Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Six orphelins espagnols ont été les "vaccins humains" qui ont sauvé le Venezuela de sa première pandémie

par Bernard Tornare 8 Mai 2020, 19:59

Francisco Javier Balmis et la première campagne de vaccination au Venezuela

Francisco Javier Balmis et la première campagne de vaccination au Venezuela

Par Rose Raydán

 

Lors du deuxième voyage de Christophe Colomb en Amérique, la première pandémie à frapper ce côté du monde a été la variole. Plusieurs siècles plus tard, consciente des conséquences dévastatrices de la maladie sur le continent d'où ils puisaient leur main d'oeuvre, la couronne elle-même s'est chargée d'apporter le remède. Le groupe était composé de 22 enfants orphelins qui ont traversé l'Atlantique en apportant dans leur corps le vaccin inoculé. L'un d'eux est mort en mer, 21 ont touché terre à Porto Rico le 6 janvier 1804 et, près de trois mois plus tard, le 20 mars, six d'entre eux ont débarqué à Puerto Cabello pour répandre la guérison parmi la population vénézuélienne décimée.

 


L'histoire médicale enregistre cet exploit, baptisé "Expédition royale philanthropique du vaccin", en tant que première brigade sanitaire internationale. Avec l'accord et le financement de départ du roi d'Espagne, Charles IV - qui avait perdu en 1794 sa petite fille María Teresa, âgée de quatre ans seulement, à cause de la variole -, la mission commandée par le docteur Francisco Javier Balmís et avec son collègue José Salvany comme sous-directeur, quitte La Corogne. Isabel Zendales, rectrice du Foyer des enfants trouvés de La Corogne, d'où proviennent les enfants, a également fait le voyage. En l'absence de réfrigérateurs, les médecins ont apporté les "enfants vaccins", transportant dans leur corps le résultat réussi des expériences du scientifique anglais Edward Jenner, qui avait découvert peu avant qu'en inoculant la variole des vaches dans des corps humains sains, il générait une immunité contre la peste qui balayait le monde.

 


Au Venezuela, la variole n'a été éradiquée que plus d'un siècle et demi plus tard, à l'époque de Pérez Jiménez, et l'OMS a officiellement déclaré la maladie éteinte en 1980. Néanmoins, les actes de ces enfants martyrs ont été essentiels pour mettre fin à la crise pandémique qui s'aggravait dans ses pires années.

 

Isolement et fuite

 

Au Venezuela, l'historiographie médicale situe l'arrivée de la variole en 1573, et depuis lors plusieurs épidémies dans différentes parties du pays, mais aucune aussi mortelle que celle enregistrée à Caracas entre 1773 et 1779. Sur les 30 000 personnes qui vivaient alors dans la ville, la peste en a emporté 10 000.

 

L'isolement social, le contrôle sanitaire et la vaccination massive ont été les mesures prises pour contenir la contagion, qui a eu comme dommage collatéral la panique collective.

 

Les autorités de la Capitainerie générale, afin de contenir la contagion sans distinction de classe sociale, de sexe, d'âge ou de profession, ont pris des mesures défensives et offensives, et à un autre niveau, elles ont lancé une campagne de sensibilisation auprès du grand nombre de personnes qui assumaient la maladie avec des palliatifs religieux et/ou des superstitions, refusant les soins médicaux parce qu'elles considéraient l'épidémie comme une punition divine, ou au contraire, se livrant aveuglément aux soins douteux de charlatans et d'escrocs.

 

Caracas, par exemple, ne disposait que d'un seul hôpital, qui ne s'occupait pas des personnes infectées et ne voulait pas mettre en danger le reste de ses patients. Il a donc été décidé d'ouvrir des "degredos" pour les patients atteints de variole déjà diagnostiqués, c'est-à-dire des maisons pour leurs soins exclusifs où ils seraient isolés du reste de la population.

 

L'historien Germán Yépez, qui a beaucoup étudié et écrit sur la variole au Venezuela, fait référence dans ses recherches au fait qu'à Caracas, les "degredos" étaient installés dans toutes les paroisses, et que les morts étaient déposés dans des fossés loin des lieux habités.

 

Les "degredos" n'avaient pas une bonne réputation. Peu ont été guéris de ces maisons qui n'avaient pas les conditions sanitaires requises par l'affaire, entre autres détails techniques et humanitaires. La plupart sont morts, car en général la politique n'était pas que ces lieux soient installés pour soigner qui que ce soit, mais plutôt pour confiner les malades et éviter de nouvelles infections.

