Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Colombie? Rien de nouveau.

par Bernard Tornare 22 Juin 2010, 16:19

Le ministre de la Défense du gouvernement sortant, Juan Manuel Santos, a été élu dimanche avec 69% des voix face à l'ex-maire de Bogota, le "vert" Antana Mockus (le vert n'a rien à voir avec l'écologie, c'est une couleur de marketing électoral). La gauche n'était pas présente à ces élections, prônant l'absentionnisme. A peine 44,5% des électeurs se sont déplacés.

Le nouvel élu a déjà annoncé qu'il a choisi la continuité de son prédécesseur Alvaro Uribe. Mauvaise nouvelle pour ce pays en proie au renouveau de la violence urbaine et la multiplication des bandes maffieuses. En outre, son système de santé est au bord de la faillite et son réseau routier sinistré. On ne peut pas parler de chômage puisque la moitié de la population active travaille au noir.

En 2006, la Colombie était le pays où sont mort la moitié des syndicalistes assassinés dans le monde. Le nombre de disparus a déjà largement dépassé celui de l'Argentine qui a été de près de 30 000 milles personnes. Elle bénéficie de la troisième aide militaire des Etats-Unis. Ces derniers ont mobilisé les services spéciaux britanniques et espagnols pour l'encadrement de l'armée colombienne. L'aide etatsunienne se monte à 5,5 milliards de dollars par an et 154 millions de dollars par ses alliés européens de l'Otan. Ne soyez pas surpris de ne pas être au courant, il n'y a eu aucun débat public.

C'est avec ce pays que M. José Manuel Durao Barroso, a signé le mois dernier, un traité de libre-commerce Union européenne-Colombie. Au moment même, le secrétaire général de la présidence, M. Bernard Moreno, était appelé à comparaitre devant la justice pour son implication dans le scandale des écoutes illégales perpétrée par la police politique envers des opposants, des magistrats et des journalistes. L'Union européenne, ouvertement anti Chavez, n'a pas les mêmes réserves envers les amis des Etats-Unis. L'histoire jugera.

Quand Hugo Chavez accuse les Etats-Unis de vouloir utiliser les bases colombiennes pour s'appoprier le riche bassin de l'Orénoque dans le sud-est de son pays, il ne se trompe pas, car depuis plusieurs années se développe un mouvement sécessioniste, soutenu par les grands médias de l'oligarchie vénezélo-américaine.

L'étau se resserre autour du Venezuela car les Etats-Unis utilisent les bases de la Guyane française et peut aussi compter sur le Panama qui a élu un président de droite. Avec ses bases, la Colombie, pourra aussi menacer la zone andine au sud- ouest et la zone amazonienne où les enjeux stratégiques sont importants.

Maintenant c'est le pétrole, ensuite ce sera le minerai de fer et bientôt  l'eau. Il n'y a aucune limite au neocolonialisme, surtout pas morale. Et nous, européens, nous sommes complices.

Moi, ça me dérange. Pas vous?

Haut de page