Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Biden sera-t-il capable d'inverser le déclin aux États-Unis ?

par Bernard Tornare 23 Novembre 2020, 13:35

Photo: Gage Skidmore

Photo: Gage Skidmore

Par Marc Vandepitte 

 

Après quatre ans, les platitudes, les vulgarités et les mensonges de Trump ne nous surprennent peut-être plus. Il est pourtant incroyable qu'un tel rustre incompétent et frauduleux puisse se présenter, et encore moins avoir une chance lors de ces élections présidentielles. Un problème encore plus grave est le fait qu'il ait réussi à obtenir le deuxième plus grand nombre d'électeurs jamais obtenu derrière lui. Cela montre à quel point son pays s'est effondré.

 

Les chiffres suivants illustrent bien le genre de personne qu'est Trump : avant son élection, Trump a comparu devant les tribunaux 1 150 fois et il a été impliqué dans 150 faillites. Pendant son mandat, il a fait en moyenne plus de sept déclarations trompeuses ou carrément fausses chaque jour. Que quelqu'un comme lui puisse occuper la plus haute fonction du pays le plus puissant du monde défie l'imagination.

 

Voter contre soi-même

 

Les élections sont censées être l'expression de la volonté populaire. Néanmoins, les électeurs ont voté complètement contre leurs propres intérêts à bien des égards. La politique de la couronne de Trump n'est rien de moins que catastrophique. Les États-Unis, avec moins de 4 % de la population mondiale, représentent un cinquième des décès dus à la maladie de Covidien dans le monde. Pourtant, Trump s'en est mieux sorti que la dernière fois dans certains des États les plus touchés par la pandémie.

 

Alors que les politiques de Trump ont principalement bénéficié aux riches, il a obtenu de très bons résultats auprès des électeurs peu instruits. Bien qu'une majorité de citoyens souhaitent une augmentation des impôts pour les riches, M. Trump a fait exactement le contraire.

 

Le président le plus sexiste de l'histoire a obtenu le vote de plus de la moitié des femmes blanches. Malgré ses attaques racistes, son projet de mur à la frontière mexicaine, l'emprisonnement de milliers d'enfants latinos dans des camps et son projet d'expulsion des immigrants clandestins d'Amérique latine, les Latinos ont voté pour Trump en hausse de 8 % par rapport à 2016.

 

Apparemment, une proportion alarmante de la population américaine est si désespérée qu'elle cherche un leader fort, même s'il dit n'importe quoi et agit contre ses propres intérêts. De plus, les esprits sont habilement massés au moyen d'une propagande sophistiquée. Ce n'est pas la première fois que ce phénomène se produit dans l'histoire et il en va de même aujourd'hui dans divers autres pays du monde, tels que la Hongrie, le Brésil, la Turquie, Israël, l'Inde ...

 

Un cimetière social

 

Le désespoir est visible partout. Le pays le plus riche du monde est en même temps un énorme cimetière social. Pas moins de 58 % des citoyens vivent d'un salaire à l'autre. Les gens doivent souvent exercer deux ou trois emplois pour échapper à la pauvreté. En outre, beaucoup de personnes de plus de 65 ans ne peuvent pas se permettre de prendre leur retraite et travaillent littéralement jusqu'à la mort.

 


Environ 130 millions de Nord-Américains (40 %) n'ont pas assez d'économies pour faire face à une urgence de 400 dollars. Parmi eux, 80 millions (25 %) retardent le traitement d'une maladie grave en raison de son coût, alors que les spécialistes qui les soignent empochent entre 200 000 et 300 000 dollars par an. Au cours des dix dernières années, 50 000 emplois ont disparu dans le secteur des soins de santé et des dizaines d'hôpitaux ont été fermés.

 

Dans ce pays de haute technologie, une personne sur neuf se couche le ventre vide. Environ un demi-million de personnes sont sans abri et un autre million se réfugient chaque année dans un centre pour sans-abri.

 

La situation ne cesse de s'aggraver. En 1985, une personne n'ayant qu'un diplôme d'études secondaires pouvait subvenir aux principaux frais d'une famille de quatre personnes (logement, soins de santé, transport, éducation) avec un salaire médian de 30 semaines. En 2018, il fallait 53 semaines. Pas étonnant que le taux de mortalité de la population adulte blanche ait augmenté ces dernières années. Toute cette misère a conduit à 600 000 "décès de désespoir" au cours des vingt dernières années.

 

Nulle part dans le monde occidental, le fossé entre les riches et les pauvres n'est aussi large qu'ici. Les 0,1 % de super riches ont autant que les 90 % de moins riches. Les trois personnes les plus riches possèdent même autant que la moitié inférieure de la population. Il y a quarante ans, les PDG gagnaient 40 fois plus qu'un employé moyen, aujourd'hui, c'est 278 fois plus. L'inégalité est également caractérisée par de fortes disparités raciales. En moyenne, une famille blanche possède 13 fois plus qu'une famille noire.

 

L'inégalité sociale s'accompagne toujours de violence. Toutes les 15 minutes, une personne est abattue, 25 fois plus souvent que dans les autres pays occidentaux. Plus d'un million de crimes sont commis chaque année, tels que des meurtres, des viols, des vols et des agressions graves. Est-ce le "pays de la liberté" ?

 

Cette violence et la répression conduisent également à une population carcérale absurde : 6,7 millions de personnes sont incarcérées, en probation ou en liberté conditionnelle, ou ont des bracelets électroniques. Un enfant sur dix a eu un parent derrière les barreaux. Un tiers des femmes et des jeunes filles emprisonnées dans le monde vivent aux États-Unis.

