Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hugo Chavez. Un grand communicateur?

par Bernard Tornare 4 Avril 2011, 17:31

En Argentine, Hugo Chavez reçoit un prix prestigieux de communication populaire.

La doyenne de la Faculté de Journalisme de l'Université de La Plata, Florencia Saintout, a déclaré que ce prix se voulait aussi une reconnaissance au processus d'émancipation qu'impulse la révolution bolivarienne dans le cône sud. “Nous sommes ici en tant que peuple pour réaffirmer notre engagement envers un président qui a remis en cause cette idée que la parole puisse être détenue par quelques uns seulement” a affirmé Madame Saintout en référence aux médias privés.

Rodolfo Walsh (1927 – 1977), qui donne son nom à ce prix, est considéré comme le fondateur du journalisme d'investigation en Argentine. Le 25 Mars 1977, un jour après sa lettre ouverte à la junte militaire pour dénoncer ses politiques néo-libérales, Walsh fut abattu et son corps ne sera jamais retrouvé. Walsh est une des 30.000 disparus de la dictature argentine des années 1976-1983.

Et Hugo Chavez de déclarer. “Je me sens très humble au moment de recevoir ce prix prestigieux et d'écouter vos applaudissements, car cette reconnaissance n'est pas pour moi mais pour le peuple du Vénézuéla qui lutte depuis des années pour créer une communication populaire, libérée de la dictature médiatique”, a-t-il dit aux étudiants rassemblés face à l'université pour écouter son discours.

Le président a rappelé le "cynisme de ces grands médias argentins et vénézuéliens qui ont appuyé les plus grandes dictatures du continent et à présent nous traitent de tyrans".

Depuis qu'il a assumé la présidence pour son premier mandat en 1999, Hugo Chávez a contribué à briser la concentration des médias au Venezuela en lançant le réseau régional TeleSUR, en renforcant le réseau de la télévision publique participative (création de VIVE TV en novembre 2003), et surtout en légalisant les radios et télévisions communautaires, on en compte actuellement près de 400 qui sont gérées directement par les associations citoyennes.

80 % du pouvoir de la communication au Venezuela reste, par contre, aux mains du privé, en général de l'opposition, cette proportion se répétant dans la presse écrite et la radio.

Le comble, c'est que nos medias occidentaux continuent de noumentir quand ils veulent nous faire croire que le gouvernement d' Hugo Chavez contrôle les moyens d'information du Venezuela.

La technique du propagandiste allemand Joseph Goebbels : «Un mensonge répété plusieurs fois, finit par devenir une vérité " reste d'actualité.

Haut de page