Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les paradoxes du Venezuela

par Bernard Tornare 24 Mai 2016, 10:55

Mérida capitale de l'État de Mérida

Mérida capitale de l'État de Mérida

Ecrit par Guy Roy, Lévis - collectif du PCQ de Québec solidaire


On n'a pas beaucoup entendu parler des performances du Venezuela pour réduire la pauvreté et donner une chance aux plus démunis du temps de Chavez. Mais maintenant que le régime de gauche a des difficultés, on dirait que les sept plaies d'Egypte s'abattent sur le pays.


Le chaos semble installé et la misère endémique comme si les catastrophes se multipliaient dans la contrée de Maduro, successeur de Chavez. Malgré certaines faiblesses, le gouvernement fait tout son possible pour gérer la situation. Ne pourrait-on pas l'admettre et donner sa chance au coureur dans nos médias? Pourtant, citations de citoyens à l'appui, les insultes fusent.


Ce sont ces reportages apolyptiques qui m'interrogent. Qui a un intérêt à montrer ainsi un pays dont le gouvernement est de gauche dans un tel état de délitement? On en finit plus de nous décrire comme l'endroit le plus mal gouverné de la planète, comme si le souci du bien commun de l'Etat était en soi la fin d'un monde qui a favorisé les mieux nantis pendant des siècles. Il devient alors plus facile de chercher et de trouver la source des sabotages de l'économie par ceux qui la contrôlent encore.


Dans ce sens, ne faut-il pas approfondir les réformes politiques qui priveraient de pouvoir sur l'économie ces bourgeois refusant de le perdre et qui sont prêts à rejeter dans la misère les millions de bénéficiaires d'une meilleure répartition de la richesse?

​Source


Guy Roy

Haut de page