Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Venezuela répond à Trump: "Vous n'êtes pas le président du monde"

par Bernard Tornare 20 Septembre 2017, 12:56

Jorge Arreaza, chancelier de la République Bolivarienne du Venezuela

Jorge Arreaza, chancelier de la République Bolivarienne du Venezuela

Traduction de Bernard Tornare

"Aucun empire ne nous ramènera à l'esclavage, nous sommes libres", a déclaré le ministre vénézuélien des Affaires étrangères.

Le ministre vénézuélien des Affaires étrangères, Jorge Arreaza, a appelé le gouvernement des États-Unis à «respecter le peuple du Venezuela et de ses institutions».


Arreaza répond ainsi au président américain Donald Trump qui, ce lundi, a déclaré être prêt à promulguer de nouvelles sanctions contre Caracas. "Trump n'est pas le président du monde, chaque pays a le droit de décider quel système de gouvernement il veut développer", a déclaré le chef de la diplomatie vénézuélienne.


Le Venezuela dénonce que de telles mesures, adoptées par Washington, violent la légalité internationale.


Pour Jorge Arreaza, «les mesures coercitives et unilatérales constituent une violation de la Charte des Nations Unies» et «une insulte» pour cette organisation.


Il a également déclaré qu'il n'était pas surpris par l'habileté de Trump à la 72e session de l'Assemblée générale des Nations Unies, soulignant que, même s'il "parle de paix, il menace les pays de la guerre".


Arreaza a rappelé qu'au cours des années où la révolution bolivarienne a gouverné, "le Venezuela a tenu 22 élections", temps pendant lesquelles Trump "a amassé" sa fortune. 


"Le Venezuela a construit une révolution démocratique, constitutionnelle et socialiste basée sur les processus électoraux", a déclaré le ministre des Affaires étrangères, qui a déclaré qu'il représente un "pays paisible qui veut des relations de respect".
 


Agression mondiale

Caracas a également exprimé le rejet  des déclarations du président américain.


Delcy Rodríguez, président de l'Assemblée nationale constituante (ANC), a déclaré que dans le discours de Trump «non seulement le Venezuela a été attaqué, mais tous les peuples du monde», selon TeleSUR


Cependant, le haut fonctionnaire a rappelé que "le pouvoir des personnes [vénézuéliennes] est activé et blindé" avec l'Assemblée constituante, puisque pour élire les membres de cette organisation "plus de huit millions de vénézuéliens ont exprimé leur soutien à la paix" .

 

Source

Haut de page