le territoire américain et interdit aux Américains de traiter avec le président.

 

Le président Donald Trump a par la suite signé un décret exécutif interdisant les négociations sur la nouvelle dette émise par le gouvernement vénézuélien et PDVSA, ce qui se traduit par la mise en place d'un blocus économique contre le peuple vénézuélien qui cherche, entre autres, la déclaration de défaut, dans le but de saisir tous les actifs de la nation aux États-Unis et en Europe (entreprises, réserves internationales, etc.) dans le but de saisir tous les actifs de la nation aux États-Unis et en Europe.

 

          - Le blocus économique: une déclaration de guerre contre le Venezuela?

 

Dans un ouvrage spécial de Mission Truth, il est expliqué que "le blocus économique consiste à empêcher une personne (naturelle ou juridique) de commercer, d'acheter, de vendre, d'échanger et même de recevoir de l'aide de tiers. Toutes les transactions financières sont suspendues jusqu' à ce que le blocus soit levé.

 

Le gouvernement américain, avec l'exécution des sanctions et l'imposition du blocus économique, a fait un pas en avant dangereux qui peut être interprété comme le prélude à une déclaration de guerre contre le Venezuela, car c'est le même format (sanctions, embargos et démantèlement de l'État-nation par la force) que l'UE a exécuté contre la Libye et la Syrie avant la guerre. Le monde a été témoin de l'émission de menaces militaires par le président Trump, qui a déclaré qu'il " n'excluait pas l'option militaire ". Cette déclaration confirme que la menace est réelle.

 

          - Economie de guerre: le Venezuela doit se préparer à la guerre

 

Faustino Cobarrubia, économiste cubain et chef du Département du commerce et de l'intégration au Centre de recherche sur l'économie mondiale (CIEM), a expliqué que "le développement d'une économie durable et productive n'est pas une tâche facile" parce qu'elle doit être "manœuvrée face aux sanctions internationales qui pèsent sur le pays. Cobarrubia a affirmé que "le Venezuela fait face à une économie de guerre; par exemple, si vous appliquez une mesure dans un pays qui n'est pas en guerre, elle peut fonctionner efficacement.

 

Ensuite, toute mesure exécutée par le gouvernement national sera boycottée, sabotée et transformée en arme contre le peuple, sachant que nous sommes en guerre et que l'adversaire utilisera tous les mécanismes à sa disposition pour saper et blesser le système économique vénézuélien, jusqu' à ce que le gouvernement révolutionnaire soit renversé. Cela explique en partie pourquoi nous ne voyons pas d'amélioration de l'économie nationale, malgré les efforts considérables du Gouvernement bolivarien.

 

À cet égard, le Venezuela doit se préparer à agir en tant qu'État belligérant agressé et à exercer sa légitime défense. Rappelons que ce que l'on nomme "économie de guerre", s'applique dans les moments historiques de bouleversements violents, qu'il s'agisse ou non de conflits armés, et qui vise à maintenir le fonctionnement des activités économiques essentielles pour un pays, à assurer l'autosuffisance, à garantir la production alimentaire et à contrôler l'économie de l'État. Ce qui signifie que les institutions doivent remplir efficacement leurs fonctions. Certaines caractéristiques de l'économie de guerre sont:


- Maîtrise absolue de la politique monétaire évitant les processus hyperinflationnistes pour les  produits de base et le matériel militaire.


- Favoriser l'autarcie en tant que système qui évite de dépendre des importations étrangères

  
- Mesures d'économie d'énergie.


- Priorité absolue dans la production d'aliments et de protéines agricoles.


- Production de médicaments.


- Production accrue d'équipements industriels lourds et militaires.

 

Il y a des références historiques à l'application de l'économie de guerre dans les pays qui ont réussi à surmonter les agressions impérialistes, telles que: l'ancienne Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) avec l'application du communisme de guerre 1918-1921 et la nouvelle politique économique (NEP) qui a suivi, la Chine (1927-1950), la Corée (1950-1953), le Vietnam (1955-1975), le Nicaragua (1980-1990), Cuba (1950-1953), le Nicaragua (1980-1990), Cuba (1950

 

Il est temps d'étudier ces expériences: 1) comment l'économie s'est développée, et 2) quels mécanismes ont été utilisés pour surmonter les obstacles et vaincre l'adversaire. Le Venezuela doit construire une offensive dans le cadre de l'économie de guerre.

 

Actions et recommandations pour la discussion

 

- Dollar parallèle 

 

Le spécialiste du pétrole et du gaz et Fernando Travieso, l'un des membres de la société, a souligné que "le Venezuela ne peut pas lutter contre le dollar parallèle par des mesures économiques, car la puissance financière internationale est très puissante et lorsqu'il s'agit de fixer un taux de change, cela ne correspond pas à la réalité. Mais il propose une " façon possible de combattre le dollar parallèle ". Avec l'augmentation de 40% du recouvrement des ventes, une taxe d'accès de réserve sera prélevée dans la ceinture pétrolière de l'Orinoco (...) Avec qui allons-nous négocier? Avec les propriétaires de la Réserve Fédérale et les compagnies pétrolières transnationales, ceux qui gèrent les technologies et les médias.

 

La constituante a exhorté:"S'ils mettent le dollar à 50 mille bolívares pour un dollar, alors nous allons facturer 50 fois la taxe pour ce qu'ils font avec le dollar parallèle pour compenser les dommages.

 

- Poursuivre en justice le gouvernement des Etats-Unis

 

Le député devant l'ANC, Hermánn Escarrá, évoque la possibilité d'intenter un procès devant la Cour internationale de Justice (CIJ) contre le gouvernement américain et son président, pour les sanctions et mesures qu'il a prises à l'encontre du pays:"Le moment est venu de mettre les choses sous l'empire du droit international. Nous devons aller devant la Cour internationale de Justice pour déposer une plainte. À cet égard, il a rappelé que récemment " le Nicaragua a battu les États-Unis, et derrière le Nicaragua, il y a une série de phrases que nous avons étudiées, parce que nous nous sommes préparés depuis un certain temps dans ce domaine.

 

- Briser le blocus

 

Heureusement, le Venezuela dispose d'une arme fondamentale dans ce scénario international complexe: le pétrole. Selon certaines sources, PDVSA a plus de 300 filiales au Venezuela et dans le monde entier qui devraient être utilisées comme mécanismes de pression contre les pays et les entreprises qui se joignent au blocus. Notre service extérieur doit être plus qu'il ne l'est aujourd'hui, et nous devons élaborer une nouvelle politique internationale dans le cadre de l'économie de guerre.

 

L'objectif de notre nouveau service extérieur doit viser à obtenir davantage d'investissements et à rechercher des mécanismes de coopération pour briser le blocus. Pour cela, nous avons besoin des meilleurs hommes et femmes de nos ambassades. C'est un débat que tous les peuples doivent mener et c'est crucial pour l'avenir de la République.

 

- Lutter contre la corruption

 

Le fléau de la corruption et du gaspillage dans les institutions de l'État doit être réduit grâce à un système de contrôle administratif visant à une utilisation efficace des ressources. Il est d'une importance vitale de débattre des mesures et des contre-mesures au sein de la population, en comprenant que nous sommes au beau milieu d'une lutte inégale contre le grand capital et que, par conséquent, toute action entreprise doit être encadrée dans les paramètres de l'économie de guerre.

 

Source

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page