Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hugo Chavez, les médias et nous...

par Bernard Tornare 10 Juin 2010, 17:23

Comme vous avez pu le constater sur le documentaire tourné lors du coup d'état du 11 avril 2002 contre le gouvernement d' Hugo Chavez, les médias vénézueliens ont participé activement, avec l'opposition et la CIA, à ce putsch. Mais qu'en est-il chez nous de l'indépendance de nos journaux, radios et télévisions?

Les médias occidentaux prétendent guider le citoyen avec objectivité. Leurs journalistes seraient libres de tout dire, car la libre entreprise garantirait la libre expression. En réalité, ça fait bien longtemps que la libre entreprise n'existe plus. Elle a évolué vers un système où quelques grands empires de presse (aux mains de quelques hyper-milliardaires comme Murdoch, Bertelsmann, Lagardère ou Cisneros) dominent l'information mondiale, ne cessant d'éliminer ou d'absorber leurs concurrents. Evidemment, vous aussi, vous êtes "libre" de lancer votre chaîne de télévision ou un réseau de quotidiens. Il vous suffit d'avoir quelques milliards...

La presse des pays démocratiques semble libre, mais en réalité, elle constitue une machine de propagande beaucoup plus efficace que celle des dictatures. Parce qu'elle donne l'illusion que le journaliste est libre de dire ce qu'il veut.

En réalité, l'information n'est pas libre, elle est déformée et sélectionnée à travers quatre filtres: 1- La propriété des médias. Elle est entre les mains d'une catégorie sociale très limitée: des milliardaires. Ils ont le pouvoir de nommer,  de licencier les directeurs, les rédacteurs en chef et les journalistes vedettes. 2- La publicité. Des budgets colossaux, provenant également de multinationales. Budgets indispensables à la survie économique des médias tant privés que publiques. 3- Les liens étroits entretenus avec les pouvoirs politiques et économiques. 4- L'idéologie dominante qui imprègne la psychologie des journalistes, qu'ils en soient ou non conscients.

Au Venezuela, Cisneros est le patron de la plus importante télévision du pays (Venevision) qui a tenu un rôle très actif dans le coup d'Etat d'avril 2002. Pour comprendre les motivations de Venevision, il suffit de voir la composition de son conseil d'administration. On y trouve des représentants de la crème des grosses sociétés vénézueliennes et US. Voilà ceux qui décident comment  les Vénézueliens doivent être informés: les multinationales de la banque, de la chimie, des télécoms, de l'alimentation et de l'or. Ce sont celles qui décident. Celles à qui est confié la tâche d'informer un peuple.

Voilà les gens que nos médias européens osent présenter comme les champions de la liberté d'expression!

Hugo Chavez, pour libérer son peuple, doit toujours lutter contre le même pouvoir, quel que soit le  masque qu'il porte, celui de l'argent.

Pour lutter, ses armes sont la morale et...son peuple.Il lui faudra encore longtemps à labourer la mer...

Haut de page