 

Le désir d'un leader fort


Le malaise social inacceptable dans un pays aussi riche entraîne inévitablement une méfiance à l'égard de la politique. 57 % des électeurs pensent que leur système politique ne fonctionne que pour les initiés ayant de l'argent et du pouvoir. Cela ne devrait pas surprendre, étant donné que 39 % des membres du Congrès sont millionnaires et passent la moitié de leur temps à collecter des fonds.

 


Seule une petite minorité a gardé confiance en ses dirigeants politiques. Au cours des dix dernières années, la confiance dans le gouvernement fédéral a fluctué entre 15 et 20 % à peine. La confiance dans les autres institutions est également en baisse.

 

Trump utilise habilement cette méfiance en se présentant comme un outsider. Né dans la couche supérieure de la société, il se dit anti-establishment et se déchaîne contre la caste politique, les médias, les scientifiques et les intellectuels. Son langage dur et vulgaire est en parfaite adéquation avec cette image.

 

Son idéologie d'extrême droite est bien accueillie par un électorat radicalisé. En 2017, environ un quart de la population estime qu'une prise de pouvoir militaire est justifiée en cas de corruption ou de criminalité généralisée. C'est une minorité, mais une minorité alarmante et importante. Après quatre ans de Trump, ce segment de la population est susceptible d'avoir augmenté.

 

Pendant le mandat de Trump, mais aussi pendant et après le décompte des voix, des milices lourdement armées sont descendues dans la rue. On estime que 50 000 paramilitaires sont actifs dans 300 groupes. Les experts estiment que les vétérans et les troupes en service actif pourraient constituer au moins 25 % de ces milices d'extrême droite.

 

Le vent n'a pas forcément tourné avec Biden

 

Beaucoup ont poussé un soupir de soulagement après l'élection de Biden, et à juste titre. Un gouvernement d'horreur de quatre ans arrive maintenant à son terme. La victoire démocrate est importante pour la lutte contre le réchauffement climatique (et par conséquent pour la survie de la planète), pour la lutte contre le COVID-19 aux États-Unis, pour une politique migratoire décente et pour la coopération internationale et les institutions de l'ONU.

 

Toutefois, Biden pourrait ne pas obtenir la majorité au Sénat. De plus, les nouveaux venus au Sénat sont encore plus "trumpiens" que Trump. Cela signifie que Biden ne pourra que fixer un nouveau cap en matière de politique étrangère et fonder son image principalement sur cette réalisation. Sur le plan intérieur, il sera pieds et poings liés à la majorité républicaine au Congrès. Il y a peu de chances, par exemple, qu'il puisse faire passer le salaire minimum à 15 dollars. L'assurance maladie universelle ne sera peut-être pas réalisée, pas plus que l'introduction d'un véritable impôt pour les riches.

 

Biden ne sera pas en mesure de s'attaquer à la majeure partie des maux susmentionnés ou ne se sentira pas enclin à le faire (étant donné sa politique centriste). Le système bipartite favorise la polarisation et le système électoral conduit facilement à une obstruction parlementaire paralysante du président, qui à son tour sape encore plus la confiance dans la politique.

 

Le terreau du populisme, du nationalisme et de l'idéologie d'extrême droite continue donc d'exister. Nous devons garder à l'esprit que la différence entre les deux candidats est très faible (3 %). Les discours de haine et le populisme peuvent reprendre le dessus en un rien de temps.

 

Socialisme ou barbarie

 

Pour éliminer ce terreau, il faut un nouveau contrat social d'une certaine sorte, basé sur une fiscalité équitable, des soins de santé universels, des salaires et des pensions (minimums) plus élevés et un enseignement supérieur moins cher. Des investissements massifs sont également nécessaires dans les infrastructures, les soins de santé et les technologies vertes. Enfin, le système politique a besoin d'une refonte en profondeur.

 

En attendant, la perte de prospérité, le fossé entre les riches et les pauvres, l'insécurité, le manque de perspectives et la méfiance envers les politiciens forment un cocktail explosif qui pourrait conduire à un autre atout ou pire encore.

 

Cela dit, il est encourageant de constater que ces dernières années, les idées de gauche ont retrouvé une forte acceptation au sein de la population, et en particulier chez les jeunes. Un sondage Gallup a montré que 51 % des jeunes entre 18 et 29 ans sont positifs à l'égard du socialisme. Pour l'ensemble de la population, cela représente 37 %. Le fait que des candidats de gauche qui s'expriment ouvertement aient été élus au Congrès est également porteur d'espoir.

 

Les processus électoraux sont très importants, mais il est plus important de travailler patiemment à la base : sensibiliser, organiser et mobiliser les gens pour un projet progressiste durable. Bernie Sanders a changé le paysage politique des États-Unis. Au cours des dernières campagnes électorales, un nouveau mouvement prometteur a vu le jour. Il est confronté à des défis majeurs. Le slogan de Rosa Luxemburg, "socialisme ou barbarie", est plus vrai que jamais.

 

Traduction Bernard Tornare

 

Source en anglais
 

undefined
Marc Vandepitte (1959) est un philosophe et un publiciste. Il est titulaire d'une licence en mathématiques (RUG, 1980), en études religieuses (KUL, 1984), en théologie morale (KUL, 1988), en philosophie (KUL, 1993) et est étudiant libre dans divers cours d'économie. Il est professeur d'éducation sociale et actif dans les différents mouvements de mondialisation. Il est co-auteur de Texts for the 21st Century (EPA, 1988), Socialism and Freedom (EPA, 1990) et d'ONG. Missionaries of the colonization? (OEB, 1994).

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page