 

D'autre part, des cordons sanitaires ont été installés pour restreindre la mobilité à l'intérieur du pays, face à quoi les plus riches ont quitté leur domicile en ville pour passer la crise dans leur résidence de campagne et éviter tout contact avec des personnes douteuses. Bref, Caracas était presque déserte parmi ceux qui sont partis, ceux qui sont morts, ceux qui sont tombés malades, ceux qui ont eu peur de partir et ceux qui n'ont même pas ouvert leur commerce parce qu'il n'y avait personne à qui vendre quoi que ce soit.

 

Dans ce contexte, et au moment même où, à l'intérieur du pays, des expériences indigènes étaient menées pour inoculer le virus afin de rechercher une immunité, dont certaines avaient une réputation très douteuse, l'expédition de Balmís est arrivée avec ses "enfants vaccins".

 

Orphelins, enfants trouvés et en bonne santé

 

Les 22 enfants de La Corogne qui ont quitté l'Espagne avaient entre 3 et 9 ans. L'important pour leur sélection est qu'ils n'aient jamais été malades de la variole.

 


La méthode de Balmís était la suivante : comme il était impossible de préserver la vie du virus de la variole vaccinale pendant le long voyage de l'Europe à l'Amérique, il était injecté aux enfants, en les utilisant comme récipients vivants, deux à la fois toutes les deux semaines - au cas où l'un d'eux mourrait, comme c'était le cas, la chaîne ne serait pas rompue - de sorte qu'à l'arrivée à destination, les deux derniers enfants l'auraient à l'état latent sur la peau.
 

Six orphelins espagnols ont été les "vaccins humains" qui ont sauvé le Venezuela de sa première pandémie

Le vaccin a été prélevé dans le pus de la variole.


[Isabel] Zendales était chargée de s'occuper des jeunes, et à la fin de la mission, elle a adopté l'un d'entre eux, le petit Benito Valdés, en référence au livre "En el nombre de los niños" [Au nom des enfants], un travail de recherche d'Emilio Balaguer et Rosa Ballester.

 

Pour avoir participé à l'expédition, les enfants - tous des garçons - se sont vus promettre d'être placés dans de bonnes familles en Amérique qui, avec leur soutien, courraient pour la vie.

 

Le voyage à Porto Rico a duré un peu plus de huit mois et là, l'expédition a été divisée pour couvrir plus de terrain. Sur les 21 enfants, six sont venus au Venezuela avec Balmís, au cours d'un voyage semé d'embûches, au point qu'ils ont dû débarquer tôt à Puerto Cabello et non à La Guaira, où cela était prévu, car le dernier enfant à être vacciné est tombé gravement malade et le vaccin était sur le point d'expirer dans le corps de l'avant-dernier destinataire. Balaguer et Ballester rappellent que pour sauver la situation, la bonne organisation qui existait au Venezuela a joué en faveur de l'équipe, qui n'a pu vacciner les 28 enfants locaux disponibles qu'au moment de leur débarquement.

 

Les enquêteurs évoquent également l'accueil magnifique que les autorités de Caracas ont réservé à l'expédition une fois arrivée dans la capitale. Ils n'excluent pas qu'en plus de l'intérêt évident pour le vaccin, le gouvernement de la couronne ait voulu tirer un avantage politique de la population au vu du bruit que les mouvements indépendantistes faisaient déjà.

 

Ici, à Caracas, le médecin-chef de la commission chargée d'assister à l'expédition de vaccination était le Vénézuélien José Domingo Díaz, un médecin célèbre de la ville, qui deviendra plus tard un ennemi acharné de la cause de l'indépendance en tant que directeur de la Gazette de Caracas. Il est l'auteur du livre "Historia de la rebelión de Caracas" [Histoire de la rébellion de Caracas].

 

Pour avoir une idée du moment historique, lorsque le bateau avec les enfants est arrivé, le Libérateur Simon Bolivar avait sept ans, la rébellion de Gual et de l'Espagne avait déjà été réprimée et Francisco de Miranda était à New York à la recherche de fonds pour libérer le Venezuela après avoir traversé l'Europe.

 

Davantage d'enfants au Venezuela, et certainement dans le reste des pays touchés par l'expédition, ont été utilisés comme receveurs du vaccin antivariolique à une époque où la pédiatrie n'existait pas encore comme discipline médicale et où il était courant de faire des expériences sur le corps des enfants abandonnés. Et nous ne connaissons pas leur sort, ni celui des six qui ont touché le sol vénézuélien avec une tâche géante qu'ils ne comprenaient sûrement pas, mais nous savons que, grâce à ce sacrifice de malaise, d'aiguilles, de séparation et même de mort, une pandémie qui pouvait prendre la vie de la moitié de l'humanité a été arrêtée dans une grande partie du monde.

 

Traduction Bernard Tornare

 

Source en espagnol

 

Cette traduction peut être librement reproduite. Merci de respecter son intégrité et d'en mentionner  le traducteur, l'auteur et le blog Hugo Chavez.

commentaires

Haut de page