Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contre Hugo Chavez, l'abstention

par Bernard Tornare 9 Juillet 2010, 17:17

En vue des prochaines élections législatives au Venezuela, on ne peut s'empêcher de se tourner vers les sondages. Que nous disent-ils? Hélas, pas grand chose car ils sont très divisés sur le sujet: les sondages proches de l'opposition ont tendance à dire que l'opposition va gagner, quant aux sondages pro-Chavez ils prédisent évidemment une victoire d'Hugo Chavez. Trouver des sondages neutres est quasiment impossible.

Hugo Chavez est encore très populaire, mais ce n'est pas pour lui que les électeurs vont voter. Car il y a bien des problèmes au Venezuela en ce moment avec la récente récession et les révélations de scandales de corruption. Une certaine insatisfaction règne parmi la population qui trouvent aussi que les réformes ne vont pas assez vite. Malgré cette situation défavorable en période électorale, l'opposition reste extrêmement impopulaire et malgré qu'elle ait créé une organisation faîtière, elle est profondément divisée.

Le grand danger c'est qu'une partie de l'électorat, qui votent régulièrement en faveur d'Hugo Chavez, risque de s'abstenir d'aller voter. De ce fait, le scrutin risque d'être serré. Le parti du président (PSUV) l'a bien compris et pour faire face à ce véritable péril qui menace l'évolution sociale du Venezuela, il redouble d'activité sur le terrain. Les candidats et leurs partisans font du porte-à-porte, sillonnent le pays jusque dans les parties les plus reculées pour expliquer aux habitants l'importance de ce scrutin.

Car les gens ont la mémoire courte: quand Hugo Chavez a été élu, le Venezuela, au point de vue économique, était un des pays les plus inégalitaire d'Amérique latine. Aujourd'hui, il est le plus égalitaire.

Le chômage n'a jamais été si bas et la pauvreté diminue constamment malgré la récession. C'est grâce au maintien des programmes sociaux qui ont amélioré la vie des gens, que ce soient des programmes d'éducation, de santé communautaire, des subsides pour mères seules et bien d'autres choses encore. Mais tout ça a été mis en place il y a quatre ans déjà...Et tout est vite oublié.

Si Hugo Chavez venait à perdre la majorité absolue, la situation serait grave pour le Venezuela mais aussi pour la Révolution bolivarienne toute entière. Lors du coup d'état en 2002, le peuple vénézuélien est intervenu pour sauver le Président Hugo Chavez. Puisse-t-il s'en souvenir le 26 septembre!       

Haut de page