Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venezuela: comment était le Venezuela avant la Révolution bolivarienne?

par Bernard Tornare 20 Août 2018, 17:29

Venezuela: comment était le Venezuela avant la Révolution bolivarienne?


Par Sergio Alejandro Gómez
 

La campagne médiatique contre le Venezuela s'efforce de montrer les problèmes économiques du présent sans tenir compte de la guerre économique de la droite, des vagues de sanctions internationales et de la chute abrupte du prix du pétrole ces dernières années.

 

La dépendance envers le secteur pétrolier, la corruption et le système de production atrophié ne sont pas arrivés au Venezuela avec Hugo Chávez en 1998 mais étaient là depuis beaucoup plus longtemps.

 

Cependant, on parle peu dans la grande presse de la façon dont vivaient les Vénézuéliens avant que la Révolution Bolivarienne ne change le visage d u pays et ne mette les ressources dans les mains des secteurs oubliés par le capitalisme rentier vénézuélien.

 

Après presque 30 ans de Révolution, beaucoup de jeunes vénézuéliens d'aujourd'hui n'ont que de vagues souvenirs de leur pays sans l'empreinte du chavisme. C'est pourquoi la campagne qui leur est destinée est centrée sur le fait de vendre l'idée d'un passé idyllique sans privations économiques ni rationnement.

 

Mais rien n'est plus loin de la réalité. L'opulence d'un secteur de la société qui se lavait les mains au whisky écossais et s'habillait à la mode de Paris contrastait avec la misère et l'abandon dont souffraient les classes populaires.

 

Il y a eux qui parient sur la mauvaise mémoire, et pas seulement au Venezuela, pour faire tomber les peuples dans le même piège.

 

Granma vous donne quelques chiffres et quelques statistiques concernant le Venezuela avant et après la Révolution Bolivarienne.

 

Portrait de la IV° République

 

Les dénonciations d'arrestations arbitraires et de tortures ont été fréquentes pendant les années de ce qu'on appelle la IV° République (du pacte de Punto Fijo en 1958 à la Constituante de Chávez). Ces graves violations des Droits de l'Homme n'ont pas été dénoncées à l'Organisation des Etats Américains et les Etats-Unis n’ont pas non plus qualifié Venezuela de menace pour leur sécurité nationale, comme c'est arrivé pendant la période chaviste sans que cette sorte de pratiques officielles ait été enregistrée. Le terroriste d'origine cubaine Luis Posada Carriles, un célèbre agent de la CIA, est entrée au Venezuela dans les années 70, à feu la Direction des Services de Renseignement et de Prévention (DISIP) et y a dirigé la torture.

 

La grosse dette extérieure contractée par le pays et l'application des recettes d'austérité imposées par le FMI, ont amené en 1989 une augmentation exorbitante des prix qui, accompagnée par une baisse des salaires, a rendu le peuple vénézuélien incapable d'accéder aux rares produits de base qui arrivaient dans le pays. Les gens sortaient dans la rue pour manifester et ils ont été réprimés par le Gouvernement de Carlos Andrés Pérez. Cette répression a fait plus de 3 500 morts.

 

A la différence de ce qui se passe aujourd'hui au Venezuela où les nombreux partis d’opposition ont eu la liberté de pouvoir s'unir pour former un bloc unitaire face au Gouvernement et exprimer leurs opinions et leurs positions, une chose qu'ils font quotidiennement à travers les médias vénézuéliens et internationaux, pendant l'étape précédente, beaucoup de partis de gauche parmi lesquels le Parti Communiste étaient persécutés et considérés comme illégaux.

 

Avant

 

- 55,6 % des Vénézuéliens étaient pauvres en 1997, sous le Gouvernement de Rafael Caldera, selon les chiffres de l'Institut de Statistiques (INE). Parmi ceux-ci, 25,5 %étaient en situation d'extrême pauvreté.

 

- En 1998, il y avait 18 médecins pour 10 000 habitants et des soins de qualité étaient un luxe. 

 

- En 1999, le Venezuela avait plus d'1 million et demi d'analphabètes.

 

- Avant 1999, il n'y avait que 700 000 étudiants à l'université.

 

- En 1998, l'investissement social était de 11,3% du PIB.

 

- Avoir une maison à soi et dans des conditions dignes était un luxe de la classe moyenne et de la classe moyenne haute.

 

Après

 

- Entre 1999 et 2010, la pauvreté a baissé de 21,6 % en passant de 49,4 % à 27,8% et l'extrême pauvreté a baissé à 10,7 %.

 

- Aujourd'hui, il y a 58 médecins pour 10 000 habitants et des missions comme Barrio Adentro et Mission Miracle, organisées avec le collaboration de Cuba, ont apporté à tout le pays un traitement digne, humain et de la plus haute qualité technique et professionnelles des soins de santé. 

 

- Le 28 octobre 2005, l'UNESCO a déclaré le Venezuela «Territoire Libre d'Analphabétisme». 

 

- Avec l'arrivée de la Révolution Bolivarienne, le nombre d'étudiants a atteint 2 millions.

 

- En 2013, au début du Gouvernement de Nicolás Maduro, l'investissement social était de 19,2 % du PIB, presque le double de ce qu'il était avant la Révolution. 

 

- Plus de 2 000 000 de logements ont été attribués depuis que Chávez a lancé la Grande Mission Logement Venezuela en 2011, une révolution constructive qui a été poursuivie par Maduro malgré les problèmes économiques.

 

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 


URL de l'article

 

Source en espagnol

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page