Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hugo Chavez. Ensuite?

par Bernard Tornare 8 Octobre 2010, 18:27

Le Venezuela s'est engagé dans un combat difficile. Il veut construire une économie solidaire et une véritable démocratie. Mais un petit pays d'un peu plus de 28 millions d'habitants peut-il s'en sortir seul? Hugo Chavez lie la Révolution bolivarienne à deux tâches importantes: Unir l'Amérique latine et nouer des alliances au niveau mondial. Ceci pour pouvoir lutter contre les Etats-Unis et leurs affidés, les multinationales qui font tout pour empêcher l'expérience vénézuélienne de se poursuivre.

La base du problème, c'est l'économie. Entre 1980 et 2000, les multinationales ont retiré d'Amérique latine des centaines de milliards de dollars de bénéfice. En même temps la pauvreté augmentait de 18% à 44%. Il est donc absolument nécessaire de construire une économie indépendante au service de la population et non des multinationales étrangères. Dans cette mer d'égoïsme et d'écarts croissants entre riches et pauvres la seule solution est d'unir l'Amérique latine aux niveaux économique, politique et aussi militaire.

Mais chaque fois que l'Amérique latine a voulu s'unir pour se développer, les grandes puissances dominantes l'en ont empêché. D'abord l'Espagne qui interdisait à ses colonies de commercer entre elles et maintenant c'est l'action menée par les Etats-Unis qui vise à créer des relations bilatérales de soutien avec ses pays amis (Pérou, Colombie, Chili, Mexique), tout en isolant, en même temps, d'autres pays (Venezuela,Cuba, Bolivie, Equateur) par des moyens économiques, politiques et même militaires camouflés, retardant ainsi le développement de liens interrégionaux plus étroits. D'ailleurs, les Etats-Unis considèrent aussi comme dangereuse la formation d'ententes économiques dans le reste du monde. Ils font tout pour diviser l'Union européenne en jouant de l'influence sur la Grande-Bretagne ou sur les nouveaux pays de  l'Est. En Asie, ils voient d'un mauvais oeil la formation d'une zone de libre-échange autour de la Chine.

Mais en 2001, Hugo Chavez propose l'idée d'une coopération économique d'un nouveau type: l'ALBA (Alternative Bolivarienne pour l'Amérique). Il s'agit d'un accord-cadre qui fixe juste des principes et objectifs généraux. Ensuite les pays membres signent des accords de coopération bilatéraux, en se faisant bénéficier réciproquement de leurs points forts. Un exemple parmi d'autres: Au Venezuela, les médecins refusaient de soigner les pauvres. Comme Cuba a formé un grand nombre de médecins de qualité, ce pays envoie plus de vingt mille médecins. Comme Cuba n'a pas de pétrole et est étranglé par le blocus commercial imposé par les  Etats-Unis, le Venezuela résout son problème en lui fournissant 53 000 barils par jour.

Hugo Chavez l'a démontré: oui on peut vaincre la pauvreté! Oui, il faut que l'économie tourne au service des gens et non d'une élite! Hugo Chavez refuse la logique selon laquelle un continent est le maître et l'autre l'esclave.

Les Etats-Unis feront tout pour empêcher la libération de l'Amérique latine. Car sur ce continent, qui possède les plus grandes réserves en eau et en biodiversité, il pourrait se dérouler les guerres de demain.  

Haut de page