Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hugo Chavez ou la bourgeoisie, le choix d'un peuple

par Bernard Tornare 21 Février 2012, 20:33

Au Vénézuela se tiendra le 7 octobre l'élection pour la présidence du pays. En élisant, lors de primaires, Henrique Capriles Radonski avec une majorité de 64,2 %, l'opposition, un assemblage de différents partis, s'est dotée du candidat qui a les meilleures chances pour se présenter. Il fait régulièrement référence à Lula comme modèle de pratique politique et reconnaît tout récemment, de façon ambigüe, quelques mérites au gouvernement en place, notamment dans le domaine social.

Radonski se présente sous une étiquette de "centre-gauche" tout comme Carlos Andres Perez qui a gouverné pendant quatre ans à partir de 1988 et qui a envoyé l'armée pour repousser les manifestations populaires de 1989, faisant plus de 6000 morts dans tout le pays. En fait, Radonski au pouvoir ce serait la perte de tous les progrès sociaux de ces dernières années sous le pouvoir d' Hugo Chavez.

Cependant Hugo Chavez reste confiant car il a le monopole de l'expérience. Au pouvoir depuis 1999, il aimerait briguer 2 nouveaux mandats à la tête du pays. Les enquêtes d'opinion lui donne une popularité largement au dessus de 50 pour cent. Henrique Capriles Radonski devra aussi s'imposer comme un interlocuteur solide, capable de tenir tête à la forte personnalité de Chávez, qui domine la politique nationale depuis maintenant 13 ans. Derrière lui, en soutien, il ne faut pas oublier l'énorme machine qu'est le PSUV (Partido Socialista Unido de Venezuela).

Hugo Chavez insiste sur la nécessité de conserver l'indépendance nationale dans l'utilisation des ressources économiques, afin de pouvoir continuer de développer des programmes sociaux en faveur des plus pauvres. Il rappele aussi que les gouvernements de la quatrième République ont remis les richesses nationales aux Etats-Unis, alors que la majorité du peuple mourrait de faim.

Hugo Chavez l'a affirmé: " Ce sont deux pôles, d'abord celui des socialistes, les patriotes, des vrais démocrates, qui sont la majorité , le Venezuela qui travaille , qui lutte , qui avance sans tromper personne, et celui des trompeurs d'office , qui essaient de mordre. "

Les vénézuéliens devront bien mesurer un retour vers le passé ou la continuité de cette extraordinaire Révolution bolivarienne. Faisons confiance à ce peuple courageux. ¡ Pa' lante Comandante!

Haut de page