Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hugo Chavez et Kadhafi, la mauvaise foi des médias

par Bernard Tornare 1 Mars 2011, 16:47

Les médias, ces derniers jours, attaquent Hugo Chavez avec beaucoup de violence. Ils n'hésitent pas à l' assimiler à Kadhafi comme dictateur. L'annonce que Kadhafi allait se réfugier au Venezuela démontre une fois de plus que les mensonges les plus grossier n'effrayent pas les pourfendeurs d'Hugo Chavez. Le fait que ce dernier affirme que Kadhafi est son ami n'implique pas qu'il le soutient, loin s'en faut. Les craintes d'Hugo Chavez sont de voir les Etats-Unis profiter de cette situation pour assimiler la Libye dans son giron pétrolier.

Pour mieux comprendre  ce que veut exprimer Hugo Chavez, laissons- lui peut-être  la parole   (video en espagnol, sous- titrée en français):

http://www.dailymotion.com/video/xh9n23_chavez-sur-les-revoltes-dans-le-monde-arabe_news

 En ce qui concerne l'attitude d'Hugo Chavez sur la scène politique il faut constater qu'il nous étonne parfois, nous les européens. Il faut comprendre qu'il reflète  la culture de l'Amérique latine. Car là-bas le verbe politique est parfois violent et très démonstratif.  Nous occidentaux, pour comprendre, nous devons absolument saisir ces nuances. Pour mener une révolution il faut du charisme et entrainer le peuple derrière un message commun.

Il faut se réjouir, bien sûr, que tombent de tristes personnages comme Kadhafi et d'autres au pouvoir depuis trop longtemps et considérés comme intouchables. Cependant, on peut se poser quelques questions. Comment se fait-il qu'en peu de temps, ce qui durait depuis longtemps et qui étaient acceptées par nos démocraties, inspire soudainemant un concert de condamnations de toutes sortes? Comment se fait-il que les banques suisses bloquent aujourd'hui des sommes d'argent que l'on savait soustraites aux peuples concernés depuis longtemps? Pourquoi l'argent d'un dictateur devient sale seulement quand celui-ci est renversé?

Les dirigeants que nous avons élus, les hommes d'affaires, les banquiers se sont voilés la face devant les dictatures. Comment peux-t-on faire confiance à tous ceux qui ont trahi toute humanité et qui nous dirigent? Mais quel est ce monde hypocrite dans lequel nous vivons?

 Mais ne désespérons pas, Hillary Clinton est à Genève pour travailler à «l'après-Kadhafi».

Hugo Chavez craint, avec raison, pour l'avenir des  Lybiens. Eux aussi.

Haut de page