Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La "Mision bario adento"

par Bernard Tornare 27 Mai 2010, 15:15

"Tu payes ou tu meurs". Voila à quoi se résumait le système de santé au Venezuela, pour la plus grande partie de la population, avant Hugo Chavez. Mettons-nous à la place de ces gens. On vous refuse le droit de vous soigner. C'est pourtant dans ce pays, un des plus grands producteur de pétrole, que cela se passait. La misère à côté de la richesse.

Avant l'arrivée d'Hugo Chavez, la santé était une marchandise à la place d'être un droit. Deux tiers des vénézueliens n'avaient jamais vu de médecin, ni reçu de vaccination. Créer un nouveau système de soins était un défi gigantesque. Quelques plans de réforme sont mis en oeuvre sans que la situation ne change vraiment.

Mais une expérience locale va tout changer. Dans le cadre d'une coopération Venezuela-Cuba, en avril 2003, cinquante-huit médecins cubains arrivent à Caracas. Ils ont de l'expérience dans les missions internationales.

S'installant dans un quartier pauvre, ils y trouvent une situation sanitaire catastrophique. Non soignés, de nombreux malades courent à la mort...Pour les médecins de l'ancien régime, ces malades n'existent pas, car ils ne sont tout simplement pas rentables.

Le gouvernement a bien lancé un appel d'offres. A part quelques exceptions, les médecins vénézueliens ont refusés d'aller dans les zones pauvres.

Ces cinquante-huit médecins cubains vont déclencher une révolution dans le système de soins de santé. Toujours à l'écoute des réalités du terrain, Hugo Chavez va généraliser cette expérience. L'Etat va investir de gros moyens dans ce qui va devenir la "Mision Bario Adentro"(au coeur du quartier). C'est à dire que les nouveaux médecins pénètrent au plus profond de la société, pour y affronter la maladie, la misère et l'exclusion. Là où elle se trouve.Un an plus tard, dix-huit mille médecins et soignants cubains oeuvrent au Venezuela. En 2006, ils sont plus de vingt-trois mille...

Qui a dit que le pétrole rendait les peuples malheureux?

Haut de page