Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les succès d'Hugo Chavez. Et après?

par Bernard Tornare 14 Juin 2010, 19:41

En récupérant le contrôle sur son pétrole, en osant affronter les puissantes multinationales, en mobilisant les couches populaires, le Venezuela a obtenu des résultats économiques impressionnants. Son taux de croissance, entre 2004 et 2007, atteint la moyenne remarquable de 11%. Le plus élevé de l'Amérique latine.

Tout n'est pas dû au pétrole, loin s'en faut. La consommation privée a augmenté de 17% et elle tire également l'économie. Car le salaire minimum a été régulièrement augmenté, devenant le plus élevé de toute l'Amérique latine. Il se montait en 2008, à 286 dollars par mois contre 137 seulement au Mexique. Sans compter les avantages, tels les tickets-repas par exemple, qui bénéficie aux travailleurs du public et du privé. N'oublions pas aussi que la médecine est gratuite dans le pays d'Hugo Chavez.

Grâce à une autre utilisation des revenus du pétrole, le chômage est passé de 16% à 6%. Le nombre de pauvres à baissé de 50% à 33%, les très pauvres de 20% à 9%. L'espérance de vie est monté à 73 ans. La mortalité infantile a baissé d'un tiers. Comme nous l'avons vu dans un précédent billet l'analphabétisme a été éradiqué, tous les enfants vont à l'école et le nombre d'étudiants a doublé.

Ces résultats sont exceptionnels et aucun gouvernement traditionnel ne s'en approche, même de très loin.

Quand on évoque cette hausse du niveau de vie, l'opposition répond que ces beaux résultats sont annulés par l'inflation: 17% en 2006, 22% en 2007 et 24% début 2008. Cette opposition semble avoir la mémoire courte. L'inflation atteignait 44% sous le second gouvernement Perez (1989-1993) et 57% sous le second gouvernement Caldera (1994-1999). Donc bien plus pire au temps de la docilité envers le Fond Monétaire International.

Au Venezuela, l'inflation est causée en grande partie par la spéculation et les marges scandaleuses sur les biens d'importation. Des vêtements, des portables, des ordinateurs, des appareils photos sont trois fois plus cher ici qu'en Europe. Grâce à la politique du gouvernement d'Hugo Chavez, le pouvoir d'achat a fortement augmenté, mais augmenter la consommation ne suffira pas car la production est aussi décisive.

Un exemple: Le cacao du Venezuela a la réputation d'être le meilleur du monde. Mais ce pays n'a pas de fabrique de chocolat. Il vend son cacao à bas prix aux multinationales et importe ensuite le chocolat au prix fort. Ce pays manque donc cruellement de manufactures pour équilibrer son économie.

Voici un défi que doit relever Hugo Chavez. Voici le défi du socialisme du 21ème siècle.

Mais il n'est plus seul...et ça c'est une bonne nouvelle.

Haut